FLASH
[17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  |  Laurent Ruquier défend son ami Gilbert Rozon, accusé d’agressions sexuelles: « Il n’a tué personne » (non, il a juste violé plusieurs femmes)  |  Suisse : à Genève 5 jeunes femmes sauvagement tabassées, 2 blessées graves, par « des Maghrébins de cités venus de France »  |  Automobiliste tué par balle à Paris: le policier mis en examen et interdit d’exercer  |  Une ex-esclave sexuelle yézidi aurait fui l’Allemagne après y avoir revu son bourreau, infiltré parmi les réfugiés  |  Grenoble : 2 migrants Albanais tirent des coups de feu sur un groupe de personnes et sont interpellés après une course-poursuite  |  Primes en liquide : Claude Guéant condamné en appel à la prison ferme  |  Effet Trump : l’emploi des jeunes est au plus bas depuis 50 ans – quel horrible président ce Trump  |  « Nous ne voulons pas de migrants africains, ils ne viennent pas pour travailler pour les aides sociales » Andrej Babiš, premier ministre tchèque  |  Un engin explosif a détoné en Italie, près d’un siège du parti La Ligue  |  Israël : durant la nuit, l’armée a arrêté en Judée Samarie un terroriste musulman palestinien recherché  |  [16/08/2018] La ‘Reine du soul’ Aretha Franklin est décédée d’un cancer du pancréas à l’âge de 76 ans  |  1 terroriste du FPLP d’un camp de réfugiés palestiniens du sud Liban a été arrêté alors qu’il entrait en Israël avec un passeport belge  |  Tsahal a arrêté 8 terroristes musulmans pendant la nuit en Judée et en Samarie, dans le cadre des opérations de lutte contre le terrorisme  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Thierry Ferjeux Michaud-Nérard le 17 juillet 2018

Meurtre de Sarah Halimi : Kobili Traoré devrait (pouvoir) échapper au procès, selon les experts psychiatres. Le procès de Kobili Traoré pour le meurtre de Sarah Halimi pourrait ne pas avoir lieu. Une nouvelle expertise psychiatrique est venue contredire la première en concluant que l’homme (serait) pénalement irresponsable de ses actes. Un rapport d’experts et venu contredire le premier sur la responsabilité pénale de Kobili Traoré dans le meurtre de Sarah Halimi. C’est une expertise qui risque
de résonner comme un coup de tonnerre dans l’affaire du meurtre de Sarah Halimi.

Alors que la qualification antisémite tardive du crime avait déjà fait polémique, plusieurs experts psychiatres ont conclu que le meurtrier présumé, Kobili Traoré, ne devrait pas être jugé devant une Cour d’Assises. Selon les informations de Franceinfo, une nouvelle expertise psychiatrique demandée par les juges d’instruction a conclu à « l’abolition » du discernement du suspect. Ce qui signifie que Kobili Traoré n’était pas conscient de ses actes et serait pénalement irresponsable. En d’autres termes, il ne pourrait être condamné.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Mais, cette expertise psychiatrique n’est pas définitive. Un premier rapport avait conclu à une simple « altération » du discernement du suspect en raison de sa consommation important de cannabis.

Rappel des faits : « Dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, dans un immeuble HLM du quartier de Belleville, Kobili Traoré, 27 ans, s’était introduit dans l’appartement de sa voisine, Lucie Attal, aussi appelée Sarah Halimi. Aux cris d' »Allah Akbar », entrecoupés d’insultes et de versets du Coran, ce jeune musulman l’avait rouée de coups sur le balcon, avant de la défenestrer. « J’ai tué le sheitan » (le démon, en arabe), avait-il hurlé. »

Le meurtre de cette ancienne directrice de crèche confessionnelle, juive orthodoxe âgée de 65 ans, a suscité une très vive émotion, dans la communauté juive et au-delà. Après plusieurs mois de bras de fer, le caractère antisémite dans le meurtre de Sarah Halimi a été retenu par la juge d’instruction, ce qui ne signifie pas qu’il sera avéré au terme d’un procès, dont la tenue même est donc désormais incertaine.

Yann Kempenich : Traoré jugé irresponsable du meurtre de Sarah Halimi car accro au cannabis. Si les juges s’avèrent magnanimes avec les fumeurs de shit, ils pardonnent tout aux accros du cannabis. En bon musulman, c’est donc sous l’emprise du THC que Kobili Traoré a massacré Sarah Halimi, une retraitée juive aux cris d’ »Allah Akbar » et « J’ai tué le sheitan« . Bien qu’évident, il aura fallu plusieurs mois de bras de fer pour que le caractère antisémite du meurtre soit retenu par la juge d’instruction. Mais la Justice hésite encore. Peut-on tuer par antisémitisme si on a fumé du cannabis ? Alors, une expertise conclut à l’irresponsabilité de Kobili Traoré ! À croire que les juges voudraient nier l’antisémitisme de certaines populations africaines ou arabo-musulmanes. Conclusion : Un non-lieu signifierait pour les populations africaines et arabo-musulmanes que Kobili Traoré, un « Français » de la diversité d’origine malienne, au casier judiciaire responsable chargé, n’a pas réellement tué Sarah Halimi car il avait fumé du cannabis.

Un non-lieu gommerait le crime antisémite.

Pour nier l’antisémitisme des délinquants peuplant nos cités, face au risque de meurtre antisémite, il faut implorer la clémence du juge et invoquer une intolérance au THC pourtant de consommation habituelle :

« J’étais malade, (J’étais sous l’effet), Je ne sais pas, je ne me souviens plus. » » (L’express)

Conclusion de Michel Onfray :

À chaque fois qu’il y a une surenchère dans la terreur, il y a une surenchère dans la dénégation de la terreur. Lisez ou relisez « Soumission » de Michel Houellebecq : tout y est, tout est précisé, c’est le grand roman de la collaboration. Et les collaborateurs aujourd’hui sont nombreux, qui, dans des radios du service public, dans des journaux subventionnés par l’argent du contribuable, nous font savoir que le réel n’a pas eu lieu, que ce qui advient n’advient pas, et qu’il ne faut pas croire le réel mais qu’il vaut mieux croire leurs fictions. C’est désespérant si on veut avoir aujourd’hui une vision claire du monde.

On n’a jamais été autant dans la désinformation dans un pays démocratique : nous ne sommes pas loin (des mensonges de la propagande de la dictature communiste de) l’Union soviétique.

Sarah Cattan :

L’affaire Sarah Halimi : le temps s’écoule scandaleusement ! Qu’on ne vienne pas parler du temps de la justice. Et plutôt qu’on vienne exiger que les choses soient nommées. L’affaire Sarah Halimi, de son nom Lucie Attal, vous n’avez pas oublié ? La honte, non ? quand un avocat procède à une demande d’acte et exige la requalification du chef de mise en examen initial d’homicide volontaire en assassinat, précédé de séquestration, de torture et d’actes de barbarie, avec la circonstance que les faits ont été commis à raison de l’appartenance vraie ou supposée de Lucie Attal, à une race ou à une religion déterminée. Le scandaleux silence. La complicité. Quand on sait que Sarah a été tuée en plein Paris parce qu’elle était juive. Seulement parce qu’elle était juive. Ayant rappelé les chefs au nom desquels l’information fut ouverte, Homicide volontaire au préjudice de Sarah, et Séquestration de la seule famille Diarra, l’avocat rappelle les relations d’amitié de longue date et de grande proximité qu’entretenait le mis en examen, Kobili Traoré, avec la famille Diarra, originaires qu’ils étaient du même village malien. Il s’étonne que Kobili Traoré n’ait pas été mis en examen pour avoir surpris Sarah dans son sommeil, pénétré dans son appartement par effraction, pour l’avoir séquestrée, torturée, commettant ainsi des actes de barbarie constatés par plusieurs témoins, avant de la défenestrer. Et de solliciter que soit étendue la mise en examen de Kobili Traoré à la séquestration de Sarah Halimi car cela n’est pas encore le cas. Pas davantage, l’infraction de torture et actes de barbarie, faits prévus et réprimés par l’article 222-1 et suivants du Code Pénal ! Alors que la torture et des actes de barbarie d’une particulière sauvagerie infligée par Kobili Traoré à Sarah furent longuement décrits par des témoins réveillés par les cris de la victime et qui assistèrent au dernier moment de son supplice, peu avant qu’elle ne soit défenestrée, alors que de nombreux témoins firent des déclarations circonstanciées quant aux atrocités commises par l’assassin sur la personne de Sarah, seul l‘homicide volontaire fut retenu lors de la mise en examen. Qui peut douter que Traoré savait que le seul moyen d’accéder à l’appartement de celle qu’il avait projeté de tuer l’obligeait de traverser l’appartement de ses amis maliens, passant de leur balcon à celui de Sarah. Ce qu’il fit à 4 heures du matin sans faire le moindre mal à la famille Diarra.

Et ce malgré l’état second dans lequel (il aurait été inconscient de ses actes) et qui n’empêcha en rien que se déroulât son funeste projet, conforme au rituel religieux islamiste consistant à changer de vêtements et à dire des prières nocturnes. Tout ça avant de surprendre une femme dans son sommeil. De la séquestrer. De la torturer durant près d’une heure. De la défenestrer au cri d’Allah Ouakbar. Alors n’oubliez jamais que l’assassin eut la lucidité suffisante pour simuler auprès des témoins massés dans la cour le suicide de Sarah.

Traoré pousse l’imposture jusqu’à déclarer, lors de sa mise en examen, qu’il ignorait l’identité de la personne qui habitait l’appartement dans lequel il allait s’introduire par effraction. Qu’il a découvert sa judéité en voyant une torah dans l’appartement. Nous savons que ce déferlement de haine et de violence extrême sur la personne de Sarah ne put être motivé que par le seul fait que son assassin (savait à l’évidence que sa victime était juive, pour l’avoir fréquemment insultée dans la rue et même avoir craché sur ses proches).

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Les expressions Tuer le shetan Allah Ouakbar Dieu m’en est témoin suffisent à démontrer le mobile antisémite de cet assassinat. Dans cette demande d’acte, les parties civiles demandent à ce qu’une reconstitution soit ordonnée afin que toute la lumière soit faite sur les circonstances de ce drame. Sarah, lynchée et défenestrée en présence de 28 policiers, ça ne mérite pas une reconstitution ? Une reconstitution ferait craindre que cette séance fût « dommageable à l’esprit fragile du mis en examen » ! (By Marc)

Reste que l’état de démence de Traoré au moment des faits doit être scientifiquement prouvé.

Les vraies questions posées par le meurtre de Sarah Halimi victime de la barbarie ordinaire sont : Qu’a-t-il manqué au débat judiciaire à propos du meurtre antisémite de Sarah Halimi ?

  1. Faire la description objective de ce crime raciste sans aucune fausse théorie psychiatrique ;
  2. La connaissance du comportement antisémite habituel avéré du meurtrier Kobili Traoré ;
  3. La science des comportements pré-criminels concrets de Kobili Traoré, le choix de la victime, ses insultes racistes et ses menaces antisémites habituelles, comportements connus du voisinage ;
  4. Un islamiste reconnu responsable présentant des conduites délinquantes habituelles ;
  5. Un multi-délinquant antisémite habituel sans aucune condamnation morale par les autorités ;
  6. Un délinquant antisémite sans connotation psychiatrique ou délirante dans les antécédents.

La qualification du meurtre antisémite de Sarah Halimi doit être mise scientifiquement en relation avec la réalité concrète de l’attitude, de la conduite et du comportement antisémite habituel de Kobili Traoré.

Kobili Traoré présumé irresponsable est placé en établissement psychiatrique. Souvent, le rapport de l’expert psychiatre se réduit à des hypothèses non vérifiées. La psychiatrie n’est pas une science exacte. On ne peut soupçonner des experts-psychiatres de vouloir propager délibérément des légendes et de répandre sciemment des contrevérités. On ne peut penser que des experts-psychiatres seraient inspirés par l’ambition d’un pouvoir « pseudo-scientifique » et médiatique pour vouloir influencer une décision judiciaire obtenue par la mystification. Il faudrait aux experts-psychiatres un caractère pernicieux pour imaginer un substitut de vérité.

Il faudrait aux experts un vrai désir trompeur pour rédiger des rapports d’expertise psychiatrique sans aucun lien avec les constatations objectives concernant les faits, tout en sachant que leurs hypothèses non vérifiées sont manifestement dépourvues de valeur scientifique. C’est pourquoi, les opinions, les hypothèses trompeuses et des argumentaires psychiatriques douteux, qui résultent des conceptions psychiatriques des experts, doivent être considérées comme indésirables et même pernicieuses, du point de vue intellectuel et du point de vue d’une droite justice. Ceci ne signifie pas que toutes les expertises psychiatriques ne valent pas grand-chose, mais que les juges doivent pouvoir s’interroger sur la validité des expertises psychiatriques.

On ne peut pas considérer l’expertise psychiatrique comme une étude scientifique du comportement criminel. Le plus généralement, le rapport de l’expert psychiatre se réduit à des hypothèses. Dans certains cas, le rapport de l’expert psychiatre se réduit à l’hypothèse de la maladie mentale imaginaire.

C’est pourquoi l’expert psychiatre est incapable de prouver scientifiquement quoi que ce soit sur la base de ses conclusions.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz