Quantcast
Publié par Gaia - Dreuz le 5 août 2018

Les parents d’Adrien Perez, 26 ans, mort dimanche soir en s’interposant dans une bagarre à la sortie d’une boîte de nuit près de Grenoble, interpellent les pouvoirs publics.
Encore sous le choc après le drame qui a coûté la vie à leur fils en fin de semaine dernière, Bruno et Patricia Perez, se sont exprimés dans la presse ce vendredi. Ils veulent saluer le geste « héroïque » d’Adrien, 26 ans, mort en tentant de sauver son ami.

Il était un peu plus de 5h30 du matin ce dimanche à Meylan, près de Grenoble, quand le groupe d’amis a quitté la boîte de nuit où il venait de passer la soirée. Sur le parking, l’un des jeunes, Thibault a été pris à partie par trois individus. Il s’est fait attaquer et frapper à la tête. Adrien est alors intervenu pour lui venir en aide. Il s’est fait poignarder en plein cœur et est décédé peu après. Le jeune Thibault, lui, est toujours hospitalisé dans un état grave, les poumons perforés.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

De nombreux hommages

« Notre fils est mort en héros », s’émeuvent ses parents, interrogés par France Info et Le Parisien.

« Cela fait partie de son éducation. On ne peut pas rester brinquebalant devant l’agresseur de quelqu’un. Que ce soit son meilleur ami ou un passant. Ce n’est pas possible. Ce serait inhumain de ne pas porter secours. Et mon petit n’était pas comme ça. »

De nombreux messages d’hommage et de colère ont rapidement été postés sur les réseaux sociaux.

Les parents interpellent les pouvoirs publics

Aujourd’hui, Bruno et Patricia Perez déplorent une « violence quotidienne qui tue des jeunes » et réclament « des solutions ».

« Plusieurs jeunes ont été tués ces dernières années dans l’agglomération grenobloise. Il y a des marches blanches, et puis ça recommence (…) et on a l’impression que l’État ne fait rien. C’est une violence sans fin », dénonce le père d’Adrien. Dévastée, son épouse laisse exploser sa colère :

« Je crie ma révolte. Ça suffit. Stop ! Aujourd’hui, c’est nous. Et demain qui encore ? Je ne veux pas faire de politique. Je parle en tant que maman. Une maman à qui on vient d’enlever son enfant. Je veux que ça cesse. J’en appelle à tous les politiques, de tous bords. Faites quelque chose. »

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Trois interpellations

Les agresseurs ont été rapidement interpellés par les autorités, l’un d’eux arrêté dans la nuit, les deux autres s’étant présentés spontanément au commissariat le lendemain. Ils ont été mis en examen mardi pour « homicide volontaire, tentative d’homicide volontaire et violences avec armes commises en réunion ». Deux frères âgés de 19 et 20 ans, considérés par la justice comme les principaux protagonistes du drame, ont été placés en détention, mais le troisième est ressorti libre et placé sous contrôle judiciaire.

Younes et Yanis El Habib, les assassins

Mercredi, le parquet de Grenoble a fait appel de cette remise en liberté. « On estime qu’il aurait été plus utile à l’instruction que cet homme soit également placé en détention », a réagi Jean-Yves Coquillat, le procureur de la République de Grenoble.

Source : Sudouest

 

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz