FLASH
[15/02/2019] Alsace: des #giletsjaunes ont tenté de bloquer le journal ‘DNA’  |  Sur les 10 dernières années, 65% des tests de missile de l’Iran ont échoué : où ils sont terriblement malchanceux, ou quelqu’un les aide à être malchanceux  |  [14/02/2019] Le Sénat approuve la nomination de William Barr au poste de ministre de la Justice (et j’espère que cette fois Trump a fait le bon choix et que des têtes vont tomber)  |  Dernier sondage élection israélienne : Likoud (centre droit, Netanyahu) : 32 points. Resilience (centriste) 20, Yesh Atid (centre gauche) 11, New Right 10  |  Historique et impressionnant : Netanyahou est assis aux côtés du ministre des Affaires étrangères du Yémen au sommet de Varsovie  |  [13/02/2019] Le taux d’approbation du travail de Trump a progressé de 7 points après le shutdown  |  [12/02/2019] Slovaquie : refus total de l’islam, refus de construire même une seule mosquée  |  On le savait mais mieux vaut le signaler : après 2 ans d’enquête, 200 témoins interrogés, 300 000 documents confidentiels analysés, le Sénat confirme : aucune preuve de collusion entre Trump et la Russie  |  Gaza : Israël offre la réhabilitation de la population contre la démilitarisation – le Hamas refuse  |  Un tribunal fédéral américain a jugé le narco trafiquant El Chapo coupable de 10 chefs d’accusation, qui peuvent lui valoir le reste de sa vie en prison  |  [11/02/2019] Londres : pour tenter de subjuguer l’épidémie, les condamnés pour agression au couteau seront tagués avec un GPS à leur sortie de prison  |  [08/02/2019] 3 terroristes musulmans abattus lors d’émeutes violentes le long de la frontière de Gaza  |  Aide humanitaire au Venezuela: Maduro assure qu’il ne laissera rien rentrer – ça c’est un humaniste comme Mélenchon les aime !  |  Pologne, 1982 : quelqu’un lit 1984 de George Orwell, lève les yeux et dit : « pourquoi ça s’appelle une fiction ? »  |  [07/02/2019] Floride : Le Cabinet reconnaît Jérusalem comme capitale israélienne, met en garde Airbnb au sujet de sa politique En Judée Samarie  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 10 septembre 2018

Les Juifs du monde entier viennent de fêter Rosh Hashanah. Emmanuel Macron s’est rendu à la grande synagogue de Paris.

Emmanuel Macron n’est ni un ami sincère du peuple juif, ni un ami d’Israël

Mon ami Joël Mergui m’avait invité, mais je vis désormais à dix mille kilomètres de la France. Sans cela je m’y serais rendu, pour écouter Joël, car c’est un homme de droiture, et mon amitié pour lui est aussi indéfectible que celle qui me lie à Meyer Habib, Gilles-William Goldnadel, Sammy Ghozlan, Edward Amiach, Claude Barouch, pour ne citer que quelques-uns de mes amis juifs français (et je suis désolé de ne pas les citer tous, la liste devrait être plus longue). Je ne m’y serais pas rendu pour écouter Emmanuel Macron, car je sais qui il est, et je sais donc qu’il n’est ni un ami sincère du peuple juif, ni un ami d’Israël. 

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Donald Trump, lui, a adressé ses vœux aux Juifs du monde et aux Juifs d’Israël. Et j’ai écouté son message.

Donald Trump a montré une fois de plus qu’il est le plus grand ami du peuple juif et d’Israël qu’il y ait eu à la Maison-Blanche. Ses mots ont été sincères, émouvants, et ont montré une fois de plus qu’il est imprégné de l’éthique juive. Et il y a des raisons à cela. Son père avant lui était déjà un des grands bienfaiteurs de la communauté juive américaine, et Donald Trump a continué sur les traces de son père. Il a dit plusieurs fois avant de songer même à se présenter à l’élection présidentielle américaine sa fierté que sa fille aînée soit juive, et que trois de ses petits enfants le soient aussi. Les principaux hommes de confiance autour de lui sont juifs, ce depuis longtemps. Et ce n’est pas un hasard du tout s’il a choisi pour ambassadeur des Etats-Unis en Israël David Friedman, juif religieux, et pour émissaires pour le Proche-Orient le mari de sa fille Ivanka, Jared Kushner, et Jason Greenblatt, l’un des principaux dirigeants de la Trump Organization, tous deux juifs religieux eux-mêmes. 

En présentant ses vœux, Donald Trump a non seulement prononcé une dénonciation éloquente et émouvante de l’antisémitisme : il a rappelé qu’il savait ce que les Juifs ont apporté au monde, et, aussi, qu’il savait ce qu’avaient été les effroyables conséquences de l’antisémitisme en Europe au temps du nazisme et qu’il considérait que le crime absolu commis contre les Juifs en Europe était absolument impardonnable. Et il a rappelé qu’il avait expulsé des Etats-Unis voici peu un criminel nazi que ses prédécesseurs avaient épargné (un geste que les grands médias ont, pour la plupart, passé sous silence). 

Il aussi exposé sa politique au Proche-Orient, et c’est un fait : ce qu’il a accompli en moins de deux ans pour mettre fin à la guerre islamique contre Israël est considérable, et bien plus important que ce que tous ses prédécesseurs ont fait en sept décennies. En reconnaissant Jérusalem, capitale d’Israël et en y installant l’ambassade des Etats-Unis en Israël, il a fait un geste essentiel, retiré Jérusalem de toute négociation avec les ennemis d’Israël, dit au monde musulman que Jérusalem est juive et le restera, et oppose une stricte fin de non-recevoir à toutes les exigences de partage de la ville (les fidèles d’autres religions que le judaïsme pourront continuer à venir à Jérusalem, comme ils n’ont cessé de le faire, car le peuple juif est tolérant, et Israël un pays démocratique respectant la liberté de culte).

En exigeant que l’Autorité palestinienne renonce au terrorisme et aux incitations au terrorisme et à l’incitation à la haine anti-juive, et en refusant de continuer à la financer dès lors qu’elle n’a renoncé à rien, il a rappelé que l’Autorité palestinienne était une organisation terroriste anti-juive, et que l’ère où les Etats-Unis pouvaient contribuer à financer une organisation terroriste anti-juive était révolue. En cessant totalement de financer l’UNWRA, et en disant que c’est une organisation corrompue et que la quasi-totalité des réfugiés que l’UNWRA entretient ne sont pas des réfugiés, il a mis fin à la complaisance qu’ont pu avoir les Etats-Unis avec l’idée d’un «retour de réfugiés» en Israël, et il a coupé les vivres à une organisation qui entretient des réfugiés qui ne sont pas des réfugiés, qui incite à la haine anti-juive, et qui est dans la pratique une organisation d’incitation au meurtre envers les Juifs.

En ayant fortement agi pour le rapprochement tactique entre Israël et l’Arabie Saoudite, il a mis en marche un projet stratégique de paix régionale sans précédent qui ne mènera pas le monde arabe sunnite à aimer Israël (nul ne peut demander l’impossible à des lecteurs du Coran), mais à reconnaître qu’Israël existe et vivra avec le plein soutien des Etats-Unis. S’ajoute à tout cela l’asphyxie en cours du principal ennemi d’Israël dans la région, l’Iran des mollahs, et les pressions mises en place pour calmer les ardeurs d’Erdogan en Turquie. 

Si, comme je l’espère, Donald Trump peut poursuivre sur sa lancée jusqu’en 2024, le Proche-Orient sera profondément transformé. 

Donald Trump a expliqué que ce qu’il faisait pour Israël et pour qu’une vraie paix vienne dans la région était aussi bénéfique pour le monde, car le Proche-Orient transformé qu’il veut sera un Proche-Orient moins propice pour le terrorisme islamique, et moins empoisonné par l’abominable « cause palestinienne ». 

Si le parti Démocrate n’était pas devenu un parti gauchiste et abject, les Démocrates se réjouiraient de ce que Trump est en train de faire, et proposeraient un programme différent du sien, dans le respect des règles démocratiques. Malheureusement, le parti Démocrate est devenu un parti gauchiste et abject. La détestation d’Israël y gagne sans cesse du terrain. Des antisémites et des islamistes y ont une influence croissante.

L’un des derniers Démocrates honnêtes était invité à la déclaration des vœux de Donald Trump : le professeur Alan Dershowitz. Parce qu’il est un Démocrate honnête, un véritable ami d’Israël et un adversaire de Donald Trump respectueux des règles démocratiques, il est chassé des cercles Démocrates, comme l’a été avant lui Joe Lieberman, qui a pourtant été candidat Démocrate à la vice-présidence en 2000.

Si les médias américains étaient encore des médias dignes de ce nom, ils parleraient de ce que fait Donald Trump, qui s’inscrit dans la tradition la plus noble de la politique américaine.

Malheureusement, ils ne sont plus des médias dignes de ce nom mais des organes de désinformation et d’incitation à la haine et, vu que nombre de journalistes sont du côté du parti Démocrate gauchiste et abject, donc sous l’influence d’antisémites et d’islamistes, ce que Donald Trump fait pour Israël et le Proche-Orient ne peut que leur déplaire. Et qu’il soit le plus grand ami du peuple juif et d’Israël qu’il y ait eu à la Maison-Blanche contribue, je dois le dire et j’en suis persuadé, à la détestation qu’ils éprouvent à son égard.

J’ai écrit dans un article plus ancien que Donald Trump était le plus juif des Présidents américains en raison de son rapport au judaïsme. Je pense qu’il est traité comme il l’est dans tant de journaux et magazines pour cette raison.  (Et qu’on l’accuse d’ « amoralité » est répugnant).

Cela me semble plus vrai encore dans le contexte français où la complaisance envers l’islam, y compris dans les dimensions antisémites de celui-ci, où l’exécration qui frappe Israël, où la sacralisation de la « cause palestinienne » et où la complaisance envers le terrorisme islamique lorsqu’il tue des Juifs, font partie d’un assez large consensus. 

Et puisque je disais en commençant qu’Emmanuel Macron n’est ni un ami sincère du peuple juif, ni un ami d’Israël, je terminerai en posant quelques questions :

  • Emmanuel Macron a-t-il reconnu Jérusalem, capitale d’Israël ?
  • A-t-il dit que l’Autorité palestinienne était une organisation terroriste ?
  • A-t-il décidé de cesser de financer cette dernière et de cesser de financer l’UNWRA ?
  • Est-il favorable à l’asphyxie de l’Iran des mollahs et aux pressions mises en place par Donald Trump pour calmer les ardeurs d’Erdogan en Turquie ?

Si la réponse est oui à une seule de ces questions, j’attends qu’on me le dise.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :