Publié par Manuel Gomez le 2 juin 2018

Libye : Macron et l’envoyé spécial de l’ONU annoncent un accord « historique » pour de prochaines élections

Les quatre responsables officiels libyens, réunis à Paris, sur proposition du président de la République, Fayez al-Sarraj, premier ministre du (prétendu) gouvernement d’union nationale, le maréchal Khalifa Haftar, le seul homme fort de la Libye, Aguila Salah, président de la Chambre des Représentants (de quoi, de qui ?) et Khaled al-Mechri, président du Conseil d’Etat, se sont engagés solennellement « à œuvrer d’une manière constructive, avec le concours des Nations Unies, pour organiser des élections le 10 décembre 2018, et en respecter les résultats… ce qui est loin d’être sûr (que des élections soient organisées à cette date et, surtout, que les résultats soient respectés !).

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Cette déclaration n’a pas été scellée par une signature (qui, il est vrai et constaté, qu’elle n’est que rarement respectée) et cela à la demande du président français, qui a lâché ces quelques mots : « Donc tout le monde travaille ensemble sur cette base, bravo ! » (Pas très enthousiaste !). Il a cependant conclu qu’il s’agissait d’une rencontre « historique » (Normal puisque c’est lui qui l’a organisé) et une étape-clé vers la réconciliation après la chute de Kadhafi et sept années de chaos (Ca c’est vrai !).

L’envoyé spécial de l’ONU, Ghassan Salamé, a également qualifié d’historique cette réunion des quatre et s’est montré « très optimiste » (Il est sans doute l’un des seuls à l’être !)

Le premier ministre, Fayez al-Sarraj, a appelé à « arrêter les combats partout en Libye car « assez de sang a coulé ». Toutes les forces militaires et de sécurité, très nombreuses et émiettées en de multiples milices autonomes, devront s’unifier autour de l’ANL (Armée Nationale Libyenne), sous les ordres du maréchal Haftar.

Jusque-là tout paraît positif : « Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ! ».
Mais qu’en est-il des groupes importants jihadistes qui investissent la Libye ? Ils sont de plus en plus nombreux et présents et s’opposent par la violence à tout accord conclu sans leur aval. (Encore 12 morts, le 2 mai à Tripoli, dans un attentat contre le siège de la commission électorale.)

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

L’Etat Islamique est loin d’avoir dit son dernier mot et la Libye sert de repli et de regroupement à ses « combattants », tout au moins à ceux qui ne sont pas tués en Syrie.
On souhaiterait être aussi optimiste que l’envoyé de l’ONU mais il est fort à craindre qu’en définitif il ne s’agisse, une nouvelle fois que d’un coup de « com. » parfaitement mis au point par le président de la République Française, un de plus, après celui de Washington et de Saint-Pétersbourg !

La « com. » c’est pas mal, la prochaine ce sera où ? Mais des résultats positifs ce serait bien mieux… Où se cachent-ils ? Comme sœur Anne, nous ne voyons rien venir à l’horizon !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

7
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz