FLASH
[09/12/2018] Judée Samarie : 2 colons arabes palestiniens en voiture ont ouvert le feu sur des passants juifs – 6 blessés, dont 1 femme enceinte, grièvement  |  38% des juifs d’Europe envisagent de quitter leur pays en raison de l’hostilité grandissante envers leur communauté (i24NEWS)  |  #LeDrian invite Trump à ne pas se mêler de politique intérieure française – qu’il donne l’exemple et ne se mêle pas de la politique israélienne  |  Frontière israélo-libanaise : l’armée libanaise a placé des centaines de chars à la frontière, en infraction avec les résolutions de l’ONU, présent sur place, et qui regarde ailleurs  |  [08/12/2018] #GiletsJaunes : 700 interpellations sur le territoire, dont 581 à Paris  |  Paris, rue Christophe-Colomb, des #Giletsjaunes se dissocient des casseurs et les insultent  |  Paris : nombreux #GiletsJaunes ont quitté les Champs Elysées pour se rendre avenue Marceau où les tensions se sont concentrées en milieu d’après-midi. Plusieurs feux allumés avec les palissades qui protégeaient les boutiques  |  Alerte info : Tsahal a tiré en direction de 3 terroristes du Hezbollah qui approchaient la frontière – ils se sont enfuis  |  Les #giletsjaunes ont fait font fermer 3 grands centres commerciaux autour de Caen  |  #GiletsJaunes : 700 arrestation en début d’après midi. 40 000 manifestants selon les autorités  |  Intermarché de Monistrol sur Loire, bloqué depuis des jours par les #GiletsJaunes, forcé de fermer : il n’a plus aucune livraison depuis des jours. 130 personnes au chômage technique. La station essence est vide  |  Algérie : béatification de 19 religieux d’Oran massacrés pour leur foi par les islamistes durant la guerre civile  |  #GiletsJaunes : 34 personnes placées préventivement en garde à vue à Paris  |  [07/12/2018] Wall Street Journal : Les autorités françaises en pleine embrouille pour éviter que les émeutes de samedi dernier, qui ont plongé Paris dans le chaos, ne se reproduisent #GiletsJaunes  |  Alerte à la bombe à CNN, l’immeuble est évacué  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Bernard Martoia le 13 octobre 2018

Sous la houlette du président Donald Trump, qui est un businessman aux idées claires, contrairement à celles fumeuses des deux énarques François Hollande en 2012 et Emmanuel Macron en 2017, élus en jouant du pipeau aux ouailles socialistes, le programme du parti Républicain s’articule autour de quatre axes cohérents :

  1. la sécurité de la frontière avec la construction d’un mur pour arrêter l’invasion migratoire en provenance du Mexique. Macron n’a pas le courage de refuser l’accès aux ports français des bateaux des ONG gauchistes financées par le milliardaire George Soros. Il laisse faire le sale boulot au vaillant ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini et en même temps il n’arrête pas de le fustiger en se posant comme le défenseur de la cause humanitaire. Macron est l’exemple parfait du faux-cul adoubé par les deux tiers des Français qui l’ont élu président.
  2. la poursuite de la libération de l’économie américaine entravée par les taxes et les régulations du gouvernement Obama.  Si Trump était président en France, il aurait encore plus de pain sur la planche mais il y parviendrait en chassant des cabinets ministériels tous ces énarques parasites.
  3. la renégociation de tous les accords commerciaux qui faisaient la part belle à tout le monde sauf aux travailleurs américains.
  4. la rénovation des infrastructures en piteux état. Certes, il est plus valorisant pour sa réélection ou sa postérité d’inaugurer de grands chantiers présidentiels comme la pyramide du Louvre ou la bibliothèque Mitterrand que d’entretenir les infrastructures mais le président Trump n’est pas un démagogue comme les présidents français. Il préfère régler les problèmes des Américains que de laisser son empreinte dans l’histoire. Il a créé un empire dans sa vie d’entrepreneur. Inutile d’en rajouter avec des chantiers à sa gloire avec l’argent du contribuable américain.

Concernant le programme des Démocrates, il se limite à haïr le président Trump depuis son élection il y a deux ans.

Contrairement aux électeurs français lors de l’élection présidentielle de 2017, qui étaient confrontés à un dilemme cornélien entre le choléra (Macron) ou la peste (Le Pen), les électeurs américains ont un choix très clair qui s’offre à eux le 6 novembre prochain.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Bernard Martoia pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz