FLASH
[15/07/2018] Depuis samedi matin, les terroristes ont tiré plus de 200 roquettes sur les citoyens israéliens. Et aucun gros titre pour dénoncer ça ?  |  [14/07/2018] Tsahal a frappé des douzaines de cibles du #Hamas à la suite des attaques terroristes de roquette contre non pas l’armée mais des civils en #Israël  |  Eric Ciotti a qualifié Emmanuel Macron d' »adolescent immature » atteint d’un « sentiment de surpuissance ». Ça dit quoi sur les français qui ont choisi d’élire un ado immature ?  |  #Syrie L’État islamique affirme que des engins explosifs ont explosé à la base de Hay’at Tahrir Al-Sham à Sarmada- #Idlib  |  #Tsahal vient de cibler 1 zone derrière l’Université Al Quds au nord de #Gaza avec un missile en réponse à une agression du Hamas  |  #Gaza: 2 Palestiniens modérément blessés par 1 roquette artisanale tirée depuis Gaza et retombée sur Gaza dans le quartier d’Al-Nasser à Rafah. Boom!!!  |  #Bastille night was very quite in #Paris area: 237 jailed, 183 arrests for questioning, 134 vehicles burned. 5 police officers, 4 firemen injured. 1 supermarket looted. Immigration brings a lot of good things  |  La nuit du 13 juillet a été normalement calme en région parisienne: 237 interpellations, 183 GAV, 134 véhicules incendiés. 4 policiers, 4 pompiers et 1 gendarme blessés. 1 Franprix pillé  |  « Après ma nuit blanche à cause des tirs de roquettes des islamistes de Gaza superbement occultés par les médias, l’alerte rouge continue chez moi au sud d’Israël. C’est ça, une religion de paix et d’amour ? »  |  Purge de #Twitter: Les journalistes et gauchistes s’attendaient à ce que Trump perde des millions de followers, il en a perdu 340 000. Obama en a perdu 3 millions, mais là les gauchistes ont regardé ailleurs  |  Pour la 1ère fois depuis 2014, 1 missile antichar guidé a été tiré sur les forces israéliennes à l’est de Khan Younis. Des chars israéliens ont tiré sur 1 maison d’où le missile a été lancé. Plusieurs victimes parmi les terroristes  |  Fin du suspens: Le Sénat confirmera la nomination du juge Kavanaugh à la Cour suprême le 1er octobre – prudemment avant les élections de mi-mandat  |  Les Arabes rapportent que des avions de combat israéliens bombardent des cibles terroristes du Hamas dans le centre de Gaza en réponse aux attaques terroristes d’aujourd’hui le long de la clôture de la frontière de sécurité. Des alertes rouge retentissent dans le sud d’Israël  |  [13/07/2018] De plus en plus à gauche, les Démocrates ont demandé que les fonds du Congrès soient utilisés pour fournir gratuitement des tampons d’hygiène féminine. Ils en ont reçu 500 par la poste !  |  Les médias obsédés par la haine de Trump ne vous ont pas dit que Trump passe en revue les troupes avec la reine Elizabeth II à Windsor, l’une des rares, sinon la seule fois en plus de 70 ans, qu’elle l’a fait avec un chef d’État? Étrange, leur métier n’est pas d’informer?  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Manuel Gomez le 24 juin 2018

Le 7 juillet 2016, durant le déroulement des Fêtes de San Fermin, à Pampelune, au pays basque espagnol, cinq jeunes hommes, venus de Séville (Andalousie), âgés de 27 à 29 ans, cherchaient absolument une rencontre sexuelle.

Ils croisaient une jeune madrilène de 18 ans, fortement sous l’emprise de l’alcool. Elle a eu le mauvais réflexe d’embrasser l’un des cinq, alors, sept minutes après l’avoir rencontré, ils l’ont obligé à entrer dans le hall d’un immeuble et l’ont forcée à faire des fellations puis l’ont violée par voie vaginale et anale, sans préservatif. Ils l’ont ensuite abandonnée à demi-nue, lui volant même son portable pour qu’elle ne puisse pas appeler au secours.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Non totalement satisfait de leur exploit, ils ont eu l’idée perverse de diffuser une vidéo de leur agression sexuelle, de leur viol collectif, par WhatsApp en titrant : « En train de baiser une à cinq ».

Sur cette vidéo la jeune victime apparaît les yeux fermés, cernée et rivée dos au mur.

Elle a été retrouvée plus tard, en pleurs, sur un banc par des passants.

D’autres vidéos présentes sur WhatsApp, évoquant le désir de ces cinq voyous de « baiser une nana à cinq », n’ont pas été visionnés lors du procès, sur décision du tribunal.

Lors des très nombreuses fêtes, dans toutes les villes d’Espagne, qui font la plaisir des espagnols, et notamment lors de celles de Pampelune, on déplore des agressions sexuelles et même des viols, de plus en plus souvent !

Ces cinq « criminels », dont un garde civil et un ancien militaire, ont été arrêtés, jugés et condamnés, mais le Parquet a estimé leur condamnation, en première instance, « trop clémente ».

Le Tribunal de Navarre (Espagne) vient de prendre la décision stupéfiante de les libérer sous la caution ridicule de 6000 euros chacun et ces cinq voyous, qui ont donc violés collectivement une jeune fille de 18 ans, peuvent, en toute tranquillité, rentrer chez eux, libres, sous contrôle judiciaire, en attendant que leur condamnation à des peines de prison soit revue en appel. Le Tribunal a estimé que « la récidive » est « quasi-impensable », à cause de la pression qui s’exerce sur eux !

Les cinq criminels étaient en détention provisoire depuis presque deux ans.

Cette décision « inique » a provoqué une immense colère dans toute l’Espagne et de très nombreuses manifestations se sont organisées le 22 juin.

Des dizaines de milliers d’espagnols se sont rassemblés, notamment devant le ministère de la justice, à Madrid, mais également à Pampelune durant plusieurs jours, sur la place de la mairie, mais également à Séville, d’où sont originaires les cinq violeurs, et à Valence, Saragosse, Grenade, etc.

Une pétition en ligne, lancée le 21 juin sur le site Change.org a recueillie en 24 heures plus de 670.000 signatures.

L’Espagne, déjà sous le choc d’un changement imprévu de gouvernement, se trouvant devant le fait accompli de subir un premier ministre socialiste pour lequel elle n’avait pas voté, et qui a pris la décision d’accueillir «toute la misère du monde» dont ne voulait plus l’Italie, ni les autres pays européens, constatant que cela va se reproduire plusieurs fois, alors qu’il ne s’agit nullement de «demandeurs d’asile», n’avait pas besoin de se trouver confrontée à une telle décision aberrante d’un tribunal qui remet en liberté «La mandat» (La meute), c’est le surnom dont elle a baptisé ces cinq criminels.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz