FLASH
[22/02/2019] Fusillade mortelle à Colomiers, dans la banlieue ouest de Toulouse : 1 mort  |  [21/02/2019] L’administration dépense trop ? Pas grave, qu’ils payent : Île-de-France, nouvelle taxe sur les parkings  |  Excellente nouvelle : le jihadiste français Fabien Clain a été tué mercredi en Syrie  |  Jussie Smollett, l’acteur de Empire et proche d’Obama qui a fabriqué son attaque raciste par des pro-Trump, dort ce soir au poste  |  [20/02/2019] L’aviation israélienne a bombardé une position terroriste de Gaza en riposte à l’attaque avec explosifs attachés à un ballon plus tôt aujourd’hui  |  L’ado catho de Covington accusé à tort de propos racistes contre un natif indien, poursuit le Washington Post pour 250 millions de dollars pour avoir menti sur l’incident viral  |  [19/02/2019] Seulement quelques heures après avoir annoncé sa candidature, le socialiste Démocrate Bernie Sanders récole 1 million $ de dons – le gros pognon, il est chez les socialos  |  Trump lance une campagne mondiale pour mettre fin à la criminalisation de l’homosexualité dans des dizaines de pays, dirigée par l’ambassadeur des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell (homosexuel)  |  #Marseille : l’homme a tiré sur la police qui a répliqué le blessant grièvement  |  #Marseille : un homme a attaqué au couteau 4 personnes  |  Val de Marne : des inscriptions « mort aux juifs » ont été retrouvées devant l’école juive et la synagogue de Bry-sur-Marne  |  [18/02/2019] @MikeGapes: « Quand j’ai rejoint le parti travailliste en 1968, j’ai rejoint un parti politique et non une secte stalinienne »  |  Félicitations au Sénégal pour son élection à la présidence du « Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien »  |  Les antisémites de BDS vont manifester à Ménilmontant mardi contre l’antisémitisme pour tenter de faire croire qu’ils ne sont pas antisémites. Qui pensent-ils tromper ?  |  A l’instant : en Syrie, deux explosions dans la province d’Idlib détenue par les rebelles ont tué au moins 15 personnes  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Pierre Rehov le 24 juin 2018
Enfants de migrants dans des cages, en 2015, sous la présidence Obama

Le 17 juin 2018, les blogues de droite ont publié une série d’articles rapportant que l’administration de l’ancien président américain Barack Obama avait remis des enfants immigrants à des trafiquants d’êtres humains.

Les reportages ont été publiés en réponse au tollé général suscité par une politique adoptée par le successeur d’Obama, le président Donald Trump, dont l’administration a annoncé en avril 2018 une politique d’immigration «zéro tolérance». En vertu de cette politique, tous les adultes qui sont capturés en traversant la frontière sud des États-Unis entre les points d’entrée sont accusés de crimes fédéraux, puis séparés des enfants qui les accompagnent.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Au fur et à mesure que la politique entrait en vigueur, des reportages documentant des enfants désemparés et traumatisés arrachés à leurs parents par les autorités de l’immigration et des images d’enfants migrants détenus dans des cages ont provoqué une réaction des deux côtés du spectre politique contre l’administration Trump.

En réponse aux retombées croissantes, les partisans du président ont rédigé des articles critiquant son prédécesseur sur la base d’une affaire criminelle de 2015 et du rapport du Sénat de 2016 émanant d’un réseau de trafiquants de Marion, Ohio, qui utilisaient des enfants migrants pour des travaux forcés. Des blogs de droite, comme «Conservative Tribune» de wwwWesternJournal.com, par exemple, ont confusément rapporté que les médias étaient «silencieux» à propos de l’affaire, tout en agrégeant leur histoire à partir d’un rapport du New York Magazine:

Les médias de gauche sont restés étrangement silencieux quand la détention des enfants migrants a duré des années avant que Trump ne prenne le pouvoir … et maintenant il semble qu’ils se taisent aussi quand l’administration de Barack Obama a littéralement placé les enfants immigrants entre les mains des trafiquants d’êtres humains depuis.

« Le gouvernement américain a placé un nombre inconnu d’enfants migrants d’Amérique centrale sous la garde des trafiquants d’êtres humains après avoir négligé d’effectuer les contrôles les plus élémentaires sur ces soi-disant « soignants », rapporte le magazine New York en 2016.

C’est une affirmation manifestement fausse que les «médias de gauche sont restés étrangement silencieux» à propos de l’affaire, car une simple recherche sur Google révèle qu’elle a été largement rapportée par les médias locaux et nationaux et fait l’objet d’un documentaire PBS. Comme le note le texte, la propre histoire de Conservative Tribune était basée sur de tels reportages.

En juillet 2015, le ministère de la Justice des États-Unis a inculpé un réseau de trafiquants mené par Aroldo Castillo-Serrano et les a accusés de faire passer clandestinement des enfants aux États-Unis. Ils ont également été accusés de mentir au Bureau de la réinstallation des réfugiés (ORR) du HCR en se faisant passer pour des parents afin d’obtenir la garde des enfants et de les utiliser pour le travail forcé à Marion, une ville au nord de Columbus. L’acte d’accusation fédéral déposé au tribunal de district de l’Ohio accuse Castillo-Serrano et ses conspirateurs de forcer les enfants à vivre dans des caravanes sordides et de travailler six ou sept jours par semaine, utilisant la menace et la violence physique comme coercition.

Selon le ministère de la Justice, Castillo-Serrano a plaidé coupable en août 2015 de chefs d’accusation liés à la traite. Il a été condamné à plus de 15 ans de prison et condamné à payer la restitution aux victimes.

L’affaire a déclenché une enquête du sous-comité sénatorial menée par Rob Portman (R-Ohio) qui a conclu que les processus utilisés par l’ORR pour sélectionner les sponsors «sont inadéquats pour protéger les enfants dans les soins de l’agence». Le processus n’évaluait pas physiquement les maisons où les enfants étaient placés et ne vérifiait pas adéquatement les antécédents des adultes résidant dans ces maisons. Le rapport a révélé qu’en 2014, «le HHS permettait à un répondant d’empêcher un intervenant en protection de l’enfance de rendre visite à l’une des victimes, même après que l’intervenant avait découvert que l’enfant ne vivait pas à l’adresse avec HHS».

À la suite de l’enquête, le HHS et le Department of Homeland Security ont conclu un accord visant à élaborer un plan conjoint qui permettrait de régler les problèmes soulevés dans le rapport. En date du 26 avril 2018, cela ne s’était pas encore produit selon Portman, qui a publié une déclaration dénonçant les agences pour leur incapacité à agir. Il a écrit:

L’accord stipulait que les agences entreraient dans un « concept commun des opérations » détaillé qui préciserait ce que les agences feraient pour résoudre les problèmes. Ils se sont donné une date limite de février 2017. C’était il y a plus d’un an.

En mai 2018, le secrétaire d’administration adjoint par intérim du HHS pour l’enfance et la famille, Steven Wagner, a déclaré à un comité de surveillance du Sénat que l’agence ne pouvait pas comptabiliser les 1 475 enfants qu’elle avait placés avec des sponsors d’octobre à décembre 2017. La fureur suscitée par cette histoire a indigné la politique de «tolérance zéro» de l’administration Trump, les critiques s’inquiétant du fait que le gouvernement fédéral écrasait inutilement un système déjà surchargé d’enfants traumatisés.

Pour empirer les choses, une enquête publiée le 19 juin 2018 par McClatchy a révélé que ce chiffre n’était qu’un instantané d’une période de trois mois et que le nombre d’enfants qui ne sont pas pris en compte par HHS est en réalité de près de 6 000. Ce chiffre est probablement exacerbé par un accord d’avril 2018 qui permet de partager les informations de vérification des antécédents, y compris le statut d’immigration, des aidants comme les parents et les proches avec les autorités de l’immigration. McClatchy a rapporté:

La nouvelle estimation intervient alors que le contrecoup de la décision du président Donald Trump de séparer les parents et les enfants. Les défenseurs soutiennent que les familles et les parrains craignent de plus en plus les fonctionnaires fédéraux qui utilisent maintenant les renseignements fournis par les travailleurs sociaux du gouvernement pour effectuer des contrôles d’immigration et, dans certains cas, cibler les parrains, y compris les parents et les membres de la famille. 

Mais Obama étant au-dessus des lois, selon certains médias, tandis que Trump est coupable par nature et par essence, rien d’étonnant à ce que l’affaire des enfants d’immigrés séparés de leurs parents éclate aujourd’hui… 

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pierre Rehov pour Dreuz.info.

(d’après une enquête de snoops.com)

 

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :