Publié par Jean-Patrick Grumberg le 30 octobre 2018


« Les appels à excommunier les juifs pro-Trump ne sont pas simplement absurdes. Ils sont empoisonnés. »

« Ma synagogue se situe à l’ouest de Los Angeles » écrit le rabbin et auteur de cet article sur le site Tablet magazine (1). Pour être précis, David Wolpe, rabbin de la synagogue Sinai Temple de Los Angeles parle de Pico Avenue, un quartier qui m’est familier, et où les juifs d’origine iranienne – ne prononcez pas ce mot devant eux, ils le détestent et se définissent comme perses, ont planté leurs racines, et où se trouve le restaurant français d’un grand ami de Dreuz.info.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« En gros, environ la moitié de mes fidèles soutiennent Donald Trump, explique le rabbin Wolpe. Beaucoup d’entre eux, mais certainement pas tous, sont de la communauté persane. Nous avons eu des discussions franches. Ils savent que je déplore bon nombre des choses que dit Trump et que je suis opposé à une bonne partie de ce qu’il fait. Ils savent que j’ai critiqué, publiquement et en privé, la rhétorique incendiaire de ses exposés et que je les ai mis en garde contre ses effets. Ils savent aussi que nous nous respectons et que nous nous écoutons les uns les autres, que je ne prêche pas la politique devant eux, mais que je parle avec eux et que j’apprends d’eux, et que, dans bien des cas, notre relation n’est pas seulement une relation d’affection, mais d’amour véritable.

Donc, quand je vois des personnalités juives américaines me dire que mes fidèles sont illégitimes, mon sang bout.

Après la tragédie de Pittsburgh, peut-être parce que je passe beaucoup de temps au chevet des malades et des mourants, je m’attendais à ce que la première impulsion des juifs, en particulier, soit d’offrir simplement des messages de douleur et de condoléances.

Au lieu de cela, j’ai lu ceci : « Toute stratégie visant à renforcer la sécurité des juifs américains devrait impliquer d’éviter les facilitateurs juifs de Trump. Leur argent devrait être refusé, leur présence dans les synagogues n’est pas la bienvenue. »

En d’autres termes, plus de la moitié de mes fidèles du Shabbat, et dans certaines synagogues plus traditionnelles, presque tous, devraient se voir interdire l’accès à leurs synagogues.

Les Juifs qui … financent des maisons de retraite et des jardins d’enfants – des gens qui rendent le judaïsme possible, par leur présence humaine imparfaite mais réelle, pour d’autres personnes [qui ne vont jamais à la synagogue] – devraient être chassés de notre milieu à cause du bulletin qu’ils utilisent dans l’intimité d’une cabine de vote.

Et après tout, qu’est-ce qu’un juif qui a fui l’Iran peut connaître de l’antisémitisme – ou de la protection de la communauté juive ?

Alors que Shabbat se terminait à Los Angeles … j’ai entendu de la bouche d’une journaliste dont j’ai toujours beaucoup apprécié le travail, Julia Ioffe :

« Un mot à mes compatriotes juifs américains : C’est grâce à ce président que cela [l’attentant antisémite de Pittsburgh] est possible. Ici. Là où vous habitez. Et j’espère que le déménagement de l’ambassade là-bas, là où vous n’habitez pas, en valait la peine. »

Le propos ici, je suppose, est de dire que le vote pour Trump afin d’obtenir le déménagement de l’ambassade [américaine à Jérusalem] … a tué d’autres Juifs.

Un journaliste distingué ne doit-il pas être prudent, lorsqu’il accuse d’autres personnes de telles inimitiés, même indirectement ? Comment pense-t-elle que ce message va être compris aux oreilles de ceux qui ont fui l’Iran, et qui s’entendent dire qu’ils sont en fait coupables de la mort des juifs de Pittsburgh ?

Ou, encore plus honteusement, aux oreilles de Judah Samet ? Monsieur Samet, un survivant de l’Holocauste, a échappé à la mort de quatre minutes parce qu’il était un peu en retard à la synagogue. C’est également un fervent partisan de Trump.

nous ne prions pas en tant que Démocrates ou Républicains, mais en tant que juifs

Franchement, Julia, est-ce que tu [oserais] te tenir devant cet homme de 80 ans, non pas avec un tweet ou sur internet, mais face à face, pour lui dire qu’il est responsable de la mort de ses amis, les gens avec qui il prie chaque Shabbat ?

Voudrais-tu l’exclure de la synagogue où il a failli mourir, encore une fois, des mains de ceux qui haïssent les juifs ? Vraiment ?

Et ça ferait de toi une Juste ?

Oui, nous devons être vigilants, conscients et prêts à repérer et à combattre le virus de la haine.

Mais ce ne sont pas mes fidèles qui sont dangereux, et manipuler la responsabilité, transformer les juifs en auteurs de crimes est révoltant sur le plan éthique – et toxique pour la communauté.

Nous ne pouvons être un peuple juif que si nous ne nous excommunions pas pour des raisons religieuses, politiques ou culturelles.

Tout le monde est invité à prier dans ma synagogue, à droite comme à gauche, peu importe si en tant que rabbin, je peux m’opposer à vos opinions. Parce que nous ne prions pas en tant que Démocrates ou Républicains, mais en tant que Juifs. Déchirons nos vêtements et pleurons les morts. [Lorsqu’un membre de la famille est mort, il est de tradition de déchirer un peu du tissu du vêtement que portent les proches]

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

(1) https://www.tabletmag.com/scroll/273567/the-misguided-rabbis-of-twitter

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

48
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz