Quantcast
FLASH
[21/09/2019] Militants pour le Climat et Black bloc, même combat, les deux groupes manifestent ensemble en ce moment à Paris  |  #GiletsJaunes: À 14 heures, 123 interpellations et 174 personnes verbalisées à Paris  |  L’Obs affirme que Michel Onfray « souscrit aux thèses d’Asselineau » – Onfray dénonce la fake news sur son site  |  Iran : augmentation du trafic d’organes  |  #Giletsjaunes, 106 interpellations à 13 h – ça rigole pas  |  #Giletsjaunes, le nouveau souffle ? 9 interpellations à Paris dans les manifestations  |  [20/09/2019] Le maire communiste de New York Bill de Blasion, qui a défiguré New York, abandonne la course à la présidence – il était à zéro % !  |  Un juge californien retoque une loi qui voulait obliger #Trump à présenter ses déclarations d’impôts pour entrer en lice aux élections primaires de Californie en 2020  |  [19/09/2019] USA : le nombre de maladies et accidents dus aux cigarettes électroniques atteint maintenant 530 cas  |  Des explosions ont été signalées à Damas, et la Syrie affirme avoir abattu un drone  |  [18/09/2019] Une terroriste arabe palestinienne a été tuée alors qu’elle tentait d’attaquer des soldats israéliens avec un couteau  |  [17/09/2019] Election Israël: Echantillon Rotter: Likoud; 37, Gantz: 34, Liste jointe (arabe) 11, Shas 8, Iahadut hathora 8, Yamina (Shaked Bennet) 7, Liberman : 7, Camp démocrate 4, Havoda/Gesher 4  |  Election Israël: à l’échelon national, le taux de participation est en hausse de 2,4%  |  Election Israël: Premier sondage coalition « naturelle » : Likoud 57 sièges, Gantz 55 – c’est le seul sondage qui compte  |  Election Israël: Netanyahou = 33 sièges, Gantz = 34 sièges – ce qui ne dit rien puisque l’élection est une affaire de coalitions  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 20 novembre 2018

Dois-je le dire ? Séjourner en France est pour moi désormais douloureux. Je n’y ai plus guère d’attaches. Mes parents sont morts. Il me reste ma fille ainée, et des amis que j’ai plaisir à voir. Mais je préférerais les recevoir chez moi à Las Vegas.

Dans un livre que j’ai publié il y a plus de deux décennies, je parlais de la cuisson du homard, sujet abordé aussi dans un de ses livres par Michel Gurfinkiel, et je disais que les Français subissaient un phénomène de cuisson. Lorsqu’on vit en France, on ne perçoit pas toujours la montée graduelle des restrictions ou on la perçoit avec moins d’acuité. Lorsqu’on ne vit plus en France, on s’extrait. On ne voit pas les restrictions monter graduellement, et quand on les voit, elles vous frappent en plein visage.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Lorsqu’on ne vit plus en France, on se situe à l’extérieur des dégradations multiples qui frappent le pays. On ne les a pas vu monter graduellement elles aussi, et quand on les voit, elles frappent elles aussi en plein visage.

Voir ce qu’est devenu Paris me déchire le cœur et l’amé. Et un nombre croissant de villes de France suivent le même anti-modèle, qui devrait être un repoussoir.

Devoir choisir entre utiliser une voiture et subir embouteillages, omniprésence de radars, difficultés à stationner, utiliser un Uber qui sera lui aussi coincé dans les embouteillages, payer des taxis au prix exorbitant, et prendre les transports en commun et être confronté à la rudesse des usagers est à mes yeux un choix entre la peste, la grippe et le choléra, et je préfère la bonne santé.

Si j’ajoute, pour quelqu’un qui fait mon métier, le boycott des médias, qui ne veulent parler de Trump que si on dit que c’est un crétin ou une ordure, d’Israël que pour évoquer les “crimes” commis contre les “Palestiniens”, de l’Europe que pour s’inquiéter de la montée du “populisme”, de l’islam qu’en tenant un langage édulcoré, on ne peut qu’osciller entre la colère qui devrait conduire à dire “c’est cela que vous appelez la liberté de parole et le pluralisme !”

J’ai publié cet automne quatre livres, très différents les uns des autres, et complémentaires. J’en ai parlé ici.

Je suis venu en France pour cinq jours. Aucune invitation radio ou télévision, bien sûr. Je suis allé en Israël par amour d’Israël. Je suis rentré chez moi.

Je continuerai à écrire pour Dreuz, essentiellement pour Dreuz, car sur Dreuz je suis libre et je ne veux plus aucune restriction à ma liberté. Non : plus aucune. J’ai subi assez de restrictions dans ma vie. J’ai atteint le niveau de l’overdose.

J’écrirai pour Israel Magazine et la Mena. Je ne chercherai pas à publier dans la presse française. A quatre-vingt-quinze pour cent, elle est trop éloignée de la vérité. Je suis heureux que mes amis Gilles-William Goldnadel et Ivan Rioufol puissent y écrire. Ils sont peu ou prou les seuls que je puisse lire encore.

J’écrirai davantage en anglais, des articles, mais aussi des livres.

Si un éditeur français me publie dans des conditions convenables, je reviendrai peut-être pour parler du livre. Sinon, je ne reviendrai peut-être pas.

Je n’ai plus aucun désir de revenir en France.

Je n’ai pas quitté la France. La France que j’ai pu aimer est en train de disparaitre. Elle a quasiment disparu.

Je porte un regard compassionnel sur la révolte incarnée par les “gilets jaunes”. Je comprends la souffrance de millions de Français. Le litre de super à deux euros en janvier dans un pays où les salaires sont bas et les impôts et taxes écrasants est insupportable. L’arrogance méprisante de Macron et du reste du gouvernement français est également insupportable. L’utilisation du prétexte “dérèglement climatique” est une insulte à l’intelligence. Une nomenklatura criminelle tient en main la France depuis plusieurs décennies et la détruit. Elle a quasiment éliminé toute opposition et poussé vers les marges la quasi-totalité des voix discordantes.

Macron pourrait tomber à zéro pour cent d’opinions favorables, il n’y aurait pour autant pas d’alternative. Le Rassemblement national va devenir le premier parti de France, mais tient un discours économique digne de Mélenchon. Il n’y a rien, sinon le déclin, la colère et le désespoir pendant que la nomenklatura mange de la brioche, ajoute de la misère à la misère, de la provocation à la provocation, de l’islamisation à l’islamisation et de l’asphyxie à l’asphyxie.

J’ai écrit il y a quelques années que l’hégémonie de la gauche dans la politique, la culture et le fonctionnement de la société conduirait vers le délitement généralisé et la disparition des repères qui permettent à une société de survivre, et j’avais dit que cette disparition s’appelait l’anomie. La France est tout au bord de l’anomie. Elle est tout au bord du gouffre.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz