FLASH
[22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  |  Joie chez les antisémites: Des centaines de terroristes musulmans se livrent ce soir à des émeutes à plusieurs endroits le long de la clôture de sécurité avec Gaza et tentent de la saboter pour s’infiltrer en Israël et assassiner des Juifs  |  3 feux de forêt dans le Negev israélien provoqués par des ballons incendiaires palestiniens – et toujours aucune condamnation des écologistes  |  2 Marocains se faisant passer pour réfugiés mineurs d’origine libyenne et arrêtés à Rotterdam planifiaient des attentats à Paris (source NLTimes.nl)  |  L’armée israélienne va démolir le bâtiment où le terroriste qui a assassiné le soldat Ronen Lubarsky a vécu. Le ministre de la Défense a déclaré : « Pas de compromis avec la terreur »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 13 septembre 2018

Un an après, nos reporters ont refait la route Amiens-Le Touquet, à la rencontre des Français. Déçus par Macron ? Ils s’impatientent surtout de voir des résultats.

Qu’est-ce qui fait chuter Emmanuel Macron dans les sondages ? Comme l’année dernière, nous sommes allés à la rencontre des Français, entre Amiens et Le Touquet, pour écouter ce qu’ils en disent.

Amiens, ancienne usine Whirlpool et centre-ville. « Peu importe qui est au pouvoir… »

Deux lettres, « WN », signalent qu’une page s’est tournée sur le site industriel, l’un des symboles de la présidentielle 2017. A Amiens, 186 salariés Whirlpool, victimes de la délocalisation, retrouvent les lignes de production sous l’impulsion de leur repreneur. Mais à l’heure où l’on se rassemble pour casser la croûte sur le parking, pas question de laisser penser qu’il s’agit là d’une victoire politique. « Ce n’est pas Macron qui a sauvé l’usine », prévient un ex-opérateur sérigraphie, en sweat-shirt Whirlpool.

Et ces quinze premiers mois de quinquennat ? « Peu importe qui est au pouvoir… » soupire Mickaël. Une conviction est chevillée au corps de beaucoup : les « petits », comme on dit ici, « morflent ». D’autant que le sort des intérimaires ou des voisins de Goodyear est dans les têtes.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« La façon dont Macron parle des aides sociales… Il tire toujours sur les mêmes. Mais ce ne sont pas les plus miséreux qui profitent du système », tance Benoît, le chef d’équipe, au cœur ancré à gauche. Le « pognon de dingue » a résonné jusque-là… Comme les questions de pouvoir d’achat. « Le coût de la vie, l’inflation, il ne fait rien pour ça ! » peste un ouvrier. Sur la route Amiens-Le Touquet, c’est l’un des mantras de la rentrée : « Tout augmente, sauf nos salaires. »

 

Président « des classes hautes » selon les mots de Julie, secrétaire de mairie : voilà une étiquette qui colle à la peau du chef de l’Etat. « Il faut atténuer cette image de président des villes, des riches. Il faut être le président des Français, susurre en écho l’un de ses soutiens. On ne peut pas parler à nos concitoyens avec des chiffres, il faut les aimer, s’adresser à eux simplement. »

Saint-Fuscien. « Pas grand-chose ne change »

A l’autre bout de l’agglomération, dans les rues cossues de Saint-Fuscien (Somme), on doute aussi. Jean, électeur LREM, est « dans l’expectative ». « Il prend des risques, mais est-ce que ça réussira ou pas ? Beaucoup de choses ont été lancées, mais pas grand-chose ne change au niveau des résultats », relève cet ex-enseignant, songeant déjà à son vote aux Européennes : « S’il n’y a pas vraiment un bilan qui ressort, on verra… »

Aline, elle, n’en est pas aux avertissements. Directrice d’un établissement médico-social, elle plaide pour donner « un peu de temps » à ce président qui a « le mérite de s’attaquer à des problèmes », d’« aller sur la SNCF ou les retraites, ce qui n’est pas évident ».

Friville-Escarbotin. « Je pense que les lobbys ont pris le pouvoir »

Sur le pas de sa ferme, à l’entrée de Friville-Escarbotin (Somme), François-Xavier Malgras est dubitatif. Le discours du président sur « le juste prix payé aux agriculteurs », ses charges contre les géants de l’agro-industrie, furent du miel aux oreilles de ce quadragénaire, qui élève 150 bêtes à viande, cultive 200 ha et pratique la vente directe pour à peine un smic. « Il y a eu beaucoup de promesses, mais on ne voit rien du tout. Je pense qu’il y a des lobbys et qu’ils ont pris le pouvoir », dit-il, avec en tête la démission de Nicolas Hulot.

Saint-Valery-sur-Somme. « Il mène une politique de bonne droite »

De gauche à droite, Clément, Aurélie, Gilles, Pierre, Laurent, Marine et Hélène, à Saint-Valery-sur-Somme./LP/Jean-Baptiste Quentin

Une étudiante en école de commerce, Pauline, apprécie qu’« il favorise l’entreprenariat, les start-up, les jeunes ». Une tablée de cadres, mitigés, égraine les qualificatifs : « volontaire », « dynamique ». Mais se disent peu dupes de sa « communication très maîtrisée ». « Il n’y a jamais rien qui déborde, alors qu’il y a du plus et du moins dans ce qu’il fait », relève Hélène.

Gilles ajoute un adjectif : « Décevant, car il mène une politique de bonne droite ». Ce développeur attendait le président plus à gauche au regard de sa campagne. Quant aux atermoiements sur le prélèvement à la source – « un pas en avant, un pas en arrière, le flou total » – ils ont laissé la troupe circonspecte. « A un moment donné, il faut trancher et tant pis si ça ne fait pas plaisir », recommande Aurélie.

Le Touquet. « J’ai perdu mes illusions »

 

Danièle et son mari Manuel, retraité du bâtiment./LP/Jean-Baptiste Quentin

Quelques pas sur le front de mer du Touquet (Pas-de-Calais) suffisent pour le constater : les retraités gonflent les rangs des mécontents. Roland, 70 ans, confie avoir « perdu (ses) illusions ». Cet ancien de la finance, électeur de Macron, se sent « plumé », songe à ne plus voter.

« Il faut m’expliquer comment on peut relancer la consommation en diminuant les pensions ! » Cette grogne, l’Elysée n’en ignore rien. « Le choix, il est là. Le coût politique, on l’a payé, confie un proche du président. On l’assume. » Gare toutefois, car les jeunes ou salariés croisés ne voient pas tous d’un bon œil que l’on « serre la vis aux anciens ».

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

D’autant qu’après la hausse de la CSG, le montant des pensions ne suit pas l’inflation… « 0,3 %, ce n’est vraiment pas beaucoup. C’est déjà assez difficile de vivre avec ce qu’on nous donne », souffle Manuel, retraité du bâtiment, qui reste toutefois bienveillant envers le président – « il fait ce qu’il peut » – même s’il n’a pas non plus apprécié l’affaire Benalla : « Il aurait pu donner une bonne sanction tout de suite. »

Comme Jean, Aline, François-Xavier ou Aurélie, il fait partie de ce « socle » que les cadres de la majorité surveillent comme le lait sur le feu. En témoigne cette confidence d’un député LREM : « Ce qui m’inquiète le plus, c’est comment on conserve nos sympathisants. »

Source : Leparisien

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz