FLASH
[18/02/2019] @MikeGapes: « Quand j’ai rejoint le parti travailliste en 1968, j’ai rejoint un parti politique et non une secte stalinienne »  |  Félicitations au Sénégal pour son élection à la présidence du « Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien »  |  Les antisémites de BDS vont manifester à Ménilmontant mardi contre l’antisémitisme pour tenter de faire croire qu’ils ne sont pas antisémites. Qui pensent-ils tromper ?  |  A l’instant : en Syrie, deux explosions dans la province d’Idlib détenue par les rebelles ont tué au moins 15 personnes  |  [15/02/2019] Alsace: des #giletsjaunes ont tenté de bloquer le journal ‘DNA’  |  Sur les 10 dernières années, 65% des tests de missile de l’Iran ont échoué : où ils sont terriblement malchanceux, ou quelqu’un les aide à être malchanceux  |  [14/02/2019] Le Sénat approuve la nomination de William Barr au poste de ministre de la Justice (et j’espère que cette fois Trump a fait le bon choix et que des têtes vont tomber)  |  Dernier sondage élection israélienne : Likoud (centre droit, Netanyahu) : 32 points. Resilience (centriste) 20, Yesh Atid (centre gauche) 11, New Right 10  |  Historique et impressionnant : Netanyahou est assis aux côtés du ministre des Affaires étrangères du Yémen au sommet de Varsovie  |  [13/02/2019] Le taux d’approbation du travail de Trump a progressé de 7 points après le shutdown  |  [12/02/2019] Slovaquie : refus total de l’islam, refus de construire même une seule mosquée  |  On le savait mais mieux vaut le signaler : après 2 ans d’enquête, 200 témoins interrogés, 300 000 documents confidentiels analysés, le Sénat confirme : aucune preuve de collusion entre Trump et la Russie  |  Gaza : Israël offre la réhabilitation de la population contre la démilitarisation – le Hamas refuse  |  Un tribunal fédéral américain a jugé le narco trafiquant El Chapo coupable de 10 chefs d’accusation, qui peuvent lui valoir le reste de sa vie en prison  |  [11/02/2019] Londres : pour tenter de subjuguer l’épidémie, les condamnés pour agression au couteau seront tagués avec un GPS à leur sortie de prison  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 16 octobre 2018

« Gaulois réfractaires au changement », « un pognon de dingue » versé dans les minimas sociaux ou encore la « traversée de la rue » pour trouver du travail… Emmanuel Macron a accumulé les petites phrases polémiques depuis son élection. Mais au fait, comment les Français ont-ils perçu toutes ces « macronades » ? La réponse dans ce diaporama.

« Gaulois réfractaires au changement », « un pognon de dingue » versé dans les minimas sociaux ou encore la « traversée de la rue » pour trouver du travail… Emmanuel Macron a accumulé les petites phrases polémiques depuis son élection. Mais au fait, comment les Français ont-ils perçu toutes ces « macronades » ? Une enquête Odoxa, réalisée les 4 et 5 octobre 2018 en partenariat avec Challenges, révèle la façon dont toutes ces déclarations « polémiques » ont été réellement interprétées dans l’opinion.

Les Français fatigués par les « macronades »
L’accumulation de ces petites phrases « vérité » ont surtout contribué à écorner l’image du chef de l’Etat. Selon Odoxa, 64% des Français jugent qu’Emmanuel Macron en a trop fait en terme de communication. Ils estiment que ces petites phrases ne correspondent pas au rôle d’un président. Même si paradoxalement, les Français jugent qu’Emmanuel Macron a le plus souvent raison dans ses affirmations (voir diaporama).

Du côté de l’exécutif, on défend un langage de « vérité ». « Il (Emmanuel Macron) utilise peut-être des mots crus, mais c’est pour décrire la réalité » assure Sébastien Fort, le nouveau conseiller en communication de l’Elysée. Ce n’est pourtant pas tout à fait de cette façon que ce langage présidentiel a été reçu. « Les Français ont perçu dans ces propos une approche paternaliste et de la dureté » explique Frédéric Dhabi, directeur de l’institut Ifop. Dans les études qualitatives, « les Français lui reprochent de ne pas connaître leur vie, ils se demandent s’ils ne travaillent pas pour les premiers de cordée et non pour l’intérêt général. »

Les propos du chef de l’Etat vantant la mobilité, le marché, l’émancipation individuelle passent d’autant plus mal que le contexte économique est tendu. « Si la situation était plus favorable, ça passerait, car c’est un émetteur jeune, peu expérimenté, on serait prêt à lui pardonner », résume Arnaud Benedetti, professeur de communication politique à la Sorbonne. « Il assume des idées libérales, dans un pays vraiment acquis au libéralisme ! »

Que pensent les Français des petites phrases d’Emmanuel Macron ?

Date: 8 juillet 2017
Lieu: G20 de Hambourg

65% des Français pensent que cette phrase est vraie.
54% pensent qu’Emmanuel Macron a eu raison de dire cela.

Emmanuel Macron a pointé du doigt les taux de natalité records dans les pays les plus pauvres d’Afrique. Au Niger par exemple, le chiffre atteint ainsi 7,4 enfants par femme, et 50% de la population a moins de 14 ans.

« [Dans les pays à forte natalité], vous pouvez décider d’y dépenser des milliards d’euros, vous ne stabiliserez rien »Date: 8 juillet 2017 Lieu: G20 de Hambourg 65% des Français pensent que cette phrase est vraie. 54% pensent qu’Emmanuel Macron a eu raison de dire cela. Emmanuel Macron a pointé du doigt les taux de natalité records dans les pays les plus pauvres d’Afrique. Au Niger par exemple, le chiffre atteint ainsi 7,4 enfants par femme, et 50% de la population a moins de 14 ans.

« Je crois à la cordée, il y a des hommes et des femmes qui réussissent parce qu’ils ont du talent, je veux qu’on les célèbre »Date: 15 octobre 2017 Lieu: A l’Elysée, au cours d’une interview retransmise par TF1 69% des Français pensent que cette phrase est vraie. 58% pensent qu’Emmanuel Macron a eu raison de dire cela. L’image de la « cordée » n’a pas forcément été bien perçue par tous. D’abord, parce qu’elle encourage une vision élitiste de la société, où seuls les « premiers de la classe » comptent. Ensuite, parce qu’elle induit l’idée de devoir « remorquer » une partie de la société « à la traîne » de cette cordée.

« En Allemagne, il ne peut y avoir un fétichisme perpétuel pour les excédents »Date: 10 mai 2018 Lieu: à Aix-La-Chapelle, lors de la remise du prix Charlemagne pour son engagement européen 51% des Français pensent que cette phrase est vraie. 36% pensent qu’Emmanuel Macron a eu raison de dire cela. Le timing a semblé surprenant, alors que le président français recevait une récompense pour son engagement diplomatique européen. La presse allemande avait réagi avec indignation, comparant même, par moment, la méthode du Français avec celle de Donald Trump.

« Deux mâles blancs ne vivant pas dans ces quartiers qui s’échangent un rapport » [ne font pas une politique de la ville]Date: 22 mai 2018 Lieu: A l’Elysée, lors d’une réunion sur les quartiers défavorisés 38% des Français pensent que cette phrase est vraie. 27% pensent qu’Emmanuel Macron a eu raison de dire cela. Le lexique utilisé par Emmanuel Macron se voulait racial et politiquement incorrect. Il a ainsi fustigé la politique de la ville à la sauce Borloo, consistant au saupoudrage des banlieues. « Les gens qui y vivent ont un bonne partie de la solution » avait continué le chef de l’exécutif.

« On met un pognon de dingue dans les minimas sociaux »Date: 12 juin 2018 Lieu: Bureau de l’Elysée 68% des Français pensent que cette phrase est vraie. 51% pensent qu’Emmanuel Macron a eu raison de dire cela. Il s’agira probablement de l’une des petites phrases les plus marquantes du quinquennat. C’est Sibeth N’Diaye, la conseillère communication du président, qui a posté sur Twitter la vidéo d’Emmanuel Macron lâchant cette bombe verbale dans son bureau.

« [Certains patrons sont] dingues de pognon »Date: 17 juin 2018 Lieu: Journal le JDD, qui rapporte une confidence du chef de l’Etat après la révélation de l’indemnité dont devait bénéficier l’ex-PDG de Carrefour 80% des Français pensent que cette phrase est vraie. 70% pensent qu’Emmanuel Macron a eu raison de dire cela. Tout banquier d’affaires qu’il a été, Emmanuel Macron s’est emporté lorsque le conseil de Carrefour avait octroyé à Georges Plassat, 68 ans, une indemnité de non-concurrence de 4 millions d’euros. Devant le tollé médiatique, l’ex-PDG y avait finalement renoncé.

« Tu apprends d’abord à avoir un diplôme et à te nourrir toi-même, d’accord ? »Date: 18 juin 2018 Lieu: Mont Valérien, Hauts-de-Seine 66% des Français pensent que cette phrase est vraie. 50% pensent qu’Emmanuel Macron a eu raison de dire cela. Au Mont Valérien, lors des cérémonies de commémoration de l’appel du Général de Gaulle du 18 juin 1940, Emmanuel Macron avait fait la leçon à un jeune qui l’avait interpellé sous le nom de « Manu » et chanté « L’Internationale ».

« Ces Gaulois, réfractaires au changement »Date: 29 août 2018 Lieu: Danemark, lors d’une visite officielle 57% des Français pensent que cette phrase est vraie. 32% pensent qu’Emmanuel Macron a eu raison de dire cela. Emmanuel Macron a certes regretté ces propos après-coup. Néanmoins, elle exprime une conviction profonde: en août 2017, il lâchait déjà que « Les Français détestent les réformes ».

« Je ne céderai rien, ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes »Date: 8 septembre 2018 Lieu: A l’école française d’Athènes 66% des Français pensent que cette phrase est vraie. 49% pensent qu’Emmanuel Macron a eu raison de dire cela. Emmanuel Macron avait mis le feu aux poudres avec cette phrase, alors que le mobilisation contre la réforme du Code du travail battait son plein. « Abrutis, cyniques, fainéants: tous dans la rue! » avait répliqué Jean-Luc Mélenchon pour chauffer ses troupes.

« Dans les hôtels, cafés et restaurants, je traverse la rue et je vous en trouve (du travail) »Date: 15 septembre 2018 Lieu: Jardin de l’Elysée, lors de la journée du patrimoine 47% des Français pensent que cette phrase est vraie. 27% pensent qu’Emmanuel Macron a eu raison de dire cela. Le taux de chômage a beau être de 9,1% au troisième trimestre 2018, dans l’hôtellerie-restauration, les petits patrons peinent à recruter. L’an passé, 150.000 offres ont finalement conduit à un abandon de recrutement, faute de candidats, d’après Pôle emploi.

Source : Challenges

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :