FLASH
[15/02/2019] Alsace: des #giletsjaunes ont tenté de bloquer le journal ‘DNA’  |  Sur les 10 dernières années, 65% des tests de missile de l’Iran ont échoué : où ils sont terriblement malchanceux, ou quelqu’un les aide à être malchanceux  |  [14/02/2019] Le Sénat approuve la nomination de William Barr au poste de ministre de la Justice (et j’espère que cette fois Trump a fait le bon choix et que des têtes vont tomber)  |  Dernier sondage élection israélienne : Likoud (centre droit, Netanyahu) : 32 points. Resilience (centriste) 20, Yesh Atid (centre gauche) 11, New Right 10  |  Historique et impressionnant : Netanyahou est assis aux côtés du ministre des Affaires étrangères du Yémen au sommet de Varsovie  |  [13/02/2019] Le taux d’approbation du travail de Trump a progressé de 7 points après le shutdown  |  [12/02/2019] Slovaquie : refus total de l’islam, refus de construire même une seule mosquée  |  On le savait mais mieux vaut le signaler : après 2 ans d’enquête, 200 témoins interrogés, 300 000 documents confidentiels analysés, le Sénat confirme : aucune preuve de collusion entre Trump et la Russie  |  Gaza : Israël offre la réhabilitation de la population contre la démilitarisation – le Hamas refuse  |  Un tribunal fédéral américain a jugé le narco trafiquant El Chapo coupable de 10 chefs d’accusation, qui peuvent lui valoir le reste de sa vie en prison  |  [11/02/2019] Londres : pour tenter de subjuguer l’épidémie, les condamnés pour agression au couteau seront tagués avec un GPS à leur sortie de prison  |  [08/02/2019] 3 terroristes musulmans abattus lors d’émeutes violentes le long de la frontière de Gaza  |  Aide humanitaire au Venezuela: Maduro assure qu’il ne laissera rien rentrer – ça c’est un humaniste comme Mélenchon les aime !  |  Pologne, 1982 : quelqu’un lit 1984 de George Orwell, lève les yeux et dit : « pourquoi ça s’appelle une fiction ? »  |  [07/02/2019] Floride : Le Cabinet reconnaît Jérusalem comme capitale israélienne, met en garde Airbnb au sujet de sa politique En Judée Samarie  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 2 octobre 2018

J’ai, dans les années 1980, vécu des années qui ont marqué profondément l’histoire du monde.

Ronald Reagan était à la Maison Blanche et j’ai compris dès son investiture qu’il serait l’un des Présidents américains qui marqueraient l’histoire. Margaret Thatcher était Premier Ministre du Royaume Uni et entreprenait de redresser son pays. La France avait pour président le pétainiste Mitterrand, hélas.

Je pense que le monde vit à nouveau des années qui marqueront l’histoire du monde. Les Etats-Unis ont à nouveau un très grand Président. Il n’y a pas en Europe de dirigeant de la stature de Margaret Thatcher (Matteo Salvini et Viktor Orban n’ont pas encore l’impact requis : cela viendra peut-être). La France a un Président que je préfère ne pas décrire : Macron. Mais il y a un grand homme d’Etat ailleurs sur la scène internationale : Binyamin Netanyahou.

Binyamin Netanyahou n‘a pas débarrassé l’économie israélienne de toutes ses rigidités, mais il a néanmoins fait d’Israël l’une des puissances économiques les plus importantes du monde contemporain et si Israël est classé aujourd’hui huitième puissance mondiale dans le classement de US News and World Report, il y est pour beaucoup : un capital humain et intellectuel immense existe en Israël, et il a pu se libérer et s’exprimer grâce à Binyamin Netanyahou.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Binyamin Netanyahou n’a pas éloigné d’Israël tous les dangers que des dirigeants haineux et antisémites font peser sur le pays, mais il a remarquablement agi pour que les dangers soient déjoués et s’est révélé être un grand stratège.

Barack Obama s’est livré à une véritable guerre diplomatique contre Israël qui a connu sa sinistre apothéose avec l’absence de véto américain à une résolution des Nations Unies présentée le 23 décembre 2016 (alors que Donald Trump était le Président élu) parlant de “territoire palestinien occupé depuis 1967” (ce qui inclut tous les lieux saints, dont le Kotel) et exigeant une solution à deux Etats respectant les “frontières” de 1967. Il a empêché Israël de mener ses opérations militaires de manière décisive contre le Hamas pendant l’été 2014 et a donc protégé le Hamas. Il a appuyé en sous-main toutes les manœuvres anti-israéliennes de l’Union Européenne. Binyamin Netanyahou a su résister à la guerre diplomatique menée par Barack Obama, a fait que les opérations militaires contre le Hamas de l’été 2014 ont malgré tout apporté à Israël plusieurs années d’accalmie, et a réussi à limiter les dégâts des mesures anti-israéliennes de l’Union Européenne.

Il n’a pu empêcher Obama et les dirigeants européens de signer l’ignoble accord de juillet 2015 avec le régime antisémite des mollahs en Iran, mais il a pris date en allant parler au Congrès américain, et a prononcé à cette occasion un avertissement au monde.

Discernant que la gauche américaine devenait anti-israélienne sous l’impulsion d’Obama et que l’Union Européenne, sous l’impulsion de la France et de l’Allemagne, rejoignait les rangs des ennemis d’Israël, il a mené une action diplomatique lucide et d’une intelligence remarquable en direction de plusieurs pays d’Afrique et d’Asie, en direction de la Russie, et en direction aussi de pays d’Europe centrale. Il a également initié un rapprochement tactique avec l’Arabie Saoudite, avec les émirats du Golfe (sauf le Qatar) et renforcé les liens de coopération militaire avec l’Egypte.

L’arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump, le plus grand ami d’Israël à avoir jamais été à la tête des Etats-Unis, lui a permis de travailler en synergie avec les Etats-Unis. L’alliance d’endiguement du régime antisémite des mollahs initiée par Donald Trump à Riyad en mai 2017 a renforcé la position régionale d’Israël et jouera un rôle crucial dans le plan de paix régional que proposera l’administration Trump, élaboré en relation avec lui, Binyamin Netanyahou.

Le coup de maitre qu’a été l’opération du Mossad grâce à laquelle ont été saisis des milliers de documents montrant que le régime antisémite des mollahs continuait à chercher à se doter de l’arme atomique a contribué à légitimer la sortie des Etats Unis de l’ignoble accord de juillet 2015.

Les décisions successives de Donald Trump concernant le dossier “palestinien” (transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, reconnue comme capitale d’Israël par les Etats Unis, exigence que l’Autorité Palestinienne cesse de financer le terrorisme, puis coupure des financements américains à cette dernière, cessation du financement de l’UNWRA par les Etats-Unis et déclaration par l’administration Trump que seuls seraient reconnus comme réfugiés par les Etats-Unis les Arabes qui ont quitté le territoire d’Israël en 1948-49) ont été prise avec l’assentiment de Binyamin Netanyahou et en coordination avec lui.

Les opérations israéliennes contre les positions iraniennes en Syrie ont été menées avec l’accord réticent de la Russie, accord négocié par Binyamin Netanyahou, avec l’appui discret mais net et affirmé de l’administration Trump.

Dans le contexte actuel, Binyamin Netanyahou devait, en se rendant aux Nations Unies la semaine dernière, face au fait que le régime antisémite des mollahs est en voie d’asphyxie (et donc particulièrement venimeux), et face à l’attitude ignoble des dirigeants européens qui semblent prêts à tout pour sauver le régime, Macron et Merkel en tête, montrer que le régime antisémite des mollahs restait effectivement venimeux, et il l’a fait remarquablement, apportant des preuves accablantes, une fois de plus, et demandant à l’Agence Internationale de l’Energie Atomique d’agir, Il l’a fait aussi en plaçant les Européens face à leurs responsabilités et en leur demandant s’ils n’avaient rien appris de l’histoire. Il a, en supplément, expliqué magistralement pourquoi la loi définissant Israël comme l’Etat nation du peuple juif n’était ni raciste ni discriminatoire, ce qui est absolument exact.

L’Agence Internationale de l’Energie Atomique ne fera sans doute rien : c’est une agence des Nations Unies, donc une agence nocive par définition. Les dirigeants européens n’ont strictement rien appris de l’histoire, sont hypocritement antisémites, prêts à se vendre pour un prix modique, et disposés à s’aplatir sans cesse devant les dirigeants les plus vils de la planète. Ils continueront, comme les médias européens, à s’en prendre à Israël et à déclarer que l’Etat juif est raciste et discriminatoire, mais Binyamin Netanyahou a pris date une fois de plus et a averti les ennemis d’Israël que la moindre attaque contre l’Etat juif susciterait une riposte bien davantage que dissuasive.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Il a fait son devoir envers le peuple d’Israël, qui peut être fier d’avoir un Premier ministre de cette stature.

Je n’ai rien dit sur le discours du vieux chef terroriste antisémite Mahmoud Abbas aux Nations Unies. Il n’y a rien à en dire : ce fut un discours mensonger, haineux et falsificateur de bout en bout. Comme d’habitude. Il n’y manquait même pas l’hommage aux tueurs de Juifs, appelés “martyrs”, sur le mode islamique, dans le discours. Emmanuel Macron qui avait reçu peu avant le vieux chef terroriste antisémite, a dû beaucoup apprécier. Mahmoud Abbas semble avoir menacé les Etats-Unis. S’il n’était aussi répugnant, je pourrais lui trouver une dimension comique. Ce ne sera pas un homme qui marquera l’histoire, il y laissera juste une tache très sale sur une page en train de se tourner.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :