FLASH
[22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  |  Joie chez les antisémites: Des centaines de terroristes musulmans se livrent ce soir à des émeutes à plusieurs endroits le long de la clôture de sécurité avec Gaza et tentent de la saboter pour s’infiltrer en Israël et assassiner des Juifs  |  3 feux de forêt dans le Negev israélien provoqués par des ballons incendiaires palestiniens – et toujours aucune condamnation des écologistes  |  2 Marocains se faisant passer pour réfugiés mineurs d’origine libyenne et arrêtés à Rotterdam planifiaient des attentats à Paris (source NLTimes.nl)  |  L’armée israélienne va démolir le bâtiment où le terroriste qui a assassiné le soldat Ronen Lubarsky a vécu. Le ministre de la Défense a déclaré : « Pas de compromis avec la terreur »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 10 juillet 2018

Selon Michael Goodwin, Hillary Clinton ne se contente pas de gémir sur sa défaite et de critiquer Trump à chaque opportunité pour venger sa défaite électorale. Elle songe réellement à se représenter aux élections présidentielles en 2020.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit sa chronique parue le 7 juillet dans le New York Post.

**************

Hillary Clinton projette-t-elle secrètement de se présenter en 2020 ?

Ses messages transmettent un sentiment d’urgence et sortent de plus en plus fréquemment. Ce sont des réactions indignées, courtes et ciblées chaque fois qu’un « scandale » est supposément provoqué par le Président Trump.

Certains messages se terminent avec une demande de contribution monétaire, d’autres exhortent les gens à participer à des manifestations. Tous semblent être envoyés du quartier général de la « Résistance ».

Hillary Clinton prépare quelque chose.

Cinq fois, juste au cours du dernier mois, elle a envoyé des courriels vantant le rôle de son super PAC (NdT : un PAC, Political Action Committee, est un comité d’action politique qui finance un candidat) dans la lutte contre le Président Trump. La plupart portaient sur des événements faisant la une des médias tels que la question de la séparation des familles à la frontière sud.

Sous le message titré « Horrible », elle a écrit le 18 juin : « C’est une crise morale et humanitaire. Tous ceux parmi nous qui ont déjà tenu un enfant dans leurs bras, et tous les êtres humains doués de compassion et de décence devraient être indignés ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Elle a prétendu qu’elle avait averti les Américains des politiques d’immigration de Trump pendant la campagne de 2016.

Trois jours plus tard, elle a remis ça, affirmant que son groupe, Onward Together, va récolter 1 million de dollars et le partager avec les organisations travaillant pour changer la politique frontalière, y compris l’American Civil Liberties Union et un groupe d’immigrés, de réfugiés, de Latinos et de femmes.

Le lendemain du jour où le juge à la Cour suprême, Anthony Kennedy, a annoncé son départ à la retraite, Hillary a présenté un nouveau groupe, partenaire de la « Résistance ». Appelé Demand Justice, ce groupe promet de protéger « les droits reproductifs, les droits de vote et l’accès aux soins de santé » en encourageant les Démocrates au Sénat de rester uni dans leur opposition à tout candidat conservateur nommé par Trump.

La vraie nature du groupe Demand Justice est reflétée par le nom de son directeur exécutif : Brian Fallon, le secrétaire de presse de Mme Clinton.

En vérité, le rôle de Fallon ne nous révèle rien que nous ne savions déjà. Onward Together, formé en mai 2017, est un véhicule en attente pour la campagne présidentielle de Clinton en 2020. Sa page d’accueil indique que le groupe « se consacre à promouvoir la vision qui a permis à Hillary de récolter près de 66 millions de votes lors des dernières élections ».

Promouvoir la vision ? Il s’agit plutôt de promouvoir la candidate qui a recueilli ces votes en dépit de son manque total de vision.

Alors que le Parti Démocrate est engagé dans une lutte entre son aile gauche et son aile gauche radicale, aucun leader n’est apparu pour l’unifier. Mme Clinton tente de combler ce vide en jouant à la mère poule auprès des militants novices que leur détestation de Trump amène à s’impliquer en politique.

Ceux qui étaient déjà impliqués en 2016, étaient fort probablement des partisans de Bernie Sanders lors des primaires qui ont abouti au couronnement d’Hillary. En acceptant son appui financier, ils lui deviennent redevables pour plus tard.

Mais aura-t-elle besoin de leur soutien plus tard ? Va-t-elle vraiment se présenter une troisième fois afin de finalement accéder à la Maison Blanche ?

Il n’y a pas si longtemps, j’ai dit à quelques amis, tous des Démocrates gauchistes, que d’après moi elle n’a pas écarté la possibilité d’un match revanche contre Donald Trump et qu’elle a peut-être déjà décidé de se représenter.

Leur réaction a été unanime – ils étaient tous horrifiés. « Je ne lui donnerai pas un centime », a déclaré avec insistance un homme, ancien donateur de la campagne de Mme Clinton.

Leurs raisons n’ont rien de surprenantes : son heure est passée, elle a été une très mauvaise candidate, ses gémissements incessants de « victime » sont lassants et n’inspirent personne. Il est temps de trouver du sang neuf.

Ces évaluations sont inattaquables, et sont certainement partagées par la vingtaine de Démocrates qui veulent présenter leur candidature à la nomination.

En outre, personne n’appelle à cor et à cris une autre candidature d’Hillary Clinton, ni à Hollywood, ni dans d’autres foyers de la gauche. Ils veulent une nouvelle superproduction, pas un autre épisode de l’échec déjà subi.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Alors elle est cuite, n’est-ce pas ? Peut être.

Par contre, il y a peu de chance qu’elle se complaise à jouer à l’organisatrice communautaire simplement pour être l’éminence grise décidant qui sera le prochain leader. Quand il s’agit d’argent et de pouvoir, les Clinton pensent que charité bien ordonnée commence par soi-même.

Voici comment, d’après moi, elle voit le terrain de jeu, et pourquoi on ne peut pas l’ignorer.

  1. Tout d’abord, parce que 18 mois dans la présidence de Trump, il n’y a toujours pas chez les Démocrates, un leader clairement en tête pour la nomination. Clinton demeure ce qui ressemble le plus à un titulaire. Elle a également de nombreux avantages : un nom connu, l’expérience de campagne, et surtout un groupe d’organisateurs prêts à l’emploi, ce qui pourrait lui donner une longueur d’avance.
  2. Deuxièmement, un terrain très diversifié et surpeuplé diminue les chances que quelqu’un la batte. Rappelez-vous comment Trump a survécu à 16 rivaux du GOP en ayant un noyau de supporters engagés qui a grandi à mesure que le champ des candidats se rétrécissait. Clinton pourrait être dans une position similaire – impopulaire pour beaucoup, mais impossible à battre par qui que ce soit, aucun adversaire n’étant à la hauteur.
  3. Troisièmement, dans la perspective des primaires de 2020, elle ne voit aucune raison de craindre les filles et les fils favoris dans les États bleus (démocrates) importants. Elle battrait certainement le Sénateur Kamala Harris en Californie, le Sénateur Cory Booker au New Jersey et le Gouverneur Andrew Cuomo à New York. Et oubliez, je vous en prie, Sanders et Joe Biden. Sanders a déjà 76 ans. Quant à Biden, à 75 ans, il n’a jamais été un candidat viable à la présidence et il ne l’est toujours pas.
  4. Quatrièmement, l’argent n’est pas un problème. Certains donateurs résisteront à Clinton au début, mais n’importe quel candidat démocrate peut compter sur tout l’argent du monde dès lors qu’il s’agit de se présenter contre Trump.

Pour être clair, il y a des scénarios envisageables dans lesquels Hillary Clinton ne pourrait pas se représenter.

Des raisons de santé, par exemple, ou un rival plus jeune parvenant à se hisser au sommet du peloton et à devenir le prochain Barack Obama.

D’une manière ou d’une autre, le cauchemar récurrent lié à ses deux défaites précédentes pourrait la renvoyer errer dans la forêt de Chappaqua.

Pour l’instant, je suis convaincu que Clinton veut se représenter. Ceux qui en doutent devraient se rappeler le dicton concernant les politiciens qui souffrent de démangeaison présidentielle : il n’y a que deux remèdes – l’élection ou la mort.

Par ailleurs, la troisième tentative pourrait être la bonne.

Source : NY Post

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz