FLASH
[13/12/2018] Pollution : le tribunal de l’Union européenne juge – trop élevées – les limites d’émissions des diesels  |  2 heures avant l’attentat de Strasbourg, la garde des sceaux annonçait qu’elle ne prendrait pas de sanction contre le juge ayant libéré par erreur un djihadiste dangereux  |  La fécondité baisse pour toutes les femmes en France, sauf les immigrées, selon l’INSEE  |  Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah, aurait déclaré dans un discours que la création d’Israël a épargné au groupe terroriste la peine de traquer les Juifs jusqu’au bout du monde  |  [12/12/2018] Saleh Omar Al-Barghouti, le terroriste de l’attentat d’Ofra et fils du fondateur de #BDS Omar Barghouti a été abattu lors d’une intervention de Tsahal à Ramallah  |  Le premier ministre britannique Theresa May joue son poste après un vote de défiance  |  La bénédiction d’Abraham se vérifie: « Je bénirai ceux qui te bénissent Je maudirai ceux qui te maudissent ». La #France s’est mise en travers d’#Israël. Elle en subit les conséquences. Ce n’est que le début  |  Non mais allo ! On peut même pas compter sur #Israël pour faire correctement de l’#Apartheid ! Une femme arabe #palestinienne va être maire adjointe de Haïfa  |  [11/12/2018] L’antisémitisme était la solution respectable pour se débarrasser des juifs d’Europe. L’antisionisme est la façon respectable de se débarrasser des juifs de Palestine  |  100 chrétiens enlevés lors de raids nocturnes dans une église chinoise clandestine  |  Chérif Chekatt, le terroriste de #Strasbourg est armé et n’a pas été interpelé, nuit multiculturelle en vue pour les habitants  |  #Strasbourg : le terroriste se nommerait Chérif Chekatt, né le 4 février 1989 à Strasbourg  |  #Strasbourg : tiens donc, BFMTV affirme que le terroriste fréquentait les milieux extrémistes musulmans (et pourquoi ne sont-ils pas démantelés ?)  |  #Strasbourg : le terroriste reste introuvable, des grenades ont été découvertes dans son logement – les gens, bloqués dans les bars, célèbrent la diversité à leur façon  |  #Strasbourg : nous publions sur Dreuz.info la première photo du suspect  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 15 juillet 2018

Djihadistes, islamistes, on a beaucoup parlé de ces Français radicalisés partis combattre aux côtés de Daech, mais beaucoup moins des autres, de ces volontaires français qui, au contraire, sont allés se battre contre Daech, contre l’État islamique, aux côtés des Kurdes du Rojava. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Quel est cet anarcho-communo-féminisme dont ils se réclament ? Quel est ce Rojava pour lequel ils se disent prêts à mourir en martyr ?

Écoutez les témoignages de deux d’entre eux, deux parcours, deux engagements, à l’heure où « mourir pour des idées » semble un mythe dépassé :

MOURIR POUR LE ROJAVA

C’est une révolution sans précédent qui est en cours depuis 2012 dans le nord de la Syrie. Là-bas si j’y suis vous en parlait en juin dernier. Profitant de la guerre civile qui a suivi le soulèvement contre le régime de Bachar el-Assad en 2011, les Kurdes de Syrie, aidés par le PKK voisin, le Parti des travailleurs du Kurdistan (turc), expérimentent un système démocratique et autogestionnaire, au sein d’un territoire autonome en Syrie du nord, qu’ils nomment le « Rojava » (« Kurdistan occidental » en kurde).

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Étendue en 2016 à une « Fédération démocratique de Syrie du Nord », qui englobe les territoires alentour qui ne sont pas forcément peuplés par les Kurdes, cette révolution politique se fonde sur les idées d’Abdullah Öcalan, le fondateur du PKK turc, emprisonné en Turquie depuis 1999.

Nées sous la forme d’une guérilla marxiste-léniniste visant la création d’un État-nation kurde, les idées d’Öcalan, surnommé « Apo » (l’« oncle » en kurde), ont évolué pendant sa détention, notamment grâce à sa correspondance avec le militant libertaire américain Murray Bookchin. « Confédéralisme démocratique » et « municipalisme libertaire » sont désormais les piliers d’un processus politique qui se veut communiste, écologiste et féministe, et fonde ses institutions sur des « communes » autogérées de la taille d’un pâté de maisons.

Alors que le peuple kurde est réparti dans principalement quatre pays (Turquie, Syrie, Iran, Irak), le PKK turc et son homologue syrien PYD (Parti de l’union démocratique) ont officiellement abandonné la revendication d’un Kurdistan autonome, au profit de l’établissement de communes autogérées au sein des frontières internationales actuelles.

Face aux multiples ennemis qu’affronte cette révolution – hier Daech, aujourd’hui la Turquie d’Erdoğan et demain peut-être le régime syrien lui-même –, les forces kurdes des YPG (Unités de protection du peuple) ont fait appel à des volontaires internationaux pour les aider dans cette révolution. Turcs, Américains, Australiens, Allemands, ils seraient des milliers à avoir rejoint le nord de la Syrie pour combattre et défendre la révolution en cours au Rojava. Français, ils seraient quelques dizaines à avoir pris ce chemin.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Arthur et Siyah font partie de ces Français qui ont rejoint ces bataillons internationaux. Ils viennent de revenir de Syrie, où ils ont passé plusieurs mois. Pour des raisons de sécurité, parce qu’ils ont pris les armes contre les ennemis du Rojava, ils préfèrent garder l’anonymat.

Un entretien de Daniel Mermet et Mathieu Colloghan.

Merci à Arthur et Siyah.

Source : Labas

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz