Publié par Ftouh Souhail le 1 novembre 2018

La Tunisie ne pourra jamais vaincre le terrorisme si elle ne prône pas une doctrine sécuritaire plus pragmatique.

Aujourd’hui, le terrorisme est devenu un phénomène qui veut déstabiliser beaucoup de pays. Alors, il y a des intérêts communs entre Israël et les pays africains par exemple, il y a des collaborations. Pour Israël la technologie sert à lutter contre le terrorisme.

Israël leader en matière de sécurité touristique 

Se sentir en sécurité est aussi important qu’être en sécurité. Tel était le message clé de la Conférence Internationale sur la Sécurité du Tourisme qui s’est tenue le mois dernier à Jérusalem et à laquelle ont participé des responsables du tourisme et de la sécurité du monde entier.

Soucieux d’apprendre de l’expérience acquise par Israël pour assurer la sécurité de ses visiteurs tout en luttant contre le terrorisme, les participants se sont intéressés à l’expertise israélienne.

« Le produit touristique est le plus compliqué à vendre. C’est un produit de confiance ou de conviction », a déclaré Dirk Glaesser, Directeur du développement du tourisme durable de l’Organisation Mondiale du tourisme des Nations Unies (OMT), à l’attention des participants de la conférence.

« A la différence d’autres produits, vous devez faire confiance ou croire en ceux qui présentent le produit touristique », a ajouté Glaesser.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les attaques terroristes ont le potentiel de détruire l’industrie touristique d’une ville et de diriger les visiteurs potentiels vers d’autres régions dans lesquelles ils trouveraient davantage de sécurité et de confiance.

Une étude belge a évalué l’impact du triple attentat suicide de mars 2016 à Bruxelles et a détaillé l’impact considérable des attaques sur le tourisme dans la ville, et même dans tout le pays.

Le nombre de locations de chambres d’hôtel à Bruxelles a diminué d’environ 24,3% au cours des neuf premiers mois de 2016 par rapport à la même période en 2017. Dans toute la Belgique, le nombre de logements a diminué de 5,2%. Les données montrent que la baisse du nombre visiteurs étrangers reflète le manque de sécurité dans la capitale belge et dans tout le pays. Les citoyens britanniques et français ont été les premiers à quitter la Belgique.

 

Israël leader en matière de lutte contre le terrorisme

Israël a une grande expérience dans la sécurisation des frontières et les questions des renseignements. Deux domaines auxquels ce pays maghrébin connait des faiblesses notables.

Personne ne doute de la disponibilité de l’État juif à mettre son longue expérience dans le domaine de la lutte antiterroriste au service de la Tunisie, en formant  par exemple des équipes techniques et spécialisées et en fournissant un soutien logistique et technique dans le domaine de la lutte antiterroriste. Il y a toujours des experts africains, par exemple, qui partent en Israël pour se former dans le domaine de renforcement des capacités de la lutte antiterroriste.

L’aide sécuritaire israélienne est souvent  proposée par des entrepreneurs privés ou publics. Les Israéliens, par exemple, via la société privée Omega, appuient et forment les services de sécurités ivoiriens ainsi que la garde présidentielle. Les entreprises israéliennes sont souvent les premières à proposer leurs services à des pays en difficultés sécuritaires  : conseil militaire, soutien logistique et armement.

Les entreprises israéliennes ont vendu, entre autres, des drones Hunter à plusieurs pays africains. Les Israéliens ont su faire valoir leur expérience militaire dans la plupart des pays africains (1). Aujourd’hui, des dizaines de sociétés de sécurité travaillent sur ce continent, toutes dirigées par d’anciens officiers de Tsahal (2). Des centaines d’instructeurs israéliens assurent la formation de gardes présidentielles et d’unités d’élite africaines.

La Tunisie pourrait tirer profit des projets sécuritaires réservés par Israël aux pays africains, comme le Nigeria, Kenya et l’Éthiopie qui ont des intérêts sécuritaires majeurs.

Il y a une coopération étroite  surtout avec les pays de l’Afrique de l’ouest et Israël dans les renseignements, dans les formations et dans différents domaines parce que le terrorisme est aujourd’hui une menace globale.

Même l’Arabie Saoudite fait actuellement appel aux Israéliens pour renforcer sa lutte contre le terrorisme. Ryad et Jérusalem  ont conclu un accord récent d’une valeur de 250 millions de dollars prévoyant le transfert de technologies israéliennes au royaume, a rapporté le site Internet émirati Al-Khaleej.

Selon le reportage, certains des systèmes de sécurité ont déjà été transférés en Arabie saoudite et mis en service après qu’une équipe technique saoudienne ait été formée à leur utilisation. Le reportage indique que les systèmes livrés constituent l’équipement le plus sophistiqué qu’Israël ait jamais vendu à un Etat arabe.

Des sources diplomatiques de haut niveau ont révélé de nouvelles consultations et des réunions secrètes sont en cours entre représentants saoudiens et Israéliens pour l’achat d’autres systèmes de sécurité  plus avancés et de renforcer l’échange de compétences militaires entre les parties.

Alors qu’Israël et l’Arabie saoudite n’ont pas de liens officiels, le soutien apporté par les experts et la technologie israélienne sera primordial pour la sécurité de ce pays leader du monde arabe et des musulmans sunnites. Fort du soutien de son allié stratégique Washington, Riyad espère maintenant amener toutes les pays arabes à normaliser les relations avec Israël.

 

La Tunisie cherche encore de l’assistance chez des pays autoritaires 

  • Selon des sources arabes, l’Algérie  va assurer aux Tunisiens une formation dans la lutte antiterroriste. Alger a accepté de recevoir un groupe d’éléments des services de sécurité tunisiens pour les former dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. Une décision qui s’inscrit dans le cadre d’un nouvel  accord de coopération en matière de sécurité et de renseignement, signé le 6 octobre 2018  entre les deux pays et ayant comme objectif de lutter contre le terrorisme, le crime organisé et l’éradication des groupes terroristes le long des frontières. Le groupe qui sera envoyé en Algérie suivra une formation notamment en matière d’analyse de données et d’expertise technique.
  • Le  4 octobre 2018  l’ambassadeur de Turquie en Tunisie, Omer Faruk Dogan, a fait part de la volonté de son pays à aider la Tunisie sur le plan sécuritaire, et notamment en matière de lutte antiterroriste. Rappelons-le, une convention doté d’un aspect sécuritaire et militaire et portant sur une ligne de financement de l’ordre de 200 millions de dollars  a été signée entre la Tunisie et la banque turque « EXIMBANK » au siège du ministère tunisien du Développement, de l’Investissement et de la Coopération internationale, en août 2018.  Cette ligne de crédit « servira à financer l’acquisition d’équipements au profit des ministères de l’Intérieur et de la Défense tunisiens ».
  • La Chine propose aussi son aide à la Tunisie pour combattre le terrorisme, a souligné, le 26 octobre 2018 l’ambassadeur de Chine à Tunis, WANG Wenbin, à l’issue de son entretien avec le ministre de la Défense nationale, Abdelkrim Zbidi. Une proposition d’aide qui intervient au moment où les deux pays préparent la première session de la Commission militaire mixte tuniso-chinoise aura lieu en 2019 en Chine.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

(1) Chaque année des représentants du Sibat, l’organisme en charge des exportations d’armes israéliennes, de même que plusieurs responsables d’industries de défense, comme les sociétés Elbit, Soltam, Silver Shadow et l’Israel Aerospace Industries (IAI) visitent l’Afrique.

(2) Israel Ziv, patron de la société privée Global CST offre par exemple ses services pour plusieurs gouvernements étrangers. Ancien commandant des forces spéciales, Ziv possède un profil impressionnant. Connu pour avoir encadré l’armée colombienne lors de la libération d’Ingrid Betancourt, il a également servi de conseiller militaire en Géorgie en 2008, juste avant que n’éclate la guerre en Ossétie du Sud. Les activités de la société de sécurité privée Global CST couvre aussi La Guinée.

 

 

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz