Quantcast
FLASH
[10/12/2019] La Finlande inaugurera la plus jeune Premier ministre du monde, Sanna Marin, 34 ans  |  Les Américains soupçonnent l’#Iran d’être à l’origine des attaques à la roquette contre des bases irakiennes accueillant des forces américaines près de l’aéroport international de Bagdad  |  [08/12/2019] Les autorités saoudiennes enquêtent pour savoir si le terroriste de #Pensacola s’est radicalisé lors d’une visite dans le royaume l’année dernière, selon deux responsables saoudiens  |  #Pensacola. Le FBI détient 10 Saoudiens après l’attaque, et en recherche d’autres qui ont participé avec le terroriste à une fête pour regarder des vidéos de tueries de masse  |  Les avions à réaction de l’armée de l’air israélienne ont frappé un camp terroriste de #Hamas, des entrepôts d’armes, des bureaux et des postes de sécurité à #Gaza  |  [07/12/2019] A 20h54 heure locale, 3 roquettes ont été tirées depuis #Gaza sur #Israël, 2 interceptées. Ni @Reuters, @AFP n’en parlent  |  [06/12/2019] En raison d’une aggravation des menaces de l’#Iran, #Israël a testé avec succès des tirs de missile capable de porter une tête nucléaire  |  [04/12/2019] Fatigué des blabla, #Trump annule la dernière conférence de l’Otan et rentre à Washington  |  [30/11/2019] Le terroriste du #LondonBridge était un proche de l’infâme prédicateur islamiste Anjem Choudary  |  La Bolivie rétablit ses liens diplomatiques avec #Israël  |  Près de 3 000 faux permis de conduire américains envoyés par la Chine ont été interceptés par la douane américaine  |  Le terroriste islamiste du pont de Londres avait demandé de l’aide pour être déradicalisé, selon son avocat  |  [29/11/2019] Alerte rouge: tir de roquettes à l’instant dans le sud d’#Israël  |  Evacuation de la #garedunord de Paris après la découverte d’un engin explosif dans un sac  |  Les talibans disent qu’ils sont prêts à reprendre les pourparlers de paix après la visite impromptue de #Trump pour thanksgiving  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 2 novembre 2018

La gauche américaine est imprégnée d’une haine frénétique qui la rend ignoble et dangereuse.

On n’a cessé de le voir depuis l’élection de Donald Trump.

Ce furent d’emblée des manifestations qui ont vite tourné à l’émeute. Ce furent ensuite des propos diffamatoires, des remises en cause de la démocratie et des institutions, des actions violentes et destructrices menées en horde contre des conférenciers conservateurs.

Ce furent les rumeurs fielleuses sur une “collusion” inexistante avec la Russie destinées à couvrir l’utilisation par la campagne de Hillary Clinton, le FBI, la CIA et l’administration Obama d’éléments de propagande russe aux fins de démolir Donald Trump pendant les derniers mois de la campagne électorale de 2016.

Ce furent ces dernières semaines les appels à la violence contre les membres de l’administration Trump et contre les élus républicains, appels qui ont conduit à de multiples agressions.

Ce fut l’attaque hideuse contre Brett Kavanaugh, son épouse, ses filles, et la tentative de ruiner la vie et la réputation d’un homme simplement parce qu’il était nommé par Trump à la Cour Suprême.

Ce fut, ce dont on n’a pas parlé en France (mais on ne parle en France de rien de ce que je viens de noter, sinon de façon abominablement déformée), l’attaque contre Kanye West, artiste noir qui a osé afficher son soutien à Donald Trump, et qui a été aussitôt trainé dans la fange, menacé de mort, traité dès lors de “malade mental à enfermer”, de “traitre à sa race”, voire de “nègre qui ne sait pas lire” ! Ce qui a montré que la gauche américaine pouvait se montrer très raciste envers un noir dès lors qu’il s’écartait des idées de gauche et osait constater l’évidence : jamais autant de noirs n’ont pu avoir un emploi bien rémunéré et mener une vie digne que sous Donald Trump.

Cela a été et reste la transformation des grandes chaines d’information américaines en chaines de propagande hystérique et de désinformation crasseuse et sordide.

Cela a été et reste l’attaque menée par les Démocrates contre la liberté de choix : des dirigeants Démocrates disent maintenant explicitement que leur agressivité généralisée et leurs comportements fascistes cesseront quand ils seront de retour au pouvoir.

Cela a été un tel déferlement de haine que le déferlement a eu des conséquences : les fausses bombes envoyées par Cesar Sayoc, l’effroyable tuerie antisémite de Pittsburgh.

Cela a été la façon ignoble dont la gauche américaine (Juifs de gauche américains inclus, hélas) a incriminé Trump pour le comportement criminel de Cesar Sayoc, et, ce qui est pire encore, pour la tuerie antisémite de Pittsburgh, tentant de faire oublier ainsi que toutes les incitations à la violence sont venues d’elle, la gauche américaine, et que l’essentiel des antisémites aux Etats Unis aujourd’hui sont à gauche, à commencer par le répugnant Louis Farrakhan, et en continuant par l’à peine moins répugnant Al Sharpton et par l’antisémite islamique Linda Sarsour.

La gauche américaine me semble pire ces derniers mois que la gauche française, ce qui n’est pas peu dire. Elle est dans une dérive inquiétante.

Cette dérive a failli faire des morts lorsqu’un admirateur de Bernie Sanders a tenté de tuer plusieurs sénateurs républicains et a très gravement blessé Steve Scalise il y a un peu plus d’un an. Elle a désormais fait des morts. Comme je l’ai écrit, quand on crée un climat de guerre civile, il y a des conséquences. Hélas. Et des excités passent à l’acte et tuent.

Depuis un demi-siècle, et je n’ai rien vu d’équivalent (dans les années 1960, il y a eu le Black Panther Party et les Weathermen, conduits par Bill Ayers, un ami d’Obama).

On a là le fruit de cinquante années d’infiltration gauchiste patiente et opiniâtre dans les universités, les médias, le secteur de la culture et la politique.

On a là les conséquences de huit années de la présidence de l’abominable islamo-gauchiste Obama, disciple de Bill Ayers, de Jeremiah Wright et de Saul Alinsky.

On a là aussi la manifestation de la volonté forcenée de la gauche américaine d’éviter que les turpitudes criminelles commises par la campagne de Hillary Clinton, le FBI, la CIA et l’administration Obama en 2016.

Les élections de mi-mandat, on le sait, vont avoir lieu dans quelques jours et, au vu de ce qu’a d’ores et déjà accompli Donald Trump (je ne vais pas procéder à une énumération supplémentaire: disons juste que l’économie américaine ne s’est pas aussi bien portée depuis des décennies, que plein emploi et investissements sont là, que la sécurité revient au sein du pays, que l’Etat islamique est vaincu, que l’islam radical recule, que les dangers incarnés par la Corée du Nord et l’Iran sont largement jugulés), une victoire Républicaine et une défaite de la gauche américaine ne devraient pas faire de doute.

Ce n’est malheureusement pas aussi simple.

Toute une frange de l’électorat vote Démocrate et continuera à le faire parce qu’elle est imprégnée de la même dérive gauchiste que les dirigeants Démocrates et parce qu’elle adhère sans le moindre fondement rationnel à la haine de Trump. Elle achète les livres de Michael Wolff et de Bob Woodward et quand bien même elle sait que ce qui est écrit est ridicule et faux, elle se défoule et nourrit sa haine en lisant. C’est consternant, mais c’est ainsi (je suis allé pour Thanksgiving l’an dernier chez de vieux amis à San Francisco, et leurs invités m’ont permis d’entendre des inepties dignes d’enfants de cinq ans débités sérieusement par des professeurs d’université).

Toute une autre frange de l’électorat vote Démocrate parce qu’elle a toujours voté Démocrate et semble aveugle face à ce que le parti Démocrate est devenu (c’est le cas pour les trois quarts de la minorité juive américaine, et c’est navrant).

Une troisième frange est constituée par des gens indécis, mais qui s’informent peu, et qui entendent les rumeurs inhérentes à la propagande hystérique et à la désinformation crasseuse et sordide, et se disent qu’il se pourrait après tout qu’il y ait du vrai dans tout cela (ce qui montre que la propagande a un effet, et Joseph Goebbels en Allemagne l’avait démontré en son temps).

Enfin, une forte proportion des membres des minorités vote Démocrate parce que les Démocrates leur promettent des allocations sociales et ne regardent pas plus loin que le chèque reçu en fin de mois (l’achat des voix des uns avec l’argent des autres est une technique électorale de gauche qui a fait ses preuves).

Les Démocrates, dans ces conditions, peuvent remporter la majorité à la Chambre des représentants. Ils semblaient jusque voici peu pouvoir faire basculer le Sénat. Donald Trump se bat pour que cela n’arrive pas. Une large part des Républicains se bat désormais avec lui. Des gens de l’establishment Républicains se battent plus mollement, ce qui n’arrange rien. Nombre d’intellectuels “conservateurs” restent en retrait.

Les hordes gauchistes lancées à Washington lors de la nomination de Kavanaugh ont fait baisser les intentions de vote en faveur des Démocrates dans divers endroits, en particulier dans le Midwest : c’est ce qui fait que le Sénat devrait rester à majorité Républicaine, mais les résultats pour la Chambre des représentants restent incertains.

Il importe dès lors de dire ce qui est en jeu, et de le faire de façon un peu plus précise :

  • si les Républicains gagnent, sur le fil, la révolution Trump se poursuivra, contre vents et marées. La gauche américaine ne sera pas moins haineuse, hélas, mais Sessions et Rosenstein seront sans doute remplacés, ce qui fera un Ministère de la justice plus efficace. Le visage totalitaire de la gauche américaine sera dès lors un peu plus mis au jour. L’économie américaine gardera son statut de locomotive économique du monde. L’immigration clandestine sera pleinement jugulée. La Chine sera endiguée. La Corée du Nord se dirigera nettement vers la dénucléarisation, l’Iran vers l’asphyxie, la paix prendra forme au Proche-Orient.
  • si les Démocrates gagnent, ils lanceront immédiatement une procédure de destitution de Donald Trump qui échouera (les Démocrates n’auront jamais la majorité des deux tiers requis au Sénat), mais créera un effet de paralysie et une guerre de harcèlement incessante entre la présidence et le Congrès. Ils lanceront aussi, ils l’ont dit, une procédure de destitution contre Brett Kavanaugh et une opération de déstabilisation de la Cour Suprême (certains d’entre eux envisagent d’incriminer à nouveau Clarence Thomas, devenu membre de la Cour Suprême en 1991 !). Trump tentera sans doute de remplacer Sessions et Rosenstein, mais aura le plus grand mal à le faire. Les turpitudes commises par les Démocrates en 2015-2016 seront dissimulées et enterrées. Faire voter les budgets voulus par Trump deviendra impossible, ce qui aura des conséquences lourdes pour l’économie, et il est vraisemblable que croissance et créations d’emploi fléchiront. Juguler l’immigration clandestine deviendra très difficile. La Chine aura un répit dont elle tirera avantage, la Corée du Nord et l’Iran seront dans le même cas. La paix ne prendra sans doute pas forme au Proche-Orient, et les organisations terroristes palestiniennes et l’Iran pourront compter sur l’appui de l’Union Européenne, et en son sein, de l’Allemagne et de la France. Le terrorisme islamique planétaire retrouvera la marge de manœuvre qu’il a perdu depuis janvier 2017.

Donald Trump sera sans doute réélu en 2020, mais cela fera deux années quasiment perdues. Et très nuisibles.

Je ne sais si ceux qui souhaitent la victoire Démocrate (en France, 99 pour cent des journalistes et des dirigeants politiques) se rendent compte de ce qu’ils souhaitent.

Si c’est le cas, ce sont des irresponsables, voire des criminels. S’ils ne se rendent pas compte, ce sont de dangereux crétins.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz