FLASH
[18/10/2018] Le juge rejette la demande de Paul Manafort de porter un costume au tribunal plutôt qu’un uniforme de prison  |  Effet Trump : en raison du rééquilibrage des tarifs douaniers sur l’acier, les métallurgistes américains vont obtenir la plus forte augmentation de salaire depuis des années  |  Elections de mi-mandat américaines : Le Comité national républicain a levé 269 millions de $ : « c’est le meilleur chiffre de tous les temps »  |  Effet Trump : après avoir réduit les réglementations, le président demande au gouvernement de réduire ses dépenses de 5%  |  Corée du Sud : vague de protestations du peuple, le gouvernement recule et refuse l’asile à 400 migrants musulmans  |  Le Havre : Les policiers agressés par une dizaine de racailles cagoulés après la saisie de 200 kg de cocaïne  |  Un crédit d’impôts pour héberger des réfugiés : pourquoi les les SDF français n’ont jamais eu ce privilège ?  |  Clermont-Ferrand : Une étudiante violée en pleine rue a reconnu son agresseur – c’est un Algérien  |  [17/10/2018] Tiens tiens, le candidat brésilien soit-disant « extrême-droite » a refusé le soutien de David Duke, l’ex leader du KKK  |  Israël a détruit un autre tunnel terroriste partant de Gaza  |  Après des tirs de roquette depuis Gaza sur Beersheba, Israël a lancé une attaque aérienne d’envergure sur des sites terroristes du Hamas  |  [16/10/2018] La semaine dernière, une frappe aérienne américaine en Somalie a tué une soixantaine de membres du groupe terroriste Al-Shabaab  |  James Wolfe, directeur pendant 28 ans de la sécurité de la Commission du renseignement du Sénat, a avoué avoir menti au FBI et fuité des informations confidentielles au New York Times  |  Usual Suspect : les autorités allemandes annoncent que le preneur d’otages d’hier à Cologne était un Syrien  |  Les USA lancent une nouvelle vague de sanctions contre des entreprises iraniennes  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Christian Larnet le 15 juillet 2018

Sam Brownback, l’ambassadeur des États-Unis pour la liberté religieuse internationale, s’est plaint à l’ambassadeur britannique à Washington du traitement partial du militant de droite anglais anti-islamisation, emprisonné après un procès éclair quelques heures après son arrestation, et dont l’appel a été, en revanche, repoussé de plusieurs mois.

Brownback a soulevé le cas de l’activiste Tommy Robinson lors d’une réunion en juin avec Sir Kim Darroch, ambassadeur de Grande-Bretagne aux États-Unis, selon un fonctionnaire britannique et deux sources non nommées par Reuters.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Robinson, un des fondateurs de l’English Defense League (qui depuis l’a quitté) et ami d’Israël, ce qui indique déjà qu’il se situe du côté de la justice, du respect du droit international, des vrais humanistes et des défenseurs des droits des peuples à disposer d’eux-mêmes, a organisé des manifestations contre les immigrants islamiques au Royaume-Uni au cours de la dernière décennie. Plus récemment, Robinson enquêtait pour savoir si tous les faits divers rapportés par les médias étaient vraiment des faits divers et non des attentats terroristes.

Robinson a été arrêté fin mai à l’extérieur d’un palais de justice de Leeds, en Angleterre, alors qu’il couvrait en vidéo un procès que les médias ont pudiquement qualifié de « maltraitance d’enfants » – Reuters, dans sa dépêche, reprend aussi cette expression – parce qu’il s’agit en réalité d’une nouvelle affaire de trafic sexuel d’enfants, de pédophilie, de viols et abus sexuels sur mineures et mineurs, dont les auteurs sont des musulmans d’origine pakistanaise. Il a été emprisonné pendant 13 mois pour avoir enfreint la loi anglaise limitant la publicité pendant les procès criminels, soit plus que certains des accusés de trafic sexuel sur mineurs qu’il a couvert, et le juge a imposé aux médias britanniques l’interdiction de parler de son arrestation !

Brownback a soulevé la question de l’emprisonnement de Robinson lors d’une réunion avec Darroch qui couvrait une série de « questions de liberté religieuse », a confirmé le responsable britannique plus tôt cette semaine.

Il a expliqué à Darroch que si la Grande-Bretagne ne traitait pas Robinson avec plus de décence, l’administration Trump pourrait être obligée de critiquer publiquement le traitement de l’affaire par la Grande-Bretagne, selon les deux sources en contact avec les organisateurs de la manifestation pro-Robinson prévue citées par Reuters.

Les sources ont déclaré que les partisans de Robinson, qui ont également été en contact avec l’administration Trump sur la question, étaient préoccupés par le fait que les pouvoirs publics anglais pourraient intentionnellement le placer en situation d’être attaqué par des prisonniers musulmans.

M. Brownback, ancien gouverneur du Kansas et ancien sénateur américain, n’était pas disponible pour commenter la dépêche de Reuters sur laquelle cet article est basé. Cependant, jeudi dernier, un porte-parole du département d’État américain a déclaré que la « caractérisation » de la rencontre de Brownback avec Darroch par des sources de Reuters était « complètement fausse ».

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

reuters.com

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz