FLASH
[10/12/2018] Alerte info : des colons arabes ont tiré en direction d’un poste de Tsahal près de Bir Zayit en Judée  |  Après avoir voulu briser les sanctions américaines contre l’Iran, condamné Israël 8 fois à l’ONU, poussé les pays d’Europe centrale à ne pas déplacer leurs ambassades à Jérusalem, le CDU de Merkel refuse de geler des fonds pour le terrorisme palestinien  |  Ils ont signé le pacte mondial pour les migrations de l’ONU – pour le compte des peuples – sans demander leur accord (qui aurait été non)  |  #Giletsjaunes : la moitié des radars du pays auraient été détruits – d’un côté, c’est la réponse à l’acharnement anti-voitures ; de l’autre, il faudra plus d’impôts pour les faire réparer  |  [09/12/2018] Judée Samarie : 2 colons arabes palestiniens en voiture ont ouvert le feu sur des passants juifs – 6 blessés, dont 1 femme enceinte, grièvement  |  38% des juifs d’Europe envisagent de quitter leur pays en raison de l’hostilité grandissante envers leur communauté (i24NEWS)  |  #LeDrian invite Trump à ne pas se mêler de politique intérieure française – qu’il donne l’exemple et ne se mêle pas de la politique israélienne  |  Frontière israélo-libanaise : l’armée libanaise a placé des centaines de chars à la frontière, en infraction avec les résolutions de l’ONU, présent sur place, et qui regarde ailleurs  |  [08/12/2018] #GiletsJaunes : 700 interpellations sur le territoire, dont 581 à Paris  |  Paris, rue Christophe-Colomb, des #Giletsjaunes se dissocient des casseurs et les insultent  |  Paris : nombreux #GiletsJaunes ont quitté les Champs Elysées pour se rendre avenue Marceau où les tensions se sont concentrées en milieu d’après-midi. Plusieurs feux allumés avec les palissades qui protégeaient les boutiques  |  Alerte info : Tsahal a tiré en direction de 3 terroristes du Hezbollah qui approchaient la frontière – ils se sont enfuis  |  Les #giletsjaunes ont fait font fermer 3 grands centres commerciaux autour de Caen  |  #GiletsJaunes : 700 arrestation en début d’après midi. 40 000 manifestants selon les autorités  |  Intermarché de Monistrol sur Loire, bloqué depuis des jours par les #GiletsJaunes, forcé de fermer : il n’a plus aucune livraison depuis des jours. 130 personnes au chômage technique. La station essence est vide  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michael Katz le 17 septembre 2018

Encensé par les uns. Dénoncé par les autres. Héros de la libération pour les uns, faussaire de l’histoire qui n’aurait jamais dû se retrouver aux commandes de la France pour les autres. Le Général de Gaulle a toujours divisé.

Et concernant le monde juif et Israël, qu’en est-il ?

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il y a ceux qui, aveuglément, se disent «gaullistes» car ils ont toujours voté à droite (RPR, UMP, LR). Mais ils ne savent pas vraiment qui est de Gaulle.

Et puis il y a les juifs, les sionistes, qui connaissent un peu mieux le Grand Charles et qui ne peuvent pas l’encadrer. Et ce, sans même parler des juifs français nés en Algérie… Qui eux ont encore plus de raisons de lui en vouloir.

Le journaliste franco-israélien Jonathan-Simon Sellem, par ailleurs élu de la République (Conseiller-Consulaire) vient de publier un petit livre extrêmement intéressant sur le Général. «Charles de Gaulle : Antisémite ?

D’abord, on trouve dans cet ouvrage l’intégralité de la conférence de presse du 27 novembre 1967, celle-là même où le Général critiquait vertement les juifs et Israël.

«Un peuple dominateur et sûr de lui» est la phrase la plus connue du discours. Mais le Général va bien plus loin dans ses critiques, affirmant que les juifs créent l’antisémitisme qu’ils subissent, qu’ils s’approprient des terres de manière douteuse, et qu’il sont aidés par la finance internationale.

Mais alors, pourquoi ce discours ? Quelle était la politique de la France à l’époque ? Pour quelle raison le Général de Gaulle semblait-il si haineux des juifs ? L’était-il ? Etait-ce lié à un problème d’ego ?

La réponse se trouve dans cet ouvrage qui se dévore en très peu de temps !

Dreuz: Pourquoi cet ouvrage sur le Général de Gaulle ?


Jonathan-Simon Sellem: En tant que Franco-israélien, je suis attaché à ces deux pays, comme l’on est attaché à son père et sa mère. On n’aime pas l’un plus que l’autre. Et s’il y a des choses formidables dans ces deux pays, il y a aussi des personnalités et des choses que l’on apprécie moins. 

Le Général de Gaulle est une personnalité tellement forte dans l’histoire de France, que j’ai voulu en savoir un peu plus sur lui. Je me suis énormément documenté, je me suis plongé dans les archives de l’époque et j’ai découvert des textes magnifiques, comme celui de Raymond Aron, «De Gaulle, Israël et les juifs.»

Et puis, cette soif de savoir s’est transformée en une faim de partage. Raison pour laquelle j’ai décidé d’écrire ce petit ouvrage, très court, très ludique, très synthétique, et très intéressant.

Pourquoi cette question de l’antisémitisme hante-t-elle le Général de Gaulle ?


Tout a commencé le 27 novembre 1967. Le Général organise ce jour-là une conférence de presse sur sa politique générale. On est 6 mois après la guerre des Six Jours, et le Général décide alors de retracer 2000 ans d’histoire du peuple juif, en quinze minutes de monologue.

Tout le monde connaît sa tirade sur ce «peuple dominateur» mais très peu de personnes de moins de 60 ans savent ce qu’il a dit d’autre ce jour-là… C’était d’ailleurs mon cas. Et je dois admettre avoir été choqué ! Tous les clichés antisémites sont cités : les juifs dominateurs, manipulateurs, argentiers, conquérants, les juifs qui créent l’antisémitisme dont ils sont victimes, etc. Et d’un autre côté, le Général ne s’est jamais déclaré officiellement antisémite. Il parle même de la Shoah comme d’une catastrophe et soutient, malgré tout, le droit d’Israël à exister. Pour lui, « c’est un fait accompli sur lequel personne, pas même les Arabes, ne doivent revenir. »

Vous savez qu’avec un pareil ouvrage, vous risquez d’attirer la colère de pas mal de monde ?

Oui, mais la justice n’a pas de prix. Je n’écris pas qu’il est tel Maurras ou Pétain, mais qu’il est pétri de ce vieil antisémitisme français qui peuplait nos campagnes d’alors – et qui le peuple encore aujourd’hui. Cet antisémitisme de «bas-niveau» si l’on peut dire, basé sur des préjugés très graves et faux. Et cet antisémitisme qui aurait pu rester caché aux yeux de tous est sorti de sa bouche, par la colère d’une blessure d’ego.

D’ego ?

Oui. Le Général explique pendant la conférence qu’il comprend parfaitement les enjeux géopolitiques. Il explique savoir parfaitement qu’Israël est menacé d’un nouveau génocide. Mais il est furieux car Israël a lancé une attaque préventive visant à lui assurer son existence… et lui pensait que la France pourrait éviter une pareille guerre, par la diplomatie. Il est tourmenté par le fait que les juifs n’ont pas respecté sa décision. Comme si les juifs lui devaient quelque chose. Comme si les juifs n’avaient pas le droit à l’auto-détermination.

Ce livre explique tout cela en détail. Il reprend le discours et l’analyse. Il cite des journalistes, penseurs, et personnalités de l’époque qui, poussés par la vérité, ne comprenaient rien à la politique anti-israélienne du Général de Gaulle.

Charles de Gaulle : Antisémite ?*. Edition Am Hofshi

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz