Publié par Gaia - Dreuz le 9 septembre 2018

Un homme armé a menacé un employé d’un hôpital en Haute-Corse. Ce dernier avait demandé à son épouse de retirer sa burqa lors d’un rendez-vous.

Un professionnel de santé en Haute-Corse a été menacé mercredi par un homme armé. Celui-ci s’est présenté comme le mari d’une femme voilée à laquelle le soignant avait demandé de retirer sa burqa quelques jours plus tôt.

Une enquête pour violence volontaire avec arme a été ouverte et confiée à la brigade de gendarmerie de Penta di Casinca (Haute-Corse), a indiqué la procureure de la République de Bastia, Caroline Tharot.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« Ce professionnel de santé a été contacté le 29 août pour un rendez-vous le 3 septembre pour une consultation pour un enfant. La mère se serait présentée voilée et il lui a été demandé d’enlever son voile. Mais l’intéressée n’aurait pas accepté la réponse du professionnel de santé en disant que son mari allait venir le voir », a détaillé la procureure.

Menacé avec une arme de poing

« Le 5 septembre, le mari en question serait venu dans le cabinet de ce professionnel de santé et l’aurait menacé avec une arme de poing », a-t-elle ajouté, précisant que les enquêteurs cherchaient à déterminer si la femme voilée souhaitait être examinée ou si elle accompagnait juste son enfant.

Le praticien « a déposé plainte le 5 septembre » et a « parlé d’un voile qui pourrait ressembler à une burqa (voile intégral, NDLR) », a ajouté la magistrate.

Les protagonistes mis en cause n’ont pas pu être identifiés à ce stade des investigations, selon la même source, n’étant pas des patients connus du cabinet.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Vendredi après-midi, le président du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, a réagi à cette affaire sur son compte Twitter. « Si ces faits sont avérés, ils sont inacceptables. Il n’y a pas de place en #Corse pour l’islamisme et le fondamentalisme. Notre île est et restera une terre de liberté et de tolérance », a écrit Gilles Simeoni.

Source : Leparisien

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz