FLASH
[19/10/2018] Grande-Bretagne, la fête peut reprendre : l’islamiste Anjem Choudary est sorti de prison après avoir purgé la moitié de sa peine  |  Effet trump : la croissance de la Chine n’a jamais été aussi faible depuis 2009  |  Avec 900 000 followers, @Tsahal_IDF court-circuite la censure totale des médias et informe les gens de la réalité du terrorisme musulman  |  France : un « jeune » de 23 ans est mort d’un coup de couteau. 2 autres sont blessés. @lavoixdunord appelle ça une « querelle de voisinage »  |  Hier, @Twitter a dit qu’il ne fermera pas le compte de Louis Farrakhan qui a dit que « les juifs sont comparables à des termites ». Twitter doit expliquer aux gens bannis pour moins que ça sa définition de l’incitation à la haine  |  [18/10/2018] Le juge rejette la demande de Paul Manafort de porter un costume au tribunal plutôt qu’un uniforme de prison  |  Effet Trump : en raison du rééquilibrage des tarifs douaniers sur l’acier, les métallurgistes américains vont obtenir la plus forte augmentation de salaire depuis des années  |  Elections de mi-mandat américaines : Le Comité national républicain a levé 269 millions de $ : « c’est le meilleur chiffre de tous les temps »  |  Effet Trump : après avoir réduit les réglementations, le président demande au gouvernement de réduire ses dépenses de 5%  |  Corée du Sud : vague de protestations du peuple, le gouvernement recule et refuse l’asile à 400 migrants musulmans  |  Le Havre : Les policiers agressés par une dizaine de racailles cagoulés après la saisie de 200 kg de cocaïne  |  Un crédit d’impôts pour héberger des réfugiés : pourquoi les SDF français n’ont jamais eu ce privilège ?  |  Clermont-Ferrand : Une étudiante violée en pleine rue a reconnu son agresseur – c’est un Algérien  |  [17/10/2018] Tiens tiens, le candidat brésilien soit-disant « extrême-droite » a refusé le soutien de David Duke, l’ex leader du KKK  |  Israël a détruit un autre tunnel terroriste partant de Gaza  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 26 septembre 2018

Dans le monde arabe il y a deux types de frustration : la première est sexuelle. La seconde est idéologique en lien avec la haine des juifs. Les femmes sont autant exposées à la violence sexuelle que les enfants. 

L’Algérie par exemple, est secouée présentement par l’affaire d’un imam arrêté pour viol sur un enfant. Exerçant dans une mosquée de la commune de Tazoult relevant administrativement du département de Batna (400 kilomètres au Sud-Est d’Alger), l’imam incriminé sortait de la mosquée où il exerçait après avoir accompli la prière du soir.

Il aurait commis son méfait non-loin de la mosquée où il officie, en s’en prenant à un enfant âgé d’à peine 9 ans. Alertés par les cris de la victime, des riverains sont intervenus et ont mis fin à cette agression sexuelle.

L’année dernière, dans la même ville de Batna un autre imam de 40 ans a violé, puis a continué à entretenir, durant de longs mois, une relation incestueuse avec sa nièce de 12 ans.

Selon des médias locaux, l’imam de 40 ans, père de quatre enfants, avait abusé de sa nièce, âgée de 12 ans, dans l’enceinte même de la mosquée. La fillette, à peine pubère, se rendait à cette « maison de Dieu » pour étudier le coran. Son oncle, qui y officie, avait profité un jour d’un moment de solitude pour assouvir ses besoins.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

L’acte incestueux s’est poursuivi durant de longs mois, avant que la mère, alertée par le comportement de plus en plus anxieux de sa fille, ne décide de la suivre discrètement jusque dans la mosquée. Elle avait alors découvert l’horreur et alerté les autres membres de la famille.

Une souricière avait alors été tendue à l’oncle incestueux. Il avait été surpris en pleins ébats avec sa nièce. La scène avait été filmée et transmise à la justice. Arrêté, l’imam pédophile avait reconnu son forfait et avait même avoué avoir eu des relations avec sa nièce dans la mosquée et chez elle !

En Algérie les gens sont tellement aveuglés par la religion qu’ils sacralisent à outrance, qu’ils tombent très facilement dans le piège de ce genre d’animaux féroces. Il y avait quelques années, il y a eu un scandale dans une mosquée d’Alger où un autre barbu obsédé sexuel abusait des petits garçons.

L’année dernière aussi un policier qui avait tenté d’empêcher le viol d’un enfant a été égorgé dans le département de Tébessa à l’est d’Alger.

Ce type d’agression est de plus en plus répandu dans les pays arabes. De tels crimes sont commis par gens de plus en plus religieux. Le monde ignore que les mariages de pédophiles s’organisent encore dans les pays du Maghreb avec des enfants parfois âgées d’à peine 10 ans, avec l’autorisation de la loi islamique coutumière, bien sûr.

 

La libido des Algériens augmente, les femmes sont les premières victimes

Les chiffres sont éloquents : plus d’un Algérien sur deux reconnaît avoir déjà harcelé sexuellement une femme dans l’espace public et plus de 60 % des femmes déclarent avoir déjà été victimes de ce type d’agression, selon une récente étude publiée par l’ONU Femmes Maghreb. Symptomatiquement, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à estimer que l’apparence de la victime provoque le harcèlement, selon cette étude.

Le viol est l’acte d’agression le plus répandu contre les femmes en Algérie. Les jeunes femmes sont les plus vulnérables. Plusieurs cas de violences et d’agressions à caractère sexuel contre ont été enregistrés ces dernières semaines au niveau de la capitale Alger.

En Algérie, des internautes appellent clairement à empêcher de sortir de chez elles les femmes habillées selon eux d’une façon indécente, en les menaçant de jets d’acide sur le visage.

La saison estivale a été l’occasion pour punir toute femme sortant dans la rue habillée d’une façon pas assez « pudique », selon les activistes musulmans. Les Algériennes ont déjà fait face à ce genre d’appels agressifs à leur égard sur internet sans que les autorités réagissent.

Durant l’été 2018, des internautes avaient suggéré de prendre en photo toutes les femmes qui ne s’habilleraient pas « correctement » sur les plages, pour les diffuser par la suite sur les réseaux sociaux.

En Algérie, de nombreuses femmes victimes d’agression ou de harcèlement ne déposent pas plainte ou abandonnent les procédures en raison d’un environnement hostile, d’autant plus que dans nombre de cas, les violences ont lieu en milieu familial. En outre, elles sont souvent confrontées à la réticence des services de police.

En juin dernier, une jeune femme Ryma a été agressée à Alger dans la rue alors qu’elle faisait son jogging pendant le ramadan à une heure de la rupture du jeûne. L’homme qui l’a frappée lui a lancé que sa place était à la cuisine à cette heure là.

Qui plus est, les gendarmes auxquels elle a adressé une plainte l’ont culpabilisée et lui ont demandé pourquoi elle était sortie à une heure pareille.

L’agression de Ryma a ému ailleurs qu’en Algérie et au-delà des frontières algériennes, comme au Canada. Ainsi, des femmes ont couru en signe de solidarité avec Ryma et en faveur du droit des femmes.

En avril 2017 à bord d’un avion de la compagnie aérienne Air Algérie, reliant Paris à Alger, une femme a été agressée à cause d’un magazine de mode. La victime avait cherché le passager à l’atterrissage pour le dénoncer à la Police des frontières (PAF), sans réussir à le trouver. Elle avait déposé une plainte contre lui, sans aucun résultat, en dénonçant par la même occasion la passivité du personnel navigant.

Pour les Algériens, la religion autorise la violence et donc le fait de violenter n’est pas toujours une mauvaise pratique, celle ci pouvant être « bénéfique » pour la victime. La violence est toujours justifiée et ceci donne la légitimité de violenter dans certains cas. L’éducation algérienne est violente verbalement et physiquement. Et comme la femme est considérée comme intellectuellement inférieure, l’homme estime qu’elle a besoin d’être éduquée à la vie conjugale et à son obéissance, donc il peut la violenter pour son bien.

 

Lynchage d’un groupe de femmes de Constantine vivant seules

Des femmes habitant un appartement, dans la ville Ali Mendjeli, le chef lieu de Constantine (390 Kilomètres à l’Est d’Alger) ont été victimes, dans la nuit du 31 août au 1er septembre, d’une agression de la part de leurs voisins. Des dizaines de personnes ont pénétré de force dans l’appartement occupé par ces femmes, et les ont agressées pour des soupçons de prostitution.

Cette agression aurait pour origine des soupçons vis-à-vis des victimes de la part des riverains, qui ont déclaré avoir remarquer des allées et venues de plusieurs hommes dans leur domicile.

Les victimes ont également vu des biens leur appartenant confisqués et brûlés par leurs agresseurs, le tout sous les acclamations du reste des habitants locaux.

Encouragées par leurs femmes à coup de youyous et les cris de victoire à travers les fenêtres entre-ouvertes, les voisins ont pénétré en plein jour dans la maison. Ils ont traîné des femmes qui y habitent dehors à coup de poings, de pieds, de bâtons. Et les ont jetés à la rue. Leurs meubles ont été balancés par les fenêtres et brûlées.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Plus grave encore, la majorité des médias arabophones ont commenté cette agression disant qu’il s’agissait d’un ras-le bol des citoyens qui ont protégé leur religion. En effet certains médias locaux ayant rapporté les faits les ont présenté comme étant une affaire de citoyens qui se rendent justice par eux-mêmes, après avoir été « agacés » par ces « prostituées » et suite à l’inaction des services de sécurité vis-à-vis de leurs plaintes.

Une victoire pour les mœurs, pensent ces médias très musulmans visiblement satisfaits de cet acte des braves jeunes musulmans de la cité Ali Mendjeli de Constantine.

Ce cas d’agression d’un groupe de femmes vivant seules n’est pas sans rappeler d’autres cas similaires qui se sont déjà produits en Algérie par le passé, et qui s’apparentent à une véritable chasse aux sorcières. Un cas en particulier avait choqué en 2001 lorsque plusieurs nuits durant, des femmes travaillant dans la ville de Hassi Messaoud (département de Ouargla) furent violentée et violées par plusieurs centaines d’hommes, suite à des prêches de la part d’un imam local accusant ces femmes vivant seules de prostitution.

Ce qui est grave aussi c’est qu’en l’absence d’un Etat, les Algériens font un bon de géant vers le moyen-âge. La chasse aux sorcières. Il suffit juste de pointer du doigt quelqu’un ou un groupe de personnes, et la populace se rue dessus !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz