Publié par Manuel Gomez le 17 octobre 2018

On savait que des djihadistes s’étaient introduits en Europe, dissimulés parmi les migrants, mais à présent ce danger prend une ampleur autrement plus dangereuse.

Depuis la signature, le 17 septembre, de l’accord russo-turc de Sotchi, sur la mer noire, paraphé par Vladimir Poutine et Recep Erdogan, qui a suspendu l’offensive menée contre les rebelles de la province d’Iblid, fief du mouvement djihadiste Hayat Tahrir Al-Cham (ATC) et installé une zone démilitarisée d’une vingtaine de kilomètres le long de la ligne de front, plus d’un millier de combattants de Daech et d’Al Qaïda ont pu quitter discrètement la région des combats, en Syrie.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Une information des autorités grecques nous prévient que 120 djihadistes ont été détectés parmi les nouveaux migrants illégaux, arrivés ces derniers jours dans le camp de Moria, sur l’Ile de Lesbos.

Ces djihadistes ne figurent pas sur le fichier d’environ 5000 combattants rebelles mis à la disposition des autorités européennes.

Ils ont été « importés » par les services secrets turcs et dénoncés par d’autres migrants syriens qui ont été tout récemment leurs victimes dans l’agglomération d’Ibled.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz