FLASH
[19/09/2018] Mauvaise nouvelle : un sondage montre que les électeurs Républicains sont certains de gagner les élections de mi-mandat  |  USA : les Républicains remportent l’élection sénatoriale du Texas dans 1 district tenu par les Démocrates depuis 10 ans  |  [18/09/2018] Val-d’Oise : Le terroriste qui a percuté délibérément et blessé gravement 2 policiers est mineur, déjà connu de la police  |  Syrie : un avion russe a été abattu par la DCA syrienne  |  [17/09/2018] « La Hongrie est le seul pays d’Europe à avoir demandé l’avis du peuple sur l’immigration illégale », déclare le ministre des Affaires étrangères  |  [16/09/2018] L’Ambassadeur palestinien aux États-Unis Hossam Zamal confirme que Washington a demandé à sa famille de quitter Washington immédiatement  |  Les médias jurent qu’ils sont neutres. Alors pourquoi les gros titres quand une palestinienne, interdite de sortir d’Israël, ne peut assister à la fête de l’huma, et pas une ligne quand un terroriste palestinien tue un père de famille israélien ?  |  Les électeurs ont voté Brexit. La classe politique britannique a retardé, bloqué et traîné les pieds. Elle a le culot de dire maintenant que ça fait si longtemps, qu’il faut un autre vote (car les gens n’auraient pas voté comme il faut)  |  Samedi, Israël a abattu à l’aéroport de Damas un boeing cargo iranien chargé d’armes. L’avion avait récemment décollé de Téhéran  |  Pendant la seconde guerre mondiale, les Palestiniens étaient alliés à Hitler. J’ai du mal à comprendre que le fête de l’huma invite une palestinienne qui appelle à terminer le travail d’Hitler  |  Les palestiniens ont applaudi le terroriste qui vient de tuer un père de famille israélien. Les mêmes criminels neo-nazis avaient applaudi 9/11  |  Judée Samarie: Un Israélien grièvement blessé à coups de couteau selon la même méthode et les mêmes “Usual Suspects” qu’à Nîmes la semaine dernière  |  [15/09/2018] Toulouse : un homme tabassé à coups de barre de fer par un Syrien. « Les réfugiés doivent rentrer dans leur pays » dit le Dalai Lama  |  Val-de-Marne : 3 voitures de police incendiées à Limeil après une double interpellation (source Syndicat National des Policiers Municipaux)  |  Hitler était-il vraiment une homme de droite comme le prétendent presque tous les historiens progressistes ? En fait, non, il était de gauche  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Sidney Touati le 24 juillet 2018

L’histoire enseigne que les grands évènements qui bouleversent une société, sont souvent pour ne pas dire toujours précédés de scandales : on se souvient du « Collier de la Reine », de l’affaire Stravinsky, des diamants de Bokassa…

Un personnage douteux, pour ne pas dire ignoble, se hisse au sommet de l’Etat, occupant, semble-t-il, une importante mission, une fonction de responsable de la sécurité du Chef de l’Etat. Cet individu qui ne quitte quasiment jamais les époux Macron, n’est, en théorie, connu de personne. Ni du Ministre de l’Intérieur, ni du Préfet de Police de Paris. Il est présent partout. Y compris sur le bus des joueurs de l’équipe de France qui défile sur les Champs-Elysées.

On le voit au côté des forces de l’ordre, s’octroyer une fonction de policier.

Comme dans le film « Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon » de Elio Petri, l’homme laisse partout des signes de sa situation irrégulière, multiplie les transgressions pour ne pas dire les délits, sans que les autorités qui le voient agir en dehors de tout cadre légal, ne réagissent.

La police présente laisse faire. L’homme du Président est tout puissant.

Nul n’ose lui demander des comptes.

Manifestement, il est investi de l’onction sacrée élyséenne.

Cet homme est au dessus des lois.

Il transcende les autorités légales.

Cet homme, tous l’ont rencontré, personne ne sait qui il est. Ni ce qu’il fait.

Qui est au juste Monsieur BENALLA ? Personne ne répond à cette question.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il est peu probable que les plus hauts responsables de la sécurité publique ignorent l’identité de ce personnage. Ou alors, si cette ignorance est exacte, c’est encore plus grave. Comment un personnage louche peut-il évoluer dans les plus hautes sphères du pouvoir sans remplir aucune des conditions requises en termes de probité, de moralité, de compétence…

Le silence du Ministre, du Préfet signifie non pas ignorance, la chose est rigoureusement impossible, mais secret.

Ministre de l’Intérieur et Préfet ne peuvent parler, ne peuvent dire ce qu’ils savent.

Pourquoi ? Quels faits gravissimes cache ce silence ?

Nous, citoyens, voulons savoir qui est Monsieur BENALLA et quels rapports exacts il entretenait avec la Présidence de la République ?

D’où vient cet homme ?

Quel est son parcours ?

De quelle mission était-il investi ?

Son recrutement, son emploi ne figure pas au « Journal officiel ».

C’est donc un emploi occulte mais dans le même temps, visible par tous.

Monsieur Benalla n’est pas un homme de l’ombre.

Il est omniprésent.

Comment ? Pourquoi ?

Quelle était la nature du « contrat de travail » qui le liait au Président ?

Etait-il de droit Privé ou Public ?

Avec quels fonds était-il payé ?

Pourquoi bénéficiait-il d’un logement de fonction somptueux, d’une voiture avec chauffeur, d’un salaire de haut fonctionnaire ? et sans doute, d’autres avantages, privilèges et prébendes dont nous ignorons tout.

Pourquoi le Président de la République n’a-t-il pas eu recours pour sa sécurité, aux services de fonctionnaires de l’Etat, de gendarmes ou de militaires, tous habilités à exercer correctement de telles fonctions ?

Monsieur Macron avait-il des choses à cacher ?

On peut le penser. Il faut se souvenir que sitôt élu, il s’empresse d’exclure les journalistes de l’Elysée et entre en conflit avec le plus haut personnage de l’armée.

Sans vouloir céder au « complotisme » on est en droit de se poser certaines questions graves.

Monsieur Benalla faisait-il parti d’un réseau ? Si oui lequel ?

Est-ce un réseau islamique ? Agit-il pour le compte d’une puissance étrangère ? Si oui, laquelle ?

Combien de personnes ont été recrutées par son entremise ?

Quel pouvoir exerçait-il sur le couple présidentiel ?

Le Président était-il la proie d’un maître-chanteur ?

Sa politique était-elle influencée par ce personnage et son ou ses réseaux ?

A-t-on exercé des pressions occultes sur l’Elysée pour obtenir le soutien de la France au pire régime islamiste de la planète, celui des ayatollahs d’Iran ?

Voilà les questions que nous citoyens, sommes en droit de nous poser.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

A l’heure où les médias cherchent avec fébrilité les preuves d’une intervention russe dans la politique américaine, on peut s’étonner de leur mutisme sur cette question d’une intervention étrangère dans la politique française.

Nous attendons des réponses claires.

L’Affaire peut certes être enterrée.

Mais les relents du cadavre caché dans le placard empoisonneront la fin du règne de l’adolescent devenu roi. La France doit se préparer à des lendemains qui déchantent.

Malheur à « La ville dont le Prince est un Enfant ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz