FLASH
[12/12/2018] Saleh Omar Al-Barghouti, le terroriste de l’attentat d’Ofra et fils du fondateur de #BDS Omar Barghouti a été abattu lors d’une intervention de Tsahal à Ramallah  |  Le premier ministre britannique Theresa May joue son poste après un vote de défiance  |  La bénédiction d’Abraham se vérifie: « Je bénirai ceux qui te bénissent Je maudirai ceux qui te maudissent ». La #France s’est mise en travers d’#Israël. Elle en subit les conséquences. Ce n’est que le début  |  Non mais allo ! On peut même pas compter sur #Israël pour faire correctement de l’#Apartheid ! Une femme arabe #palestinienne va être maire adjointe de Haïfa  |  [11/12/2018] L’antisémitisme était la solution respectable pour se débarrasser des juifs d’Europe. L’antisionisme est la façon respectable de se débarrasser des juifs de Palestine  |  100 chrétiens enlevés lors de raids nocturnes dans une église chinoise clandestine  |  Chérif Chekatt, le terroriste de #Strasbourg est armé et n’a pas été interpelé, nuit multiculturelle en vue pour les habitants  |  #Strasbourg : le terroriste se nommerait Chérif Chekatt, né le 4 février 1989 à Strasbourg  |  #Strasbourg : tiens donc, BFMTV affirme que le terroriste fréquentait les milieux extrémistes musulmans (et pourquoi ne sont-ils pas démantelés ?)  |  #Strasbourg : le terroriste reste introuvable, des grenades ont été découvertes dans son logement – les gens, bloqués dans les bars, célèbrent la diversité à leur façon  |  #Strasbourg : nous publions sur Dreuz.info la première photo du suspect  |  Attentat de #Strasbourg : juste pour se tenir informé, les journalistes ont-ils déjà commencé à parler de « dérangé mental » ?  |  #Strasbourg – info non confirmé : le terroriste devait être interpellé ce matin à son domicile pour homicide  |  #Strasbourg : selon BFM, le nouveau bilan est d’au moins 4 morts  |  Suède, Malmö : Le père d’un garçon de 7 ans a été arrêté pour avoir frappé un cambrioleur qui a mis une arme dans la bouche de l’enfant  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Piotr Stammers le 11 octobre 2018

Le South China Morning Post vient de publier un article (1) expliquant que la Chine a changé la loi pour reconnaître les « camps de rééducation » des musulmans de Xinjiang, après avoir précédemment nié l’existence de tels centres de rééducation politique.

La région du Xinjiang, située à l’extrême ouest de la Chine, a révisé sa législation pour permettre aux gouvernements locaux d' »éduquer et de transformer » les personnes influencées par l’islam dans des « centres de formation professionnelle » – un terme utilisé par le gouvernement pour décrire un réseau de centres de détention appelés « camps de rééducation » politiques.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Selon certains observateurs étrangers, la promulgation de la loi ne répond pas aux critiques mondiales concernant la détention systématique et l’éducation politique forcée d’un million d’ouïgours musulmans de la région.

Les autorités chinoises avaient précédemment nié l’existence de telles centres de détentions arbitraires et nié avoir imposé une rééducation politique, mais ils ont indiqué que certains citoyens avaient été envoyés dans des centres de formation professionnelle pour des délits criminels mineurs.

La révision, publiée par le législateur régional, reconnaît l’utilisation de ces centres dans le cadre des efforts déployés par le gouvernement pour éliminer l' »extrémisme religieux », terme qui désigne tous les musulmans sans les distinctions artificielles habituellement fabriquées en Occident.

Sont également incluses dans la loi la répression massive de l’insécurité à Xinjinag et des restrictions drastiques des pratiques de l’islam.

« Les gouvernements au niveau des comtés et au-delà peuvent créer des organisations d’éducation et de transformation et des services de supervision, tels que des centres de formation professionnelle, pour éduquer et transformer les personnes qui ont été influencées par l’extrémisme », affirme une nouvelle clause dans le « Xinjiang Uygur Autonomous Region Regulation on Anti-Extremissm ».

  • Outre l’enseignement de « compétences professionnelles », les centres sont tenus de dispenser un enseignement sur le chinois parlé et écrit, ainsi que sur certains aspects de la loi et d’autres règlements.
  • Ils doivent également organiser « une éducation idéologique pour éliminer » la religion musulmane,
  • Effectuer des traitements psychologiques et des corrections de comportement,
  • et « aider les ‘stagiaires’ à transformer leurs pensées et à retourner dans la société et leur famille ».

Dolkun Isa, président exécutif du Congrès mondial ouïgour basé à Munich, a déclaré que les autorités chinoises appliquaient déjà les mesures détaillées dans la révision de la loi, sans aucune justification légale depuis plus d’un an.

Le déploiement de la loi « n’est qu’une formalité visant à légaliser la répression contre les musulmans du Xinjiang », a-t-il dit.

L’ancienne version de la loi avait été adoptée en mars 2017. Elle interdit un large éventail d’actes considérés comme des manifestations d’extrémisme :

  • le port du voile,
  • une barbe « anormale »,
  • le refus de regarder la télévision ou d’écouter la radio,
  • le fait d’empêcher les enfants de recevoir une éducation nationale.

L’inclusion des camps dans la législation locale intervient alors que Pékin subit une pression croissante de la part des États-Unis et de l’Union européenne pour sa répression impitoyable dans le Xinjiang, après qu’un panel des Nations unies eut confronté des responsables chinois en août à propos de rapports faisant état de détentions massives extralégales des minorités musulmanes.

James Leibold, spécialiste des politiques ethniques de la Chine à l’Université La Trobe de Melbourne, en Australie, a déclaré que les critiques mondiales sur l’utilisation des centres de détention avaient conduit le Parti communiste à « se démener pour les justifier légalement et politiquement ».

rééduquer les musulmans pour maintenir la stabilité sociale et la sécurité nationale

« Le règlement initial de 2017 sur la déradicalisation était vague et imprécis quant à ses dispositions en matière d’éducation et de transformation », a-t-il dit. « Il s’agit donc d’une solution rétrospective et d’une tentative de justifier légalement la détention massive d’ouïgours et d’autres minorités musulmanes dans le Xinjiang et ailleurs, à des fins de remodelage politique et culturel sans procès équitable.

Ce point de vue est partagé par Li Lifan, expert d’Asie centrale à l’Académie des sciences sociales de Shanghai.

« Je pense qu’il… vise les critiques étrangères sur la manière dont le Xinjiang rééduque les extrémistes et les membres de leur famille », a-t-il dit, ajoutant que « le règlement apportait un soutien juridique aux efforts des autorités pour maintenir la stabilité sociale et la sécurité nationale ».

Pékin accuse les musulmans et les séparatistes de créer des agitations entre les Ouïgours et la majorité ethnique Han, qui a causé la mort de centaines de personnes au cours de la dernière décennie.

Kristin Shi-Kupfer, directrice de recherche sur les politiques publiques et la société à l’Institut Mercator d’études chinoises à Berlin, a déclaré que la Chine avait de bonnes raisons de prendre des mesures juridiques et rationnelles pour combattre les attaques de l’islam, mais que les mesures actuelles « brouillent clairement la frontière entre le domaine religieux, culturel et criminel ».

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Piotr Stammers pour Dreuz.info.

(1) scmp.com

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz