FLASH
[17/11/2018] Arnaud Chavez, meneur des gilets jaunes pour Mézières, a été photographié faisant une quenelle nazie devant une stèle en hommage des victimes juives du nazisme  |  Les deux individus incarcérés suite à la violente agression du policier de la Bac Toulon, le 2 novembre dernier à Hyères, ont été remis en liberté en toute discrétion par la justice  |  [16/11/2018] Nikki Haley : Les Etats-Unis s’opposent à l’appel de l’Assemblée générale des Nations unies pour qu’Israël rende le plateau du Golan à la Syrie  |  [15/11/2018] Voici un aperçu de la prudence avec laquelle #Israël évite les pertes civiles à #Gaza: L’armée israélienne a appelé un type et a passé 45 minutes au téléphone avec lui pour qu’il évacue sa maison, avant de bombarder le bâtiment des médias du #Hamas situé à côté  |  Le sebateur Lindsey Graham a déclaré qu’il enquêterait davantage sur la controverse entourant les e-mails d’Hillary Clinton s’il devenait président du Comité judiciaire l’an prochain  |  Un « militaire » se filme et déclare qu’il est « obligé de travailler avec les porcs » en désignant les gendarmes  |  [14/11/2018] Effet trump : L’optimisme économique des petites entreprises se maintient au niveau le plus élevé depuis 45 ans  |  Floride, corruption Démocrate exposée : Les procureurs fédéraux découvrent des documents électoraux modifiés dans le comté de Broward liés aux Démocrates  |  Les Etats-Unis offrent une récompense de 5 millions de dollars pour la capture du dirigeant du Hamas Saleh Al-Arouri  |  [13/11/2018] Un camion vient d’exploser à l’angle rue Crozatier/rue du Faubourg Saint-Antoine à Paris. La façade d’un bureau de tabac attenant a également pris feu.  |  Ce mardi 13 à 20h, conférence de Guy Millière à Tel Aviv, 88 rue Ben Yehuda  |  Au Mali, 3 civils tués dans un attentat-suicide islamiste contre un sous-traitant de l’ONU  |  « Notre objectif est de presser l’#Iran jusqu’à la dernière goutte » déclare John Bolton, conseiller géopolitique de Donald #Trump  |  Arizona : la Républicaine Martha McSally concède la victoire sénatoriale à la Démocrate d’extrême gauche Krysten Sinema  |  Incendies proche de nous en #Californie: bilan : 44 morts, le plus lourd de l’histoire de l’État – politique écologiste et socialiste de « préservation » de la flore mise en cause  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 24 juin 2018

La soirée du 21 juin à l’Élysée, à l’occasion de la fête de la musique, avait quelque chose de particulier. Une ambiance inhabituelle pour une soirée à l’Élysée. Oubliez la prestance, la sobriété, la grande musique, la chanson populaire française, l’opéra… l’ambiance était électro. Mais ce qui étonne encore plus, ce sont les « danseurs ».

On pouvait lire sur le t-shirt d’un DJ « noir et pédé », les hommes (peu de femmes) typés afro, étaient vêtus de résilles, de mini-short et dansaient en se trémoussant, avec souplesse, il faut l’admettre. Et tout ce petit monde s’est réuni pour une photo avec le couple présidentiel.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Si cet événement nous scandalise, ce n’est pas parce que les danseurs sont noirs ou qu’ils sont homosexuels. Nous estimons (et les réactions sur les réseaux sociaux semblaient pour beaucoup de cet avis, du moins auprès de celle que l’on qualifie de « fachosphère »), que ce type de spectacle n’a simplement pas sa place à l’Élysée.

En effet, les reproches que nous pouvons adresser concernent moins ces danseurs et leur type de spectacle, qui a sa place certainement dans une « boîte gay », que le choix du couple présidentiel. Car ces danses et ces tenues ne sont pas neutres. Les tenues sont courtes, ils travestissent en partie le corps de l’homme, les mouvements évoquent la sexualité. Ces spectacles sont faits de sorte à briser les codes publics, les codes de genre et hétérosexuels. Et « casser les codes », n’est pas signe de décadence de civilisation en soit. Une société a des normes et des occasions de « suspendre » cet ordre, comme au Carnaval de Rio par exemple. Nous touchons là presque à un phénomène anthropologique. Une société invente ses moyens de rompre ses codes ponctuellement.

Ce type de spectacle a par exemple lieu habituellement dans les soirées LGBT, réservées aux adultes éclairés, conscients de ce qu’ils vont y trouver (et qu’ils recherchent surtout), le temps d’une fête, d’un moment de divertissement et d’égarement comme il en existe sous différentes formes.

Mais si la société tolère, accepte et encadre ces festivités, elles n’ont pas habituellement pour destination la scène publique, pas toutes. La scène publique est le lieu des normes et des conventions. Ce ne sont pas ces festivités qui organisent la scène publique mais la société qui encadre ces festivités en lui attribue des lieux ou des moments.

Si certains disent qu’au nom de la liberté, ce type de spectacle n’aurait pas de lieu approprié, trouveraient-ils normal, seraient-ils capables honnêtement d’organiser ce type de soirée à un anniversaire d’enfants ou dans un cimetière ? S’ils admettent que non, ils admettent alors qu’il existe des lieux et des publics pour certaines activités, donc des conditions, ce qui va à l’encontre d’une liberté absolue.

Il reste donc à déterminer si l’Élysée fait partie de ces lieux, alors qu’il fait partie de la vie publique et qu’il est médiatisé et donc potentiellement regardé par le monde entier. Il faut donc se demander l’image que l’on veut renvoyer de l’Élysée. S’il s’agit d’une image de dignité, de sobriété, d’élégance, de distinction, de grandeur… ou de débauche. Et c’est un questionnement que l’on peut se poser que l’on soit homosexuel (affilié ou non à une communauté) ou pas.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Laurent Duverger pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz