FLASH
[13:47] Le fils de Joe Biden par qui le scandale de corruption est arrivé a envoyé un email au propriétaire du magasin pour récupérer son ordinateur  |  Rapport : Des milliers de garçons sont enchaînés, torturés et maltraités dans les écoles islamiques du Soudan  |  L’acteur Jeff Bridges révèle son diagnostic de lymphome  |  Ghislaine Maxwell, la rabatteuse de Jeffrey Ebstein, a perdu : sa déposition « extrêmement personnelle » de 418 pages sera rendue publique  |  Égypte : Un cabinet a légalisé 100 églises fonctionnant sans permis, pour un total de 1 738 depuis 2017  |  Le premier avion de ligne d’Etihad Airways (UAE) atterrit en Israël – BDS a perdu la partie, définitivement (mais il ne le sait pas encore)  |  L’OPEP+ s’inquiète de la faiblesse de la demande de pétrole  |  La Grèce finalise le plan de construction d’un mur à la frontière avec la Turquie  |  Les plans de construction israéliens en Judée Samarie irritent l’Europe (message à l’Europe : Israël s’en contrefiche)  |  3 employés de l’aéroport de Beyrouth détenus pour trafic de personnes vers l’Espagne  |  Un terroriste palestinien d’une ville arabe du nord d’Israël a lancé des appels à la violence pendant une manifestation pour le Jihad islamique  |  Ca commence : Après les belles paroles contre « l’islamisme » (en fait l’islam), les actes de trahison : garde à vue levée pour le président de l’ONG Ummah Charity  |  Saeb Erekat est toujours en vie, nos espoirs nous ont trompé avec une info non confirmée – nous présentons nos excuses à nos lecteurs  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Sidney Touati le 11 novembre 2018

Lorsque la cohabitation des peuples sur un même territoire s’avère impossible à obtenir, lorsqu’un climat de tension permanente existe, provoquant émeutes, agressions de toutes sortes, alors le chemin de la paix passe par le divorce radical, c’est-a-dire la séparation.

L’histoire enseigne que l’application de cette règle est la norme.

Lorsqu’il s’est avéré que les Turcs ne voulaient plus vivre avec les Grecs et réciproquement, on a procédé à des transferts massifs de populations.

Lorsque les Français ont montré, par le phénomène de l’OAS, qu’ils ne voulaient pas vivre avec les Algériens, et réciproquement avec l’attitude ambiguë du FLN triomphant, un million de Français a quitté l’Algérie en quelques mois.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Lorsque les Juifs qui habitaient les pays arabes ont été systématiquement attaqués, massacrés…ils ont quitté ces pays.

Ce qui a été fait pour les Grecs, les Turcs, les Juifs, les Français, les Hindous…(impossible de tous les citer, les populations déplacées se comptant par dizaines) doit être fait pour les Palestiniens. Si l’on veut la paix, il faut sortir du scénario ideologico-religieux dans lequel ce conflit est enfermé depuis 70 ans.

Il faut aider les Palestiniens à quitter Gaza.

C’est un acte à la fois humanitaire et politique majeur. Le seul qui mettrait définitivement un terme à un conflit qui n’a que trop duré.

Observons la carte du pays.

Que constatons-nous ?

La bande de Gaza fait partie du territoire israélien.

Si les Palestiniens avaient été Druzes par exemple, la cohabitation pacifique avec le voisin n’aurait posé aucune difficulté majeure. .

Le problème insoluble, qui dure depuis des décennies, vient uniquement de l’attitude extrêmement agressive des Palestiniens. Ceux-ci prônent ouvertement la destruction de l’Etat d’Israël et la mort des Juifs.

Lorsque la haine atteint un tel niveau et de manière chronique, qu’elle se transmet de génération en génération, la croyance en une coexistence pacifique relève du délire idéologique pur.

Il faut se rendre à l’évidence. Il faut prendre acte de la séparation de fait de ces deux peuples et prononcer le divorce « aux torts partagés ». Lequel doit conserver la garde du « domicile » ?

L’une des deux parties doit évacuer les lieux.

Israël avait fait un pas dans ce sens. En quittant Gaza ils gardaient espoir de vivre en paix avec leur voisin. Ce rêve a fait long feu.

Ce ne peut être donc qu’aux Arabo- palestiniens de s’en aller, les Juifs ne disposant que de ce minuscule bout de terre.

La seule solution pacifique possible est le déplacement de la population gazaouie.

C’est la règle enseignée par l’histoire. En l’état, c’est la seule qui soit réaliste.

Le plan de ce transfert doit être réalisé par toutes les nations se sentant concernées : arabes, européennes, chinoises…sous l’égide de l’ONU.

Il faut proposer aux gazaouis une possibilité de sortir de l’enfer de Gaza et de construire une vie ailleurs.

Cette solution permettrait également au monde arabo-musulman de se libérer du piège palestinien qui les plombe et les détruit.

Israël doit, avec l’aide de tous les pays intéressés à la solution de ce conflit, créer un un fonds destiné à reloger les Palestiniens dans les pays d’accueil.

Le monde arabe doit prendre exemple sur l’Union européenne qui a ouvert généreusement ses portes à plusieurs millions de réfugiés arabo-musulmans.

Les pays arabo-musulmans doivent faire un effort pour accueillir leurs frères palestiniens.

Une telle opération serait pour eux bénéfique à tous les points de vue.

Les investissements massifs, relanceraient l’activité des pays d’accueil, créant des centaines de milliers d’emplois.

L’arrivée d’un million de « pieds-noirs » dans l’hexagone, a dynamisé l’économie française en 1962.

Il convient d’affecter l’aide versée aux palestiniens à leur réinstallation ailleurs que dans les réduits dans lesquels ils se sont enfermés. Nul doute que dans un tel contexte, les Américains reprendraient le versement de leur aide.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Accueillir, loger, installer un million de personnes, est un projet réaliste que la communauté internationale peut très facilement mettre en oeuvre.

Pour le bien-être de toutes les parties, pour la paix au Moyen-Orient et dans le monde, pour éviter que ce conflit ne dégénère en une vaste déflagration aux conséquences incalculables.

Il est temps de prononcer le divorce de ces deux peuples irréconciliables et d’en examiner les conséquences concrètes.

La paix est dans le processus de séparation et nulle part ailleurs.

Il faut appeler à la constitution d’un vaste mouvement qui œuvrerait pour le divorce, pour la paix.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz