FLASH
[19/11/2018] Avec 53 sièges au sénat, Trump remporte une victoire éclatante aux élections de mi-mandat  |  Tsahal a arrêté hier soir dans la ville juive illégalement occupée par des colons arabes d’Hébron 22 musulmans palestiniens soupçonnés d’avoir participé à des activités terroristes  |  [18/11/2018] Pour 62% des Français, le pouvoir d’achat est plus important que la transition énergétique  |  Arles (13) : 3 infirmiers insultés, agressés et menacés de mort, une urgentiste traitée de « sale pute française »  |  Gilet jaune, la goutte d’essence qui a fait déborder le vase pour rien : 1 mort, 409 blessés, 282 interpellations et 157 gardes à vue  |  « Si vous ne votez pas Macron au 2e tour, vous êtes un facho ». Macron chute de popularité à 25%, vous avez voté Macron, donc vous êtes un nigaud  |  [17/11/2018] Arnaud Chavez, meneur des gilets jaunes pour Mézières, a été photographié faisant une quenelle nazie devant une stèle en hommage des victimes juives du nazisme  |  Les deux individus incarcérés suite à la violente agression du policier de la Bac Toulon, le 2 novembre dernier à Hyères, ont été remis en liberté en toute discrétion par la justice  |  [16/11/2018] Nikki Haley : Les Etats-Unis s’opposent à l’appel de l’Assemblée générale des Nations unies pour qu’Israël rende le plateau du Golan à la Syrie  |  [15/11/2018] Voici un aperçu de la prudence avec laquelle #Israël évite les pertes civiles à #Gaza: L’armée israélienne a appelé un type et a passé 45 minutes au téléphone avec lui pour qu’il évacue sa maison, avant de bombarder le bâtiment des médias du #Hamas situé à côté  |  Le sebateur Lindsey Graham a déclaré qu’il enquêterait davantage sur la controverse entourant les e-mails d’Hillary Clinton s’il devenait président du Comité judiciaire l’an prochain  |  Un « militaire » se filme et déclare qu’il est « obligé de travailler avec les porcs » en désignant les gendarmes  |  [14/11/2018] Effet trump : L’optimisme économique des petites entreprises se maintient au niveau le plus élevé depuis 45 ans  |  Floride, corruption Démocrate exposée : Les procureurs fédéraux découvrent des documents électoraux modifiés dans le comté de Broward liés aux Démocrates  |  Les Etats-Unis offrent une récompense de 5 millions de dollars pour la capture du dirigeant du Hamas Saleh Al-Arouri  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gilles William Goldnadel le 16 octobre 2018

La question de l’identité s’est imposée au cœur du débat médiatique et intellectuel. Pour Gilles-William Goldnadel, elle révèle les incohérences et les passions de notre époque, entre détestation de soi et adulation de «l’Autre».

«Identitaire»! Mon Dieu le vilain mot et la vilaine chose. Le 12 octobre, notre journal du soir titrait:

«La tentation identitaire des jeunes Républicains». Le 29 janvier le même journal affichait: «des catholiques contre la tentation identitaire» et décrivait sans grande aménité, dans la foulée de la Manif pour tous, ces catholiques de «la droite de Dieu» qui aurait pris conscience «qu’ils sont désormais une composante minoritaire d’une société largement déchristianisée».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Quelques jours auparavant le journal catholique et progressiste La Vie craignait, avec les mêmes mots, de voir les catholiques emprunter cette voie diabolique. Un livre d’inspiration élevée: «Le Grand Malaise» de Laurent Dandrieu éveillait leur passion contre cette tentation.

Notre père, ne nous soumet pas à la tentation et délivre-nous du mal identitaire!

Mais il y a les mots et il y a les choses.

D’abord les mots: l’idéologie multiculturaliste et quasi religieuse qui a encore la main sur les ondes postchrétiennes mais qui perd pied sur la terre ferme, les utilise pour diaboliser et s’il le faut excommunier.

Celle que j’appelle l’église cathodique ne fait pas commerce d’idées mais de sentiments para- religieux et les mots- principalement les adjectifs- dont elle use dans son catéchisme-sont employés comme vocabulaire liturgique ou objets immatériels de piété afin d’obtenir une réaction sentimentale de ce que j’appelle la foule médiatique.

Certaines épithètes utilisées par la communauté médiatique-non seulement dans un cadre polémique subjectif mais encore dans celui de l’information théoriquement objective -ont pour but, et pour effet, d’obtenir immédiatement du public un réflexe d’animosité.

Georges Orwell écrivait: «si la pensée corrompt le langage, le langage peut aussi corrompre la pensée».

Mon lecteur sait bien que je tiens les retombées du génocide commis par les nazis comme la cause traumatique principale de l’idéologie victimaire névrotique qui tient encore la société politique et médiatique en otage. La liste déclinée des mots qui va suivre montre une nouvelle fois que le vocabulaire issu de la période génocidaire traumatisante est utilisé (consciemment ou inconsciemment) à des fins idéologiques quasi théologiques. En tout état de cause, c’est ce vocabulaire démonologique, et non un autre, qui est de nature à obtenir immédiatement du public travaillé au corps depuis un demi-siècle une réaction affective de rejet et de malédiction de grande intensité.

«Fasciste», «raciste», «extrême droite» «xénophobe», «islamophobe», «populiste»… et enfin «identitaire».

Bref, des mots-revolver, sans rapport obligatoire avec le réel, rien que pour exclure du débat pseudo-démocratique, pour excommunier ou pour provoquer la mort sociale.

Le fait que ce soit l’église cathodique elle-même qui s’arroge unilatéralement ce droit d’étiquetage d’appellations non contrôlées relève d’un scandale démocratique d’autant plus scandaleux qu’il ne fait pas scandale.

Comme l’écrivait Aldous Huxley pour décrire les systèmes totalitaires même débonnaires en apparence: «toute doctrine mettant en cause le système doit d’abord être désignée comme subversive ou terroriste et ceux qui la soutiennent devront ensuite être traités comme tels»

C’est ainsi donc que l’on doit traiter ces subversifs «identitaires» qui mettent en cause le système multiculturel.

J’en viens à présent à la chose. Reste en effet à tenter de comprendre ce que recouvre cette appellation qui se veut définitivement disqualifiante.

Identité. L’identité religieuse, l’identité sexuelle, l’identité sociale ne posent pas problème.

Le mot ne devient laid que lorsqu’il est accolé à national. Et encore. L’église cathodique n’en veut pas aux Tibétains, aux Palestiniens, aux Sahraouis, de revendiquer leur identité nationale.

On en conclura donc que seule l’identité nationale occidentale a mauvaise presse lorsqu’elle est revendiquée. Dans ce cadre désagréablement identitaire, les attributs de l’identité sont détestables: historique, les racines ou géographique, les frontières, doivent être systématiquement déracinées et éradiquées.

Il faut bien comprendre qu’il s’agit d’un combat au couteau qui se joue sous nos yeux.

L’histoire de France doit être mondialisée, et les frontières du pays abaissées dès lors qu’un non-occidental entend les franchir fut-ce sans ses papiers d’identité mais en invoquant son malheur identitaire.

Dans ce cadre irrationnel autant qu’intolérant soyons transgressif jusqu’au bout et osons suggérer que dans le creux de la négation de l’identité française et occidentale se niche la détestation pathologique de l’identité blanche et judéo-chrétienne fantasmée.

À ce stade de la transgression suprême, il ne coûte plus grand-chose, dans cette définition de la revendication de ses racines culturelles et de ses frontières géographiques, à s’avouer identitaire.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Gilles-William Goldnadel. Publié avec l’aimable autorisation du Figaro Vox.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz