FLASH
[18/10/2018] Le juge rejette la demande de Paul Manafort de porter un costume au tribunal plutôt qu’un uniforme de prison  |  Effet Trump : en raison du rééquilibrage des tarifs douaniers sur l’acier, les métallurgistes américains vont obtenir la plus forte augmentation de salaire depuis des années  |  Elections de mi-mandat américaines : Le Comité national républicain a levé 269 millions de $ : « c’est le meilleur chiffre de tous les temps »  |  Effet Trump : après avoir réduit les réglementations, le président demande au gouvernement de réduire ses dépenses de 5%  |  Corée du Sud : vague de protestations du peuple, le gouvernement recule et refuse l’asile à 400 migrants musulmans  |  Le Havre : Les policiers agressés par une dizaine de racailles cagoulés après la saisie de 200 kg de cocaïne  |  Un crédit d’impôts pour héberger des réfugiés : pourquoi les les SDF français n’ont jamais eu ce privilège ?  |  Clermont-Ferrand : Une étudiante violée en pleine rue a reconnu son agresseur – c’est un Algérien  |  [17/10/2018] Tiens tiens, le candidat brésilien soit-disant « extrême-droite » a refusé le soutien de David Duke, l’ex leader du KKK  |  Israël a détruit un autre tunnel terroriste partant de Gaza  |  Après des tirs de roquette depuis Gaza sur Beersheba, Israël a lancé une attaque aérienne d’envergure sur des sites terroristes du Hamas  |  [16/10/2018] La semaine dernière, une frappe aérienne américaine en Somalie a tué une soixantaine de membres du groupe terroriste Al-Shabaab  |  James Wolfe, directeur pendant 28 ans de la sécurité de la Commission du renseignement du Sénat, a avoué avoir menti au FBI et fuité des informations confidentielles au New York Times  |  Usual Suspect : les autorités allemandes annoncent que le preneur d’otages d’hier à Cologne était un Syrien  |  Les USA lancent une nouvelle vague de sanctions contre des entreprises iraniennes  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 22 juillet 2018

La déconfiture récente des Libéraux provinciaux en Ontario (seulement 7 élus sur 124 circonscriptions), donne du fil à retordre à Justin Trudeau et à ses troupes au niveau fédéral.

Le remaniement ministériel qu’a effectué cette semaine le Premier ministre du Canada vise à préparer son gouvernement en vue de la bataille impitoyable que compte lui livrer l’Ontario de Doug Ford dans les mois à venir, sur plusieurs fronts (dont la taxe carbone et les immigrants illégaux). La Saskatchewan et l’Alberta, advenant une victoire du conservateur Jason Kenney lors des élections albertaines en mars/avril 2019, ne feront pas non plus la vie facile à M.Trudeau. Il ne manque que la défaite annoncée du Premier ministre libéral au Québec, Philippe Couillard, en octobre prochain pour causer des maux de tête à Justin Trudeau.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les Libéraux de M. Trudeau ont plus que jamais besoin du vote des Québécois pour demeurer au pouvoir. Or tous les sondages indiquent que c’est un parti de droite, la Coalition Avenir Québec (CAQ), qui mène en ce moment et qui pourrait bien accéder au pouvoir à Québec cet automne, avec une belle majorité.

C’est une mauvaise nouvelle pour Philippe Couillard, mais c’est aussi un sujet d’inquiétude pour Justin Trudeau.

Certes, le Québec n’est plus l’enfant terrible de la fédération canadienne. C’est maintenant l’Ontario de M. Ford qui joue ce rôle.

Ford veut livrer une guerre sans merci contre la taxe fédérale sur le carbone qu’Ottawa compte instaurer dès 2019 dans les provinces récalcitrantes. Le gouvernement fédéral a sans doute l’autorité constitutionnelle pour imposer une telle taxe. Mais une victoire en cour d’Ottawa face à la contestation juridique de la Saskatchewan, à laquelle vient de se joindre l’Ontario, ne sera pas de nature à attirer le vote des électeurs de ces provinces quand sera venu le temps d’élire un gouvernement fédéral fin 2019.

C’est maintenant du Québec que Trudeau a besoin s’il veut conserver le pouvoir à Ottawa. Mais déjà les choses se présentent mal pour lui surtout à cause de la question des immigrants illégaux. Pour donner un ordre de grandeur, en 2017, au Canada, 20 593 personnes ont demandé le statut de réfugiés (population canadienne : 36,29 millions), dont 18 836 au Québec (population 8,215 millions). En comparaison les États-Unis, avec une population de 325,7 millions, ont accueilli environ 12 millions d’immigrants illégaux en 2017.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit l’analyse de *Mitch Wolfe (article paru dans le Winnipeg Sun, le 20 juillet).

********
La question des Immigrants illégaux a affaibli la base québécoise de Trudeau

Le 1er octobre 2018, jour du scrutin au Québec, les 15 ans au pouvoir du gouvernement libéral du Québec prendront fin. La Coalition Avenir Québec (CAQ), parti de centre-droit en pleine expansion, mettra fin au gouvernement libéral de Philippe Couillard et formera un gouvernement majoritaire.

L’un des problèmes qui ont aidé le CAQ et fait mal aux Libéraux du Québec est la très mauvaise gestion de l’immigration illégale au Québec par le gouvernement Trudeau (NDT Legault a qualifié la frontière avec les USA de «passoire»).

Le dernier sondage de la firme Léger accorde à la CAQ, menée par l’ex-co-fondateur et dirigeant d’Air Transat, François Legault, une avance de 37 % sur les 28 % des Libéraux du Québec et les 19 % du Parti québécois.

Puisque la CAQ a le soutien des électeurs francophones du Québec principalement dans les banlieues (à l’extérieur de Montréal) et dans les régions rurales du Québec, on peut prédire que la CAQ obtiendra la majorité, soit entre 75 et 85 sièges d’une législature qui compte 125 membres.

Ce sont les effets de la victoire en Ontario, le mois dernier, des Conservateurs menés par le Premier ministre Doug Ford.

La CAQ a été formée en 2011 par Charles Sirois, homme d’affaires québécois et de Legault, en tant que parti nationaliste/fédéraliste québécois qui stipule dans sa constitution qu’il ne tiendra jamais de référendum sur la souveraineté du Québec. En conséquence, pour la première fois depuis des décennies, les Québécois ont une alternative nationaliste/fédéraliste non séparatiste viable.

Lors de la dernière élection de 2014, la CAQ a remporté 22 sièges, les Libéraux, 70 sièges et le PQ, 30 sièges.

À l’instar des Conservateurs de l’Ontario dirigés par Ford, la CAQ va profiter du désir des électeurs québécois de changer après 15 ans de domination libérale, d’arrogance libérale et de copinage libéral.

De plus, la CAQ a promis d’être prudente sur le plan financier et de rendre le gouvernement plus efficace. Ce qui distingue le CAQ de ses opposants, ce sont ses positions sur l’immigration, en particulier le problème des migrants clandestins causés par Trudeau.

En juillet 2017, les migrants haïtiens ont voyagé de New York à Montréal et la municipalité a été obligée de les loger au Stade olympique étant donné le manque de place dans les refuges montréalais.

Certains de ces immigrants illégaux (NDT Pudiquement appelés «demandeurs d’asile» dans les médias canadiens politiquement corrects) ont ensuite été envoyés à Québec et dans d’autres villes de la province.

Face à l’augmentation de l’opposition à ces illégaux, la CAQ a bondi dans les sondages devant les Libéraux du Québec.

Les réfugiés syriens au Québec, invités par Trudeau, entraînent aussi des difficultés. Les milliers de réfugiés syriens qui se sont installés au Québec ne semblent pas tous s’être bien intégrés. Ils n’ont pas suffisamment appris le français ni trouvé un emploi.

Pour les Québécois, il s’agit d’un enjeu culturel et non d’un problème d’immigration ou de multiculturalisme. S’il est élu, Legault a promis d’instaurer des conditions strictes exigeant que les immigrants apprennent le français et s’intègrent à la culture québécoise française, sinon ils seront encouragés à quitter la province.

En conséquence, le Premier ministre libéral, voyant la popularité de son parti chuter, a publiquement dit à Trudeau et à son gouvernement fédéral déconnecté de la réalité que la province n’acceptera plus de migrants clandestins.

Le gouvernement Trudeau a été contraint de transférer ces immigrants illégaux en Ontario, malgré l’opposition manifeste du gouvernement Ford et de la majorité des résidents de l’Ontario.

Ironiquement, l’attitude négligente, le laissez-faire de Trudeau à l’égard de la crise frontalière a placé le gouvernement Ford pro-business sur la même longueur d’onde que le futur gouvernement pro-business de M. Legault au Québec.

La base libérale au Québec semble s’effondrer pour au moins un certain nombre de raisons similaires à l’effondrement des Libéraux en Ontario.
Les électeurs québécois en ont marre des migrants clandestins qui entrent dans leur province et minent leur culture sans qu’aucun contrôle soit exercé par le gouvernement du Québec qui n’a pas d’autorité en matière d’immigration et contre la volonté du peuple québécois.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

* Wolfe est un expert politique et auteur du livre intitulé Trump : How He Captured The Trump White House.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Sources :
http://www.larevue.qc.ca/chroniques_libre-opinion-n47707.php

https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/532872/l-ontario-l-enfant-terrible

https://www.journaldemontreal.com/2018/04/21/les-immigrants-illegaux-et-nous

https://winnipegsun.com/opinion/columnists/wolfe-the-border-crossers-issue-has-weakened-trudeaus-quebec-base/wcm/92fb9e5d-ad70-40d2-9c7b-1e89b98e0164

https://lactualite.com/politique/2018/07/11/ce-que-nous-disent-les-sondages/

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz