FLASH
[15/12/2018] Gilets jaunes : une chaîne humaine prévue dans les Alpes-de-Haute-Provence samedi  |  [14/12/2018] Le Weekly Standard, un magazine conservateur psycho-rigide et anti-Trump, ferme après 23 ans d’existence  |  Effet trump : La Chine annonce que sa croissance économique est beaucoup + lente que prévu : elle perd la guerre commerciale contre les USA et a suspendu ses hausses de tarifaires contre les USA. Les États-Unis, en revanche, se portent très bien  |  Israël : un colon musulman palestinien s’est infiltré par la clôture de protection de Gaza et a attaqué un soldat, qui a été légèrement blessé à la tête  |  [13/12/2018] Chérif Chekatt a été abattu par la police à Strasbourg  |  Pollution : le tribunal de l’Union européenne juge – trop élevées – les limites d’émissions des diesels  |  2 heures avant l’attentat de Strasbourg, la garde des sceaux annonçait qu’elle ne prendrait pas de sanction contre le juge ayant libéré par erreur un djihadiste dangereux  |  La fécondité baisse pour toutes les femmes en France, sauf les immigrées, selon l’INSEE  |  Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah, aurait déclaré dans un discours que la création d’Israël a épargné au groupe terroriste la peine de traquer les Juifs jusqu’au bout du monde  |  [12/12/2018] Saleh Omar Al-Barghouti, le terroriste de l’attentat d’Ofra et fils du fondateur de #BDS Omar Barghouti a été abattu lors d’une intervention de Tsahal à Ramallah  |  Le premier ministre britannique Theresa May joue son poste après un vote de défiance  |  La bénédiction d’Abraham se vérifie: « Je bénirai ceux qui te bénissent Je maudirai ceux qui te maudissent ». La #France s’est mise en travers d’#Israël. Elle en subit les conséquences. Ce n’est que le début  |  Non mais allo ! On peut même pas compter sur #Israël pour faire correctement de l’#Apartheid ! Une femme arabe #palestinienne va être maire adjointe de Haïfa  |  [11/12/2018] L’antisémitisme était la solution respectable pour se débarrasser des juifs d’Europe. L’antisionisme est la façon respectable de se débarrasser des juifs de Palestine  |  100 chrétiens enlevés lors de raids nocturnes dans une église chinoise clandestine  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 18 novembre 2018

Deux fêtes catholiques  mettent en lumière la judéité de Jésus : la fête de la circoncision du Christ le 1er janvier, et la fête de la présentation au Temple de Jérusalem.

Jésus enfant « grandissait en taille et en sagesse« … Né à Bethlehem de Judée (= pays des Juifs), il a reçu son éducation à Nazareth en Galilée, au sein d’une famille pratiquante, liée à la spiritualité des anawim (humbles du Seigneur).

Dans ce milieu juif respectueux de la Parole de Dieu, mais aussi attaché à analyser à sa lumière toutes les situations humaines (selon la méthode pharisienne), Jésus a été imprégné des rites et des coutumes de l’Alliance, ce qui l’a préparé à devenir plus tard un rabbi pour lequel la cause de Dieu et la cause de l’homme se rejoignent.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

La tradition juive entoure d’un grand respect les mois qui précèdent la naissance d’un enfant, car, dit-on, « Dieu a chargé un ange d’enseigner la Torah au tout-petit »…Après sa naissance, ses parents n’ont plus qu’à permettre que rejaillissent en lui des connaissances spirituelles déjà familières à son cœur.

Le 8ème jour après sa naissance, Jésus, fils de Marie, adopté par Joseph, a reçu un nom, Yehoshua (Dieu sauve). Toute la famille et ses amis ont célébré dans la joie sa brith mila, la circoncision, signe qui marque son entrée dans l’Alliance avec Dieu, ainsi que son statut de membre du peuple d’Israël, héritier des promesses d’Abraham sur sa terre.

Puis, 31 jours après sa naissance, Jésus a donc été porté au Temple pour sa présentation, le pidyon ha Ben, rite par lequel l’enfant premier-né est « racheté » en mémoire de la Pâque (Lévitique 12), rédemption du peuple par le Dieu du décalogue. A l’image d’Israël premier racheté, pionnier de tous les autres peuples appelés à être eux aussi rachetés par le Dieu créateur qui est en même temps Dieu sauveur.

On comprend comment, par ces démarches religieuses et ces rituels, Jésus a pu trouver sa place éclairante dans la grande aventure biblique et assumer sa propre destinée à travers des repères spirituels forts: les prières, les célébrations, les fêtes et les pèlerinages l’ont enraciné chaque jour un peu plus dans cette appartenance au peuple saint et sacerdotal dont parle l’Ecriture, faisant écho à Abraham, Moïse et aux prophètes d’Israël.

Ainsi, son existence a été rythmée depuis son enfance par le jour du Seigneur, le shabbat, temps fort où l’on apprécie en famille la Présence de Dieu et ses bienfaits. Après que Marie, sa mère, eût allumé les bougies, Joseph, son père adoptif, a récité le kiddoush, bénédiction du pain et du vin, louange à laquelle le petit garçon s’est associé peu à peu.

Dès l’âge de quatre ans, Jésus a appris à lire et à approfondir les Saintes Ecritures, tantôt avec son père, tantôt avec un maître de la synagogue locale.

Jésus a donc fait l’apprentissage de la vie à travers ces gestes personnels et communautaires. Il a prié avec les siens le Shema Israel, les bénédictions des repas, les oraisons qui structurent le temps de l’année juive avec ses fêtes, Pâque, Pentecôte, Grand Pardon. (Pessah, Shavouot, Yom Kippour)

Comme les enfants de son âge, il a accompagné ses parents trois fois par an au Temple de Jérusalem. C’est d’ailleurs lors d’une de ces montées que Jésus, entre douze et treize ans, a accompli sa bar mitsva: il est devenu « fils du commandement de Dieu » (Luc 2, 41-52).

A travers cette étape, Jésus est devenu un membre adulte de la communauté de l’alliance. L’évangile insiste d’ailleurs sur « l’intelligence » précoce démontrée par Jésus dans sa discussion avec les anciens, spécialistes de l’Ecriture.

Ces années d’enfance et d’adolescence à l’école de la Torah et des célébrations traditionnelles ont visiblement préparé Jésus à ce jour où, à la synagogue, il a lu et commenté Isaïe pour se lancer dans sa mission de proclamateur du Règne d’un Dieu-Amour : « Cela s’accomplit aujourd’hui… »

Ba yom hahou, ce jour que fit le Seigneur.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Porte-parole de Dieu, venu non pas abolir mais accomplir, en tant que juif observant, il a tracé une voie qui nous invite aujourd’hui à un urgent effort à la fois de mémoire et de lucidité créatrice pour les temps que nous vivons. En se référant à la fonction de « Fils de l’Homme », Jésus a donné librement sa vie, tel le serviteur souffrant d’Isaïe, afin d’annoncer un règne effaçant le monde ancien. Il a ouvert une brèche définitive dans l’encerclement des puissances du mal qui nous aliénaient et établi un lien indestructible entre le ciel et la terre.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez, prêtre catholique, commission judéo-catholique de la conférence des évêques suisses et de la fédération suisse des communautés israélites, pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz