FLASH
[23/09/2018] La région suisse de Saint-Gall vote massivement en faveur de l’interdiction de la burqa  |  La nouvelle tenue du personnel du SAMU varois comporterait un gilet pare-balles  |  Après avoir accusé les policiers de -chier dans leur froc- et de ne pas -avoir les couilles- d’aller dans les quartiers difficiles, #YannMoix est invité par un syndicat policier à un reportage en zone sensible. « On verra s’il a les couilles »  |  Affaire Kavanaugh : Un 3e témoin cité par Christine Ford comme ayant été présent rejette ses allégations  |  [22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 11 septembre 2018

Hakim El Karoui, auteur du rapport « la Fabrique de l’islamisme », explique pourquoi il vaut mieux développer l’enseignement de l’arabe dans les établissements scolaires plutôt que dans des lieux de culte.

L’essayiste Hakim El Karoui est l’auteur du rapport « la Fabrique de l’islamisme » publié dimanche par l’institut Montaigne, cercle de réflexion libéral. Ce normalien préconise, entre autres mesures, le développement de l’apprentissage de la langue arabe dans les écoles pour « réduire l’attractivité des cours dans les écoles coraniques et les mosquées ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Pourquoi êtes-vous favorable au développement de l’enseignement de l’arabe classique dans les établissements publics ?

HAKIM EL KAROUI. C’est un instrument éventuel de prévention de diffusion de l’islamisme. La bataille qui se joue est une bataille de la connaissance. A l’école, l’élève aura un point de vue différent de celui qu’il peut entendre à la mosquée grâce à un éclairage historique et anthropologique.

Qu’en est-il des cours d’arabe dans les mosquées ?

L’enseignement est un accès au religieux. C’est, pour l’islamiste, une façon de contrôler le discours. On apprend l’arabe dans des ouvrages religieux et des manuels des pays d’origine aux valeurs conservatrices, notamment sur le statut de la femme. La vision de la langue qui est donnée aux gamins est très marquée.

Pourquoi, selon vous, l’arabe est nettement moins enseigné aujourd’hui que par le passé ?

A l’origine, c’est une volonté de l’Education nationale sur le principe : « On n’a pas appris le breton aux Bretons, on ne va pas apprendre l’arabe aux Arabes ». Ensuite, l’enseignement de l’arabe dans des collèges en centre-ville n’a pas plu à certains parents et leurs chères têtes blondes. C’est remonté aux recteurs. Des classes ont alors fermé. Moins on ouvre de classe, plus l’enseignement de l’arabe devient un élément essentiel du modèle économique des mosquées où les cours sont payants. Les imams disent aux enfants : on n’apprend pas un bon arabe à l’école.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Que doit faire le ministre de l’Education ?

Il faut une stratégie, regarder où il y a de la demande, quartier par quartier. Ensuite, en matière de recrutement, il faut ouvrir davantage de postes à l’agrégation et au Capes d’arabe pour reconstituer un vivier de profs. On les sous-utilise aujourd’hui dans des classes pas complètes. En 2016, on avait lancé une enquête auprès de familles musulmanes qui montrait que plus de la moitié (56 %) souhaitaient que l’arabe classique soit enseigné à l’école publique.

Source : Leparisien

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz