FLASH
[22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  |  Joie chez les antisémites: Des centaines de terroristes musulmans se livrent ce soir à des émeutes à plusieurs endroits le long de la clôture de sécurité avec Gaza et tentent de la saboter pour s’infiltrer en Israël et assassiner des Juifs  |  3 feux de forêt dans le Negev israélien provoqués par des ballons incendiaires palestiniens – et toujours aucune condamnation des écologistes  |  2 Marocains se faisant passer pour réfugiés mineurs d’origine libyenne et arrêtés à Rotterdam planifiaient des attentats à Paris (source NLTimes.nl)  |  L’armée israélienne va démolir le bâtiment où le terroriste qui a assassiné le soldat Ronen Lubarsky a vécu. Le ministre de la Défense a déclaré : « Pas de compromis avec la terreur »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 11 juillet 2018

L’éditeur Eytan Halon du Jerusalem Post évalue les conséquences pour Israël de la démission de Boris Johnson.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit son article paru le 10 juillet dans le Jerusalem Post, signalé par le site Honest Reporting.

**************

Johnson n’hésitait pas à exprimer clairement son fort soutien à Israël alors qu’il était ministre des Affaires Étrangères.

La démission de l’ancien ministre britannique des Affaires Étrangères, Boris Johnson, a plongé le gouvernement de la Première Ministre Theresa May dans encore plus de difficultés moins d’un jour après que l’ancien secrétaire du Brexit, David Davis, ait quitté le gouvernement.

Dans sa lettre de démission, Johnson a critiqué la stratégie de négociation du Brexit de Mme May, affirmant que le Brexit « est en train de mourir, étouffé par un doute inutile ».

Theresa May a rapidement nommé le Ministre de la Santé, Jeremy Hunt, afin de remplacer Johnson au poste de Secrétaire aux Affaires Étrangères du Royaume-Uni, entamant une nouvelle ère moins flamboyante au Foreign Office britannique.

Sous le mandat ministériel de Johnson, les relations entre le Royaume-Uni et Israël ont prospéré avec des échanges bilatéraux entre les pays atteignant £6.9 milliards ($ 9.1 milliards) en 2017, en hausse de 25% comparativement aux £ 5.5 milliards ($ 7.3 milliards) en 2016.

Johnson n’a pas hésité à affirmer son soutien envers Israël lorsqu’il était ministre des Affaires Étrangères, louant le « génie d’Israël » lors d’une réception parlementaire en octobre 2017 marquant les 100 ans écoulés depuis la déclaration Balfour et se disant fier de « la contribution britannique à la création d’Israël » dans un éditorial publié dans le Daily Telegraph.

Sa ferme position pro-israélienne ne lui a pas valu de soutien universel.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les Palestiniens ont annulé des rencontres lors de sa tournée commerciale au Moyen-Orient en novembre 2015, alors qu’il était maire de Londres, après qu’il ait décrit les partisans du mouvement anti-israélien Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) comme étant une bande d’« universitaires gauchistes en vestes de velours ».

L’ancien maire de Londres était également un fervent partisan de l’urgence de parvenir à une solution à deux États au conflit israélo-palestinien, disant au Jerusalem Post en mars 2017 : « Vous devez avoir une solution à deux États ou bien vous aurez un système d’apartheid ».

L’instabilité récente au sein du Parti Conservateur fait que Johnson est considéré comme l’un des principaux rivaux de Theresa May à la direction du parti.

Populaire dans l’électorat britannique, l’ancien maire de Londres a perdu de nombreux appuis de parlementaires après le référendum de 2016 sur le Brexit, au cours duquel il a fait campagne en faveur de quitter l’Union européenne.

L’ambassadeur d’Israël au Royaume-Uni, Mark Regev, a réagi rapidement à la nouvelle nomination, félicitant le remplaçant de Johnson au Ministère des Affaires Étrangères, et exprimant l’espoir que les relations entre les deux pays continueront de se renforcer.

« Mazal Tov à Jeremy Hunt à l’occasion de sa nomination en tant que Secrétaire aux Affaires Étrangères, avec l’espoir que le partenariat israélo-britannique en sortira renforcé », a écrit l’envoyé israélien sur Twitter lundi soir.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Bien que les déclarations publiques de Hunt concernant Israël , soient rares, il a consacré une grande partie de la section de politique étrangère de son site Internet au Moyen-Orient et ses opinions concernant le conflit israélo-arabe reflètent en général celles du Parti Conservateur .

Hunt a exprimé son désir de promouvoir les relations d’affaires avec Israël et a déclaré sa forte opposition au mouvement BDS. Mais il a également souligné ses préoccupations concernant la démolition des villages palestiniens et la détention d’enfants palestiniens par les autorités israéliennes.

M. Hunt a réitéré le soutien de son gouvernement à une solution à deux États et s’est déclaré « très déçu par l’annonce de l’intention des États-Unis de transférer leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem ».

Si Hunt a condamné le Hezbollah comme étant « scandaleux et dégoûtant », il s’est abstenu par contre de demander l’interdiction de toute l’organisation en tant que groupe terroriste, déclarant que la question demeure « en examen ».

Le gouvernement britannique a proscrit l’aile militaire du Hezbollah en 2008 mais a choisi de ne pas interdire toute l’organisation. Citant une source de haut rang du Parti Conservateur, la Jewish Chronicle a rapporté en juin que le ministre britannique de l’Intérieur, Sajid Javid, allait interdire toute l’organisation plus tard cette année.

Alors que Hunt va chercher à rétablir la position internationale de la Grande-Bretagne avant de quitter l’Union Européenne en mars 2019, Israël espère bénéficier de l’évolution des perspectives commerciales de la Grande-Bretagne. Un livre blanc du gouvernement a déjà identifié Israël comme une priorité commerciale post-Brexit si le Parti Conservateur sort indemne dudit Brexit.

Les relations entre les deux pays devraient demeurer bonnes tant que les Conservateurs resteront au pouvoir. Un futur gouvernement travailliste dirigé par le leader actuel de l’opposition et militant pro-palestinien, Jeremy Corbyn, donnerait à Israël des raisons de s’inquiéter.

Hunt, qui n’a pas été le plus populaire des Secrétaires à la Santé depuis qu’il a pris ses fonctions en 2012, a une tâche peu enviable à l’échelle nationale et internationale alors que la Grande-Bretagne navigue dans les eaux agitées et imprévisibles du Brexit.

Malgré cela, Jérusalem espère que Hunt continuera à mener la Grande-Bretagne vers une relation de plus en plus forte et un soutien constant à Israël.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Source : Jerusalem Post

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz