FLASH
[18/10/2018] Effet Trump : après avoir réduit les réglementations, le président demande au gouvernement de réduire ses dépenses de 5%  |  Corée du Sud : vague de protestations du peuple, le gouvernement recule et refuse l’asile à 400 migrants musulmans  |  Le Havre : Les policiers agressés par une dizaine de racailles cagoulés après la saisie de 200 kg de cocaïne  |  Un crédit d’impôts pour héberger des réfugiés : pourquoi les les SDF français n’ont jamais eu ce privilège ?  |  Clermont-Ferrand : Une étudiante violée en pleine rue a reconnu son agresseur – c’est un Algérien  |  [17/10/2018] Tiens tiens, le candidat brésilien soit-disant « extrême-droite » a refusé le soutien de David Duke, l’ex leader du KKK  |  Israël a détruit un autre tunnel terroriste partant de Gaza  |  Après des tirs de roquette depuis Gaza sur Beersheba, Israël a lancé une attaque aérienne d’envergure sur des sites terroristes du Hamas  |  [16/10/2018] La semaine dernière, une frappe aérienne américaine en Somalie a tué une soixantaine de membres du groupe terroriste Al-Shabaab  |  James Wolfe, directeur pendant 28 ans de la sécurité de la Commission du renseignement du Sénat, a avoué avoir menti au FBI et fuité des informations confidentielles au New York Times  |  Usual Suspect : les autorités allemandes annoncent que le preneur d’otages d’hier à Cologne était un Syrien  |  Les USA lancent une nouvelle vague de sanctions contre des entreprises iraniennes  |  On pleure pas l’assassinat de Khashoggi, qui disait en 2007 : La Nakba n’est pas différente de l’Holocauste  |  Mélenchon appelle ses partisans à faire barrage aux policiers qui perquisitionnent le siège de La France Insoumise  |  Agression brutale contre des Juifs à Brooklyn. Le nom de l’attaquant n’est bien sûr pas Smith, Johnson ou quelqu’un du KKK, mais Farrukh Afzal  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 10 août 2018

Depuis quelques semaines, l’urinoir rouge installé juste devant la Seine et Paris-Plages fait polémique. Une pétition devrait être lancée par les riverains.

Paola, une commerçante de l’île Saint-Louis (IVe), fulmine devant la nouvelle installation de la Ville, quai d’Anjou, un… Uritrottoir. « J’ai honte, vous vous rendez compte, juste sous les fenêtres de l’hôtel de Lauzun, l’un des plus beaux hôtels particuliers de l’île, là où a vécu Baudelaire, nous planter un tel urinoir en plastique. C’est une telle faute de goût. Paris se ridiculise ».

Les touristes s’interrogent et le prennent en photo

Un groupe de Canadiens passe juste à ce moment-là. Immédiatement une des touristes prend son appareil photo. « On va l’envoyer à tout le monde, c’est tellement fou. Le design est un peu kitch avec son réservoir rouge et ses plantes. Cela n’a aucun sens, à la vue de tout le monde », s’étonne l’une d’elles. « Cela peut régler un problème. Mais franchement, cela ne me tente pas », renchérit un jeune homme pudique.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

L’installation assez basse, expose franchement l’usager à la vue des passants. Rick, un hollandais de 25 ans, accompagné de ses copains, n’est pas gêné. Il mime la scène avec flagornerie. « On a la même chose en Hollande. Mais c’est quand même un peu plus caché », lance-t-il en soulignant que c’est une bonne idée.

L’uritrottoir du quai d’Anjou

Le nouvel uritrottoir (5e dans la Paris) de l’Ile Saint Louis fait polémique.

« Oui, c’est vrai, on demande depuis longtemps l’installation d’urinoirs sur l’île. Tous les soirs, les jeunes — hommes ou femmes — se retrouvent sur le bord de la Seine. Puis ils remontent pour s’épancher entre les voitures, n’importe où dans la rue. Or, l’île est totalement classée. Impossible d’installer des sanisettes classiques », reconnaît Paola, qui se fait le porte-parole des riverains.

Tous estiment que cette installation, à 20 m d’une école primaire, n’est pas du tout adaptée. Une pétition est même en préparation. Une polémique naissante relayée depuis quelques jours, sur les réseaux sociaux. Surtout depuis que l’ancienne patronne du Medef, Laurence Parisot, a qualifié l’installation de « nouvelle connerie parisienne ».

« Nous répondons aux besoins des commerçants et des riverains et aux demandes des mairies d’arrondissement », souligne l’Hôtel de Ville. « Si vraiment cela dérange, on pourra trouver un autre emplacement », indique lui-même Ariel Weil, maire PS du IVe arrondissement, qui insiste sur l’utilité local ed’un tel équipement.

Lennart, 30 ans, vient de l’utiliser sans aucune hésitation. « C’est quand même bien pratique. Et c’est mieux que de faire ça contre un mur. Non ? » D’autant plus que vous risquez une amende de 68€.

Quai d’Orléans, un autre type d’urinoir baptisé « l’obus »

Le nouvel uritrottoir (5e dans la Paris) de l’Ile Saint Louis fait polémique.

Des pissotières écolos

Depuis six mois, les pissotières du XXIe siècle, les urinoirs écolos, ou tout bonnement les Uritrottoirs, comme l’appellent ses créateurs Faltazi (une société de design nantaise), se répandent sur les trottoirs parisiens.

Après le boulevard de Clichy (XVIIIe), la place Henri-Frenay à côté de la gare de Lyon (XIIe), le square Tino-Rossi (Ve) et ses danseurs, l’île Saint-Louis (IVe) a été la quatrième installation, l’une des plus visibles, à la vue des bateaux-mouches. Un petit coin vedette des réseaux sociaux. Un cinquième uritrottoir sera placé « dans les tout prochains jours », selon la Ville, rue Bossuet (Xe), à deux pas d’un square et de la gare du Nord.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Une solution écologique pour faire face aux épanchements sauvages et nauséabonds. « L’uritrottoir stocke en effet les urines, dans un lit de matière-sèche (de la paille), qui sera ensuite transformé en composte… Il est, en plus, doté d’une jardinière fleurie qui embellira vos espaces publics », souligne la société Faltazi.

Pas de raccordement au réseau d’assainissement, mais il nécessite d’être proche de la chaussée pour son entretien, dès que 150 à 250 passages ont rempli son réservoir. C’est technique. Et efficace. « Il est destiné à compléter l’offre de sanitaires dans des zones fortement encombrées et sujettes à des épanchements d’urine », précise la mairie de Paris. Encore faut-il trouver le bon emplacement.

Source : Leparisien

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz