FLASH
[16/10/2018] La semaine dernière, une frappe aérienne américaine en Somalie a tué une soixantaine de membres du groupe terroriste Al-Shabaab  |  James Wolfe, directeur pendant 28 ans de la sécurité de la Commission du renseignement du Sénat, a avoué avoir menti au FBI et fuité des informations confidentielles au New York Times  |  Usual Suspect : les autorités allemandes annoncent que le preneur d’otages d’hier à Cologne était un Syrien  |  Les USA lancent une nouvelle vague de sanctions contre des entreprises iraniennes  |  On pleure pas l’assassinat de Khashoggi, qui disait en 2007 : La Nakba n’est pas différente de l’Holocauste  |  Mélenchon appelle ses partisans à faire barrage aux policiers qui perquisitionnent le siège de La France Insoumise  |  Agression brutale contre des Juifs à Brooklyn. Le nom de l’attaquant n’est bien sûr pas Smith, Johnson ou quelqu’un du KKK, mais Farrukh Afzal  |  Paul Allen, le co-fondateur de Microsoft, est décédé d’un cancer  |  Breaking News: Un avion de l’armée israélienne a attaqué une cible terroriste à Gaza  |  [15/10/2018] Une militante pro-migrant a été violée par un migrant marocain, a rapporté La Voix du Nord  |  New York : Ali Kourani, 34 ans, a été arrêté pour terrorisme après avoir tenté de devenir un informateur du FBI, offrant des informations sur le Hezbollah  |  Beaumont-sur-Oise (95) : un frère d’Adama Traoré jugé pour avoir incendié un bus et roué de coups un chauffeur  |  ‪La Courneuve : un musulman a poignardé un homme en hurlant Allahou Akbar‬  |  Aubervilliers : attaque au couteau à cris d’Allah Aoukbar : probablement un couteau déséquilibré  |  Cologne: la police parle d’une prise d’otage à la gare  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 26 août 2018

Le décès de John McCain était prévisible depuis des mois. Le cancer du cerveau dont il était atteint ne lui laissait aucun espoir de survie. Qu’il ait survécu aussi longtemps à ce cancer montre qu’il avait en lui une combativité exceptionnelle.

John McCain vient d’une famille d’officiers supérieurs, et son père et son grand père lui ont transmis un amour de son pays, un respect pour les valeurs occidentales et un sens du devoir qui ont fait que, après qu’il ait été fait prisonnier au Vietnam en 1967, il s’est comporté en héros, et bien que ses conditions d’incarcération aient été très dures et dignes d’un régime communiste, bien qu’il ait été torturé, il a refusé d’être libéré tant qu’un soldat américain serait encore prisonnier. Il a donc été relaché én 1973 seulement, et est reste marqué physiquement pendant le reste de sa vie par ce qu’il a subi. Il a incarné ainsi ce que les Etats-Unis d’Amérique ont de meilleur et de plus noble.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il est ensuite entre en politique et a été représentant, puis sénateur d’Arizona. Il a, très logiquement été républicain, et conservateur. Il a soutenu Ronald Reagan pendant toute sa présidence, a montré son désaccord avec George Herbert Walker Bush pendant la guerre du Golfe (il souhaitait que celle-ci soit menée à son terme et ne s’achève pas par le maintien au pouvoir de Saddam Hussein). Il a été un ennemi résolu du régime des mollahs en Iran et un ami d’Israël. Il a été candidat à la candidature présidentielle républicaine en 2000, puis candidat républicain à la présidence en 2008. Je fais partie de ceux qui pensent qu’il a manqué de charisme et de détermination pendant la campagne et de ceux aussi qui ont pensé et pensent encore qu’il a bien trop épargné Barack Obama en refusant d’utiliser ce qu’on savait du très lourd passé d’un homme qui a été ensuite le pire et le plus nocif Président de l’histoire des Etats-Unis, le premier Président islamo-gauchiste et anti-américain qu’ait connu le pays, mais j’ai souhaité néanmoins qu’il l’emporte. Dire qu’il aurait été un meilleur Président que Barack Obama est bien peu dire tant Barack Obama a été une abomination.

Il avait promis de soutenir le candidat républicain quel qu’il soit en 20016 et est revenu sur sa promesse quand ce candidat s’est révélé être Donald Trump. Le combat ayant été rude, Donald Trump ne lui a pas pardonné. John McCain a été d’une hostilité absolue à Donald Trump pendant la dernière partie de sa vie, et est allé jusqu’à apporter au Sénat la voix qui manquait aux Démocrates pour que le système Obamacare ne soit pas aboli et remplacé. Il s’est ainsi, à mes yeux, rabaissé et pas très bien comporté. Cela lui a permis pendant quelques mois de devenir le sénateur républicain favori de CNN et MSNBC. Il est triste qu’il ait achevé ainsi sa carrière politique. Il a demandé que Donald Trump n’assiste pas à ses funérailles, et Donald Trump a présenté ses condoléances à la famille McCain, sans dire un mot de John McCain lui-même, ce que je comprends pleinement.

Les Républicains et les conservateurs, dont je suis, rendront hommage au héros de guerre et au conservateur qui s’est comporte en maverick (celui qui se tient à l’écart du troupeau). Les Démocrates et les gens de gauche rendront hommage à l’ennemi de Donald Trump. Ils le feront avec leur inélégance ordurière habituelle. Ils ont commencé dès que la nouvelle du décès de John McCain a été rendue publique. Ils ont oublié les insultes qu’ils adressaient à John McCain quand il était candidat en 2008 (ces insultes étaient aussi viles et sales que celles qu’ils adressent à Donald Trump aujourd’hui).

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Une fois de plus, j’ai été soulagé que ces gens aient été battus avec la défaite de Hillary Clinton et j’ai souhaité qu’ils restent éloignés du pouvoir aussi longtemps que possible. Ils ne sont pas seulement un danger pour la démocratie, mais un danger pour la décence humaine la plus élémentaire.

Les funérailles de John McCain auront lieu à Washington, loin de l’Arizona où il a passé une part essentielle de son existence, loin de Cornville, dans la vallée de Sedona, où il est mort. Un éloge funèbre sera prononcé par George Walker Bush, ce qui est légitime. Un autre éloge funèbre sera prononcé par Barack Obama, ce qui est beaucoup moins légitime, hélas. J’aurais aimé que dans ses dernières volontés, plutôt qu’écarter Donald Trump, John McCain écarte Barack Obama, qui a été et reste l’ennemi de ce pour quoi John McCain s’est battu quasiment toute sa vie.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz