FLASH
[18/12/2018] Depuis son passage télé, l’ancienne journaliste de Charlie hebdo, @ZinebElRhazoui reçoit des centaines de menaces de mort, d’appels à la violence et au viol de la part de personnes de gauche et musulmans qui disent que l’extrême droite est fasciste  |  En pleine crise des #Giletsjaunes, Macron annonce 500 millions d’€ d’aides à l’Afrique – et un bras d’honneur aux Français  |  7 colons arabes israéliens suspectés de terrorisme ont été arrêtés dans le quartier Issawiya de Jérusalem par l’armée israélienne  |  Quand les élites sortent du bois et craignent la démocratie : Pour Olivier Duhamel, « le référendum d’initiative citoyenne est ‘extrêmement dangereux »  |  #Giletsjaunes : Plainte déposée contre Macron pour mise en danger de la vie d’autrui, violences volontaires avec arme, et racket  |  Et bien il va vous faire marron, Macron: La dette de la France devrait frôler les 100 % du PIB en 2019  |  Maroc : 2 touristes ont été égorgées au sud de Marrakech. 1 suspect a été arrêté, ses complices sont recherchés  |  Amandeep Bhogal, candidat conservateur: « Pour atteindre la prospérité il faut 4 composantes : Le droit de propriété. La primauté du droit. La liberté d’expression. La démocratie. Dans l’UE, 1 manque et sape les 3 autres – la démocratie »  |  [17/12/2018] Amnesty International alerte sur « de nombreux cas de recours excessifs à la force par des policiers » lors des manifestations des #Giletsjaunes  |  ONU vient de confirmer que le Liban a violé: la résolution 1701, la souveraineté israélienne, et 4 tunnels découverts. Il manque dans leur déclaration : qui a creusé ces tunnels ? Réponse : le Hezbollah  |  France 2 et Le Monde ne publierons pas ça – Ayatollah iranien Sadiqi, sermon du vendredi : « Plus de 100 ans de domination du monde par les démocraties libérales ont pris fin. L’humanité doit maintenant chercher un nouveau modèle inspiré par notre révolution islamique »  |  [16/12/2018] Attentat de Strasbourg : une 5e victime a perdu la vie  |  La hausse de 100 euros pour les salariés au Smic pourrait être reportée à juin. Les primes et les hausses de la fonction publique passent avant  |  France Inter interviewe un président de la confédération des commerçants indépendants anti #GiletsJaunes – sans préciser qu’il est le référent LREM de la Lozère – et rien dans le Décodex  |  Bruxelles : les manifestants contre la pacte de Marrakech sont 5 fois plus nombreux que ceux en sa faveur. A Paris, on les cherche, en vain  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 24 septembre 2018

Photographié armé dans l »‘Obs », en 2016, Alexandre Benalla assure qu’il disposait d' »autorisations particulières ».

La photo a resurgi en pleine affaire Benalla cet été. Le futur chargé de mission de l’Elysée avait posé dans nos colonnes, presque deux ans plus tôt, pour une enquête de notre supplément « O », consacrée aux gardes du corps des personnalités du cinéma et du monde des affaires.

En ce mois d’avril 2016, Alexandre Benalla, salarié par la société Sygma 3D, est alors un des gardes du corps du président de l’Office européen des brevets (OEB), Benoît Battistelli, posté à Munich. « Conseiller à la sécurité », a depuis précisé l’intéressé. Parfait inconnu aux yeux du grand public, il s’était prêté à la séance photo proposée par « l’Obs », de face et de profil, le visage en partie masqué par une ombre, mais bien reconnaissable. A son flanc gauche, un pistolet Glock glissé dans le holster. Une silhouette anonyme pour une profession par essence discrète.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« Ailleurs » ?

Mais avait-il seulement le droit de porter cette arme, lui qui n’a obtenu son permis de port d’armes qu’en octobre dernier, plusieurs mois après son arrivée à l’Elysée ? Au moment d’exhumer cette archive, « l’Obs » s’était montré prudent : ce pistolet n’était peut-être qu’une « copie extrêmement bien faite », un simple accessoire utilisé pour les besoins du shooting. Mais ce mercredi 19 septembre, la question s’est invitée lors de son audition devant la commission d’enquête présidée par Philippe Bas. La sénatrice EELV Esther Benbassa a même brandi « l’Obs » en pleine audition pour en savoir plus. Que faisait-il avec une arme à la ceinture dans nos pages ? Réponse immédiate d’Alexandre Benalla, sous serment : (dans la vidéo ci-dessous)

« Le 12 avril 2016, je n’étais pas en poste à En Marche !, j’étais à l’Office européen des brevets et la plaque qui est autour de mon cou − même si j’ai le visage plus ou moins camouflé − c’est une plaque de l’Office européen des brevets […] C’est une photo qui est prise ailleurs et qui n’est pas soumise à une autorisation de port d’armes. »

La parlementaire le relance :

« On peut porter une arme sans autorisation ? »

Alexandre Benalla, le ton assuré :

« A l’étranger, en Allemagne, avec des autorisations particulières, quand vous travaillez pour une organisation internationale, oui. »

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

La photo a été prise à Paris

Pourtant, « l’Obs » est formel : le cliché n’a pas été pris chez En Marche !, ni « ailleurs », ni « à l’étranger », ni en « Allemagne », mais bien… dans un studio de l’Est parisien.

Alexandre Benalla avait-il le droit de porter cette arme grâce aux simples autorisations particulières dont il se prévaut ? Ces autorisations obtenues outre-Rhin l’autorisaient-elles à transporter son arme en France, qui plus est dans le cadre d’une activité parfaitement déconnectée de la protection de Benoît Battistelli ?

Contacté par « l’Obs », le service juridique du ministère de l’Intérieur indique que « les agents de protection de l’intégrité physique des personnes n’étant pas autorisés jusqu’à présent à être armés, les autorisations de port d’armes délivrées à l’étranger pour ce motif n’ont pas de valeur sur le territoire français ». De même, « s’agissant des autorisations de port d’une arme de poing accordées à des personnes exposées à des risques exceptionnels d’atteinte à leur vie, seul le ministère de l’Intérieur français est compétent pour délivrer une telle autorisation pour le territoire national, sans reconnaissance des autorisations délivrées par des Etats étrangers, mêmes membres de l’Union européenne », nous est-il précisé. Et de résumer :

« En droit, tout port d’armes sur le territoire national doit être autorisé par l’Etat français et lui seul. »

L’ancien président Benoît Battistelli de l’OEB n’a pas répondu à nos sollicitations concernant l’autorisation évoquée par Alexandre Benalla mercredi et ses éventuelles particularités. Auprès de « l’Obs », l’avocat d’Alexandre Benalla, Laurent-Franck Liénard, n’a pas non plus souhaité commenter les déclarations de son client devant la commission.

Source : Nouvelobs

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz