FLASH
[21/10/2018] Nouveau sondage très important de NBC/WSJ: le taux de popularité de Trump est supérieur à celui d’Obama à la même période de 2010 – #Trump : 47%, #Obama 44%  |  Ce matin, les forces armées israéliennes ont ouvert le feu sur les terroristes musulmans palestiniens qui s’approchaient de la frontière pour aller trancher la gorge d’innocents citoyens juifs  |  [20/10/2018] Grèce : le nombre de cas d’abus sexuels sur enfants explose dans le plus grand camp de migrants du pays  |  Montbéliard (25) : Un électricien tabassé dans la rue par 5 « jeunes » parce qu’il installait les lumières de Noël  |  « Quand j’entends qu’un média est traité d’extreme droite par @lemondefr, je me dis qu’il est sans doute bon »  |  Nord de la France : escroquerie aux allocations sociales – au moins 1,7 million d’euros, 3 romanichels mis en examen  |  76% des Français choqués, désapprouvent le comportement de Jean-Luc Mélenchon pendant les perquisitions  |  Inondations de l’Aude : de nombreux vols et cambriolages relevés dans les zones sinistrées  |  A Créteil, un lycéen pointe son arme à quelques centimètres de sa prof, en classe, pour qu’elle le note -présent- (source Le Parisien)  |  [19/10/2018] Grande-Bretagne, la fête peut reprendre : l’islamiste Anjem Choudary est sorti de prison après avoir purgé la moitié de sa peine  |  Effet trump : la croissance de la Chine n’a jamais été aussi faible depuis 2009  |  Avec 900 000 followers, @Tsahal_IDF court-circuite la censure totale des médias et informe les gens de la réalité du terrorisme musulman  |  France : un « jeune » de 23 ans est mort d’un coup de couteau. 2 autres sont blessés. @lavoixdunord appelle ça une « querelle de voisinage »  |  Hier, @Twitter a dit qu’il ne fermera pas le compte de Louis Farrakhan qui a dit que « les juifs sont comparables à des termites ». Twitter doit expliquer aux gens bannis pour moins que ça sa définition de l’incitation à la haine  |  [18/10/2018] Le juge rejette la demande de Paul Manafort de porter un costume au tribunal plutôt qu’un uniforme de prison  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Albert Bertold le 11 octobre 2018

Karim Akouche: « les racines de la violence se trouvent bel et bien dans le Coran »

Qu’est-ce qui prend à Marianne de publier des vérités censurées que seule la « fachosphère » ose publier ? Les témoignages qui contredisent le mantra « islam religion de tolérance et d’amour » sont généralement strictement interdits de médias. Le magazine Marianne en mal de lecteurs passerait du côté obscur de la bête immonde ?

Quelle que soit la raison, et bien que nous ne partagions aucune des positions de Marianne sur le monde, félicitons-les de ce rare moment de courage d’avoir affronté le mot d’ordre de son camp, et publié le témoignage de Karim Akouche, écrivain algérien et auteur de Lettre à un soldat d’Allah*

Extraits :

« Enfant, j’ai joué le jeu. Je n’avais pas le choix. J’ai appris à réciter, mécaniquement, comme mes camarades, des sourates et des hadiths.

L’école algérienne voulait faire de moi un croyant, domptable à souhait, un soumis. Raté. J’ai résisté avec mes moyens et, surtout, grâce à la chanson kabyle engagée, au barde Matoub Lounès et aux valeurs de mes ancêtres.

Je l’ai dit quelque part : je suis un rescapé de l’école algérienne. J’aurais pu devenir djihadiste.

Le système éducatif de mon pays natal m’a inculqué toutes sortes d’énormités. On m’a appris à :

  • détester les « mécréants »,
  • à me moquer des autres religions,
  • à rabaisser la femme,
  • à mépriser les homosexuels, les chrétiens, les juifs, les bouddhistes, les athées…
  • On m’a appris à combattre la démocratie,
  • à défendre la primauté des lois de Dieu sur celles des hommes.
  • On m’a enseigné comment faire du prosélytisme, comment utiliser la taqîya, la ruse.
  • On m’a exhorté à contribuer, d’une manière ou d’une autre, au Royaume d’Allah, sur Terre, pour mériter plus tard, une fois au Ciel, les 72 houris et les rivières de vin…

J’ai gueulé contre l’imposture islamiste

Adolescent, nourri au lait de la révolte, j’ai rompu les chaînes, j’ai refusé l’intolérable ; puis, plus tard, je suis devenu, tant mal que bien, un citoyen libre…J’ai gueulé contre l’imposture islamiste, ses inepties, ses temples et ses sponsors.

C’est sur les routes de l’exil, en Occident, que je rencontre la première fois l’« islamophobie », ce vocable polysémique, vague, vulgaire et dangereux.

Les islamistes, sournois, l’instrumentalisent à des fins de conquête, tandis que des intellectuels mous, égarés dans des causes surannées, ou alliés objectifs des premiers, le rabâchent à tort et à travers. Cela me donne le tournis. Leurs airs de perroquets ivres me foutent souvent en rogne. C’est tellement facile de s’inscrire dans le camp hypocrite d’un Bien imaginaire, celui de « Nous-sommes-tous-des-frères », que d’affronter le Mal réel de l’idéologie macabre des « Frères » [musulmans] et de leurs avatars. La première attitude ne demande aucun effort intellectuel, aucune nuance, aucun risque. La seconde exige, au contraire, de la lucidité, de la responsabilité et du courage.

La critique de l’islam n’a jamais tué personne, l’islamisme, quant à lui, a engendré des centaines de milliers de morts

Ce ne sont pas les soutiens des islamistes qui se font menacer ou assassiner, mais les laïcs, les femmes et les hommes libres qui affrontent, sur le terrain idéologique, et parfois militaire, les soldats d’Allah.

La laïcité, le débat d’idées, la raison et la critique de l’islam n’ont jamais tué personne ; l’islamisme, quant à lui, a engendré des centaines de milliers de morts.

Je le dis une fois pour toutes : haïr les musulmans, c’est un délit, car c’est du racisme. Critiquer l’islam, c’est un droit. Combattre l’islamisme et le djihadisme, un devoir.

  • Je ne travaille à la solde d’aucune chapelle.
  • Je n’obéis qu’à mon intuition de poète.
  • Je ne renie ni mes origines ni mes convictions.
  • Ceux qui m’accusent de servir la main invisible de l’ancien colonisateur se trompent de cible.
  • La justice, comme la vérité, a un seul visage. Je la proclame sur toutes les crêtes.

quelque chose ne tourne pas rond dans la religion musulmane

Comment pourrais-je tourner le dos aux musulmans, moi qui en viens ? Ce sont des citoyens comme les autres, qui ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. Je les défendrai toujours, avec vigueur, s’ils sont victimes de xénophobie et les critiquerai, avec non moins de force, si certains d’entre eux se comportent comme des inquisiteurs.

Ayons le courage de dire que quelque chose ne tourne pas rond dans la religion musulmane :

  • Nous avons beau la qualifier de « religion de paix, d’amour et de tolérance », nous avons beau disculper certains de ses textes, les violents, la vérité nous explose à la face à chaque réveil tourmenté.
  • Sans islam, il n’y aurait jamais eu d’islamisme.
  • L’islamisme et le djihadisme ne sortent pas de nulle part. Les raisons peuvent certes être sociales, mais elles sont surtout et avant tout idéologiques.
  • Que cela plaise ou non, les racines de la violence se trouvent bel et bien dans les lettres, dans le Coran et les hadiths.

Je ne peux retenir plus longtemps cette vérité sue de tous, mais tue par presque tous.

Je pousse un cri dans le chaos du monde.

Je parle pour dénouer la corde qui bride la plupart des élites.

J’écris pour planter le courage et disperser l’épaisse brume des tabous.

Je gratte là où ça fait mal. C’est mon métier de poète révolté qui l’exige.

Je cible la tyrannie du silence. La banalité du fanatisme. La falsification de la morale. Je n’aime pas les « ânes savants » et les savants faussaires.

Tant que l’islam ne sera pas réformé, autrement dit, tant qu’il n’aura pas été apaisé, expurgé de ses messages de haine et de guerre, je continuerai, que cela plaise ou non, à en dénoncer les dérives.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Bertold pour Dreuz.info.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz