Quantcast
FLASH
[21/04/2019] L’acteur juif Zelinskiy vient de remporter haut la main les élections présidentielles en Ukraine  |  Des écoles de Barcelone retirent 200 livres jugés sexistes de leurs bibliothèques : dont le petit chaperon rouge et la belle au bois dormant.. Les ayatollahs de la bien-pensance nous étouffent  |  Attentats Sri Lanka mise à jour : 200 morts, 525 blessés, 8 bombes  |  Le bilan provisoire des attentats du Sri Lanka se monte à 130 morts, et plus de 460 blessés  |  [18/04/2019] #Sarthe : Prise d’otages au supermarché Super U de Bessé-sur-Braye, les gendarmes sur place  |  Effet Trump: Les demandes hebdomadaires de prestations d’assurance-chômage chutent pour la cinquième semaine consécutive, tombant au niveau le plus bas depuis septembre 1969  |  Effet Trump: Les ventes au détail aux États-Unis augmentent au rythme le plus rapide depuis septembre 2017  |  Le président israélien Rivlin vient de charger Netanyahou de former son 5e gouvernement  |  [16/04/2019] Omar Barghouti : « j’ai fondé BDS pour boycotter Israël, pourquoi suis-je boycotté et interdit d’aller aux Etats-Unis ? »  |  Elections israéliennes : après tous les recomptes, Naftali Bennet et Ayelet Shaked sont retoqués  |  Notre Dame : Si les entreprises de rénovation sont coupables alors leurs assurances payerons. Le fait qu on accepte les dons laisse craindre que c’est un attentat  |  Incendie de Notre-Dame : la mairie de Paris débloque 50 millions d’euros pour la reconstruction. N’est ce pas formidable que la mairie ait autant d’argent bloqué !  |  Ca a du bon d’avoir des riches. Un milliardaire français offre 100 millions pour réparer Notre Dame  |  [15/04/2019] L’antisémite Alain Soral condamné à 1 an de prison pour négationnisme – un peu dommage, les autres vont maintenant être plus discrets au lieu d’être repérés et rééduqués  |  [11/04/2019] Effet #Trump : 55% des Américains approuvent la politique de Trump. 58% approuvent l’économie sous Trump (sondage Georgetown)  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Manuel Gomez le 18 juin 2018

Toute l’histoire gaullienne ne repose que sur des impostures.

Première imposture : le départ de de Gaulle à Londres.

Le 16 juin de Gaulle est de nouveau à Londres et le soir même il rejoint Bordeaux, nouveau siège de repli du gouvernement français. Paul Reynaud vient de démissionner et Philippe Pétain est appelé pour le remplacer. Le général « à titre temporaire » espère beaucoup de la constitution de la nouvelle équipe gouvernementale, pour le moins qu’il soit reconduit à son poste de sous-secrétaire d’État mais pourquoi pas un ministère plus important compte tenu de ce qu’il croit être ses bonnes relations avec le maréchal Pétain. Ce n’est pas le cas celui-ci n’a qu’une confiance mitigée et peu d’estime pour ses qualités stratégiques. Infiniment déçu de Gaulle repart le soir-même vers la capitale britannique.

Il s’agit là d’un point très important car si de Gaulle s’était vu confier un poste ministériel ou même sa reconduction comme sous-secrétaire d’État, il serait resté à Bordeaux et aurait fait partie du premier gouvernement Pétain. Quelle aurait été sa véritable conduite dans la suite des évènements ? Cela nous ne le saurons jamais.

Deuxième imposture : L’ « historique » appel du 18 juin lancé par le général de Gaulle.

Il faut que cela se sache : « historique » entre guillemets car cet appel n’a été écouté que par une infime minorité de Français. A l’époque ils avaient bien d’autres préoccupations plus graves que d’écouter radio Londres. D’ailleurs pourquoi auraient-ils dû l’écouter ? L’appel deviendra historique quelques jours plus tard après avoir été enregistré et remanié.

L’appel qui est ainsi célébré est un « faux ».

En effet, devant l’échec total de son premier appel du 18 juin, auquel n’avait répondu aucun chef militaire des trois armées, même pas les officiers qui avaient été sous son commandement, aucun homme politique, aucun diplomate, etc. de Gaulle se trouve à Londres totalement isolé et sans mission officielle. Le gouvernement français lui ordonne de rentrer en France, « sous peine d’être jugé comme déserteur ».

De Gaulle écrit alors au général Weygand, chef des Armées, le 20 juin 1940 :

« Mon général, j’ai reçu votre ordre de rentrer en France. Je me suis donc tout de suite enquis du moyen de le faire car je n’ai, bien entendu, aucune résolution que de servir en combattant » (Mémoires de guerre – 1954).

Depuis 1958 cette lettre est supprimée, occultée par tous les historiens officiels du gaullisme qui nous livrent donc une histoire de France revue et corrigée.

Si de Gaulle avait pu se procurer un moyen de transport, que les autorités britanniques lui ontrefusé, il aurait rejoint Bordeaux.

C’est la raison pour laquelle cette phrase « célèbre » qui débute son discours du 18 juin :

« Un gouvernement de rencontre qui a capitulé, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude » est un « faux » puisqu’elle a été rajoutée le 22 juin.

Troisième imposture :

Rajoutée pourquoi ? Tout simplement afin de rendre son « appel » plus crédible et de faire croire aux Français qu’il avait volontairement « fuit » à Londres avec l’objectif bien déterminée d’organiser la résistance contre l’envahisseur.

Alors qu’il n’était en Angleterre que parce qu’il n’avait eu aucune possibilité matérielle de quitter ce pays.

Si l’on devait se souvenir de de Gaulle grâce à ses discours il en est de plus récents qui résonnent encore à nos oreilles et qui ont été, eux, entendus par des millions de français : le « Je vous ai compris » et le« Jamais le drapeau algérien ne flottera sur Alger ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :