Publié par Gaia - Dreuz le 29 juin 2018

Au premier trimestre, la dette publique s’élève à 2255 milliards d’euros, soit une hausse de 36,9 milliards par rapport au précédent trimestre, relève l’Insee.

Deux jours après la sévère mise en garde de la Cour des comptes, qui a appelé le gouvernement à des «mesures fortes» pour améliorer l’état des finances publiques françaises, la note de l’Insee publiée ce matin vient enfoncer le clou. La dette publique de la France – celle de l’ensemble des administrations publiques du pays – a augmenté au premier trimestre 2018 de 36,9 milliards d’euros, révèle l’institut statistique à l’occasion de la publication des comptes nationaux trimestriels. Mesurée selon les critères de Maastricht, elle s’établit à 2255,3 milliards d’euros au premier trimestre 2018, contre 2226,1 milliards au trimestre précédent. Rapportée à la richesse nationale, elle représente 97,6% du PIB (Produit intérieur brut).

Comment expliquer cette hausse? Par la contribution de l’État à la dette, qui a augmenté de 40,7 milliards d’euros sur les trois premiers mois de l’année, selon l’Insee. Alors que la contribution à la dette des administrations de sécurité sociale a de son côté reculé de 2,6 milliards d’euros, «surtout du fait de l’Acoss», organisme collecteur des cotisations de sécurité sociale dont les comptes se sont améliorés de 1,8 milliard d’euros. De même pour les administrations publiques locales, dont la contribution a reculé de 1,4 milliard d’euros, notamment grâce aux efforts des communes (-1,3 milliards) et des départements (-0,8 milliard), contrairement aux régions, qui ont creusé légèrement leur endettement (+0,4 milliard). Enfin, la «dette publique nette», qui tient compte de la trésorerie présente dans les caisses des administrations publiques, a pour sa part augmenté de 16 milliards d’euros pour atteindre 2039 milliards d’euros.

Dans son rapport sur les perspectives des finances publiques dévoilé mercredi, la Cour des comptes s’est montrée méfiante quant aux promesses du président Macron et du gouvernement Philippe d’équilibrer, d’ici à 2022, les comptes de la France. La France est certes «sortie de la procédure de déficit excessif» en ramenant l’an dernier son déficit sous la barre des 3% du PIB, pour la première fois depuis 2007, soulignent les Sages dans leur rapport annuel sur les perspectives budgétaires françaises. Mais sa situation «s’est détériorée par rapport à celle de ses partenaires européens», la dette publique française ayant grimpé de près de 32 points en dix ans.

Rebond de la consommation des ménages

Toutefois, l’Insee relève un rebond (0,9%) des dépenses de consommation des ménages en biens en mai, après une chute le mois précédent de 1,8%. Cette progression a été favorisée par la hausse des achats de biens alimentaires, de voitures, de téléviseurs ainsi que de la consommation d’énergie. Dans le détail, la consommation alimentaire a rebondi de 1,8%, celle de l’énergie s’est redressée modérément de 1,7% après avoir baissé de 5% en avril, un mois où les températures ont été «très supérieures aux normes saisonnières». Du côté des biens durables, «les dépenses en matériels de transport augmentent, portées par les achats d’automobiles d’occasion, et dans une moindre mesure par les achats de motocycles». Les dépenses en biens d’équipement du logement ont augmenté de 1,2%, «majoritairement en raison des achats de téléviseurs», à l’approche notamment de la Coupe du monde de football qui a démarré le 14 juin et se termine le 15 juillet. En revanche, les dépenses en habillement – textile se sont nettement repliées en mai, de 3% après avoir connu une hausse de 3,4% en avril.

Source : Lefigaro

23
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz