FLASH
[22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  |  Joie chez les antisémites: Des centaines de terroristes musulmans se livrent ce soir à des émeutes à plusieurs endroits le long de la clôture de sécurité avec Gaza et tentent de la saboter pour s’infiltrer en Israël et assassiner des Juifs  |  3 feux de forêt dans le Negev israélien provoqués par des ballons incendiaires palestiniens – et toujours aucune condamnation des écologistes  |  2 Marocains se faisant passer pour réfugiés mineurs d’origine libyenne et arrêtés à Rotterdam planifiaient des attentats à Paris (source NLTimes.nl)  |  L’armée israélienne va démolir le bâtiment où le terroriste qui a assassiné le soldat Ronen Lubarsky a vécu. Le ministre de la Défense a déclaré : « Pas de compromis avec la terreur »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ivan Rioufol le 13 septembre 2018

Qui imagine le général De Gaulle déclarer : « Alexandre Benalla n’a jamais été mon amant » ?

Ce détournement de la réflexion de François Fillon, candidat à la primaire, adressée à Nicolas Sarkozy mis en examen, laisse voir les années-lumière qui séparent le monde ancien du spectacle affligeant donné par la Macronie. Qu’un chef de l’Etat en vienne, comme ce fut le cas cet été avec Emmanuel Macron devant des parlementaires LaRem, à se croire obligé de démentir des rumeurs d’une relation amoureuse avec son garde du corps en dit long sur le manque de tenue, de retenue, du pouvoir actuel. L’ »affaire Benalla », qui s’ouvre à nouveau ce mercredi devant la commission d’enquête sénatoriale, c’est cela : la mise au jour d’un Etat déliquescent, très éloigné de l’exemplarité qu’il prétendait incarner. Non seulement l’affaire a révélé un fonctionnement clanique et népotique de l’Etat, mais c’est aujourd’hui la vulgarité et la morgue d’une petite frappe qui s’étale publiquement. Seul un sentiment d’impunité peut expliquer le premier refus de Benalla de répondre à la convocation du Sénat afin d’être entendu comme témoin, indépendamment de la procédure judiciaire en cours contre lui. Depuis son revirement, ses propos tenus à l’égard des sénateurs montrent combien le mépris des autres a pu être la norme au cœur de l’Elysée. Benalla a, en effet, qualifié les membres de la commission d’enquête de « petites gens qui n’ont jamais existé dans le paysage politique français ». Il a traité Philippe Bas, qui conduit l’enquête sénatoriale, de « petit marquis ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Ces mises en cause de la commission d’enquête sénatoriale par Benalla, soutenu dans ses provocations par la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, et par le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, sont d’autres éléments qui viennent alourdir les soupçons d’autoritarisme, de favoritisme et de passe-droits qui pèsent sur le fonctionnement de l’Etat macronien, cette pouponnière d’arrivistes et de tchatcheurs. Car la loi autorise évidemment le Sénat à jouer son rôle de contre-pouvoir. D’autant que la commission d’enquête de l’Assemblée s’est ridiculisée dans une soumission à l’Elysée et à ses exigences d’opacité. Si, au nom de la séparation des pouvoirs, les sénateurs ne peuvent bien sûr avoir à connaître de l’affaire judiciaire (notamment pour des violences en réunion), ils sont dans leur rôle de contrôle du bon fonctionnement des institutions. Il est intéressant de savoir, notamment, comment Benalla a pu bénéficier d’un port d’arme, d’un passeport diplomatique, d’un logement de fonction quai Branly, d’un salaire conséquent, et, surtout, d’une telle confiance de la part du président. La question de l’existence ou nom d’une police parallèle au sein de l’Elysée est aussi de ces interrogations qui doivent être posées par les sénateurs. Ils ont là, en tout cas, l’occasion rêvée de démontrer la nécessité d’encadrer la Macronie, volontiers despotique, de contre-pouvoirs institutionnels. Que cela ne plaise pas à Benalla et à ses parrains est un bon signe.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ivan Rioufol. Publié avec l’aimable autorisation du Figaro.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz