FLASH
[19/11/2018] Avec 53 sièges au sénat, Trump remporte une victoire éclatante aux élections de mi-mandat  |  Tsahal a arrêté hier soir dans la ville juive illégalement occupée par des colons arabes d’Hébron 22 musulmans palestiniens soupçonnés d’avoir participé à des activités terroristes  |  [18/11/2018] Pour 62% des Français, le pouvoir d’achat est plus important que la transition énergétique  |  Arles (13) : 3 infirmiers insultés, agressés et menacés de mort, une urgentiste traitée de « sale pute française »  |  Gilet jaune, la goutte d’essence qui a fait déborder le vase pour rien : 1 mort, 409 blessés, 282 interpellations et 157 gardes à vue  |  « Si vous ne votez pas Macron au 2e tour, vous êtes un facho ». Macron chute de popularité à 25%, vous avez voté Macron, donc vous êtes un nigaud  |  [17/11/2018] Arnaud Chavez, meneur des gilets jaunes pour Mézières, a été photographié faisant une quenelle nazie devant une stèle en hommage des victimes juives du nazisme  |  Les deux individus incarcérés suite à la violente agression du policier de la Bac Toulon, le 2 novembre dernier à Hyères, ont été remis en liberté en toute discrétion par la justice  |  [16/11/2018] Nikki Haley : Les Etats-Unis s’opposent à l’appel de l’Assemblée générale des Nations unies pour qu’Israël rende le plateau du Golan à la Syrie  |  [15/11/2018] Voici un aperçu de la prudence avec laquelle #Israël évite les pertes civiles à #Gaza: L’armée israélienne a appelé un type et a passé 45 minutes au téléphone avec lui pour qu’il évacue sa maison, avant de bombarder le bâtiment des médias du #Hamas situé à côté  |  Le sebateur Lindsey Graham a déclaré qu’il enquêterait davantage sur la controverse entourant les e-mails d’Hillary Clinton s’il devenait président du Comité judiciaire l’an prochain  |  Un « militaire » se filme et déclare qu’il est « obligé de travailler avec les porcs » en désignant les gendarmes  |  [14/11/2018] Effet trump : L’optimisme économique des petites entreprises se maintient au niveau le plus élevé depuis 45 ans  |  Floride, corruption Démocrate exposée : Les procureurs fédéraux découvrent des documents électoraux modifiés dans le comté de Broward liés aux Démocrates  |  Les Etats-Unis offrent une récompense de 5 millions de dollars pour la capture du dirigeant du Hamas Saleh Al-Arouri  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Christian Larnet le 22 octobre 2018

Deux navires de guerre américains ont traversé le détroit de Taiwan lundi en signe de défi à la Chine, et qui sera certainement considéré comme un soutien à l’île autonome de la part du président Donald Trump.

« Le passage des navires dans le détroit de Taiwan démontre l’engagement des Etats-Unis en faveur d’une Indo-Pacifique libre et ouverte.

La marine américaine continuera de voler, de naviguer et d’opérer partout où le droit international le permet », a déclaré le commandant Nate Christensen, porte-parole adjoint de la flotte américaine du Pacifique, dans un communiqué.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La marine américaine a envoyé deux navires de guerre à travers le détroit de Taiwan lundi, une démonstration de force destinée à irriter une Chine économiquement affaiblie par la bonne santé économique de l’Amérique, par la redéfinition des échanges commerciaux avec le Mexique et le Canada, et par l’imposition de tarifs douaniers équivalents à ceux que la Chine impose aux Etats-Unis, et qui survient dans un contexte de tensions accrues entre les Etats-Unis et la Chine sur toute une série de questions.

L’USS Antietam, un croiseur de missiles guidés, et l’USS Curtis Wilbur, un destroyer de missiles guidés, ont traversé le détroit lundi, du sud au nord.

« L’USS Curtis Wilbur et l’USS Antietam ont effectué un transit de routine dans le détroit de Taiwan le 22 octobre, conformément au droit international », a déclaré à CNN le Cmdt Nate Christensen, porte-parole de la flotte US Pacific.

Deux responsables de la défense américaine ont déclaré à CNN que plusieurs navires de guerre chinois avaient suivi les deux navires américains pendant le transit, les suivant à une distance considérée comme sûre.

Ce détroit d’environ 110 milles de large sépare la République populaire de Chine et Taiwan et est considéré comme un point géopolitique potentiel si jamais Pékin cherchait à prendre l’île de Taiwan par la force.

Pékin continue de revendiquer Taiwan, une île autonome et démocratique, qu’il considère comme une province séparatiste.

Bien que le détroit, en droit international, constitue des eaux internationales, la Chine est très sensible à la présence des forces militaires américaines, et ces dernières années, les États-Unis n’ont navigué sur la voie navigable qu’environ une fois par an. L’US Navy n’a pas navigué avec un porte-avions dans cette zone depuis 2007.

Toutefois, la fréquence de ces transits a augmenté cette année, les États-Unis ayant également fait passer deux destroyers par le détroit de Taiwan en juillet, car Trump considère que la Chine n’est pas en position de dicter sa volonté au reste du monde.

Malgré l’absence de liens diplomatiques officiels, Taiwan demeure un allié important des États-Unis dans la région, et l’administration Trump a cherché à resserrer les liens entre Washington et Taipei.

L’alliance de l’Amérique avec Taiwan a longtemps été critiquée par les responsables à Pékin.

L’armée chinoise a mené des exercices militaires à grande échelle dans le détroit de Taiwan en avril, exercices que les analystes ont considérés comme une mise en garde contre les liens croissants entre les États-Unis et Taiwan.

La question de Taiwan a été soulevée lors d’une récente réunion entre le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, et son homologue chinois, le général Wei Fenghe, qui s’est tenue jeudi en marge du forum de l’ANASE à Singapour.

« Le ministre Wei a fait part des préoccupations de Taiwan au sujet de notre politique », a déclaré Randall Schriver, sous-secrétaire américain à la Défense pour les affaires de sécurité en Asie et dans le Pacifique, aux journalistes qui voyagent avec Mattis.

Mattis « a rassuré le ministre Wei que nous n’avons pas changé notre politique taïwanaise, notre politique d’une seule Chine », a ajouté M. Schriver, ajoutant que sur des questions comme Taiwan et la mer de Chine du Sud, « nous allons continuer à avoir des différences ».

Une réunion précédemment prévue à Pékin entre les deux chefs de la défense a été annulée à la fin du mois dernier en raison des tensions entre les Etats-Unis et la Chine concernant la sanction imposée par l’administration Trump à Pékin pour son achat de systèmes d’armes russes.

Les États-Unis ont intensifié leurs critiques à l’égard de la militarisation des îles de la mer de Chine méridionale par la Chine.

« La militarisation de la mer de Chine méridionale par la Chine et son action agressive dans les eaux internationales déstabilisent la région et menacent les efforts communs visant à promouvoir la sécurité », a déclaré M. Mattis lors de la réunion ASEAN-USA qui a suivi sa rencontre avec M. Wei.

« Les États-Unis voleront, navigueront et opéreront partout où le droit international le permettra, et nous encourageons toutes les nations à exercer en toute confiance leur droit à faire de même », a ajouté M. Mattis.

Des responsables américains de la défense avaient précédemment déclaré à CNN que l’armée américaine pesait le pour et le contre d’une importante démonstration de force pour montrer que les Etats-Unis sont prêts à contrer les actions militaires chinoises.

La semaine dernière, les États-Unis ont piloté des bombardiers B-52 près des îles Spratly contestées dans la mer de Chine méridionale, et le mois dernier, le destroyer USS Decatur de la marine américaine a navigué à 12 milles de deux des îles Spratly dans le cadre de ce que les États-Unis appellent une « opération pour la liberté de navigation ».

Au cours de cette opération, un destroyer chinois s’est approché à 45 mètres du navire de guerre américain, l’obligeant à manœuvrer pour éviter une collision.

Les États-Unis ont qualifié les actions du navire de guerre chinois d’actes dangereux et non professionnels alors que Pékin a déclaré que les États-Unis menaçaient la sécurité et la souveraineté de la Chine.

« Donnez-leur le doigt, ils vous mangeront la main ; donnez-leur la main, ils vous mangeront tout le bras » dit un proverbe, et le président Trump agit ici avec beaucoup de bon sens. Il sait que face au régime dictatorial, le moindre signe de faiblesse est exploité par les communistes pour pousser les limites encore plus loin, et que face à une démonstration de force, la Chine ne pourra que reculer.

La politique tolérance zéro appliquée ici par le président doit être également mise en perspective avec sa démarche auprès de la Corée du Nord.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz