FLASH
[16/12/2018] L’UE rejette la nouvelle demande du Hamas, et soutient que le Hamas est une organisation terroriste  |  Israël a découvert un 4e tunnel du Hezbollah qui viole les traités internationaux et menace la sécurité  |  Tsahal va démolir la maison d’un terroriste palestinien qui a assassiné Ari Fuld, un Israélien d’origine américaine  |  [15/12/2018] Gilets jaunes : une chaîne humaine prévue dans les Alpes-de-Haute-Provence samedi  |  [14/12/2018] Le Weekly Standard, un magazine conservateur psycho-rigide et anti-Trump, ferme après 23 ans d’existence  |  Effet trump : La Chine annonce que sa croissance économique est beaucoup + lente que prévu : elle perd la guerre commerciale contre les USA et a suspendu ses hausses de tarifaires contre les USA. Les États-Unis, en revanche, se portent très bien  |  Israël : un colon musulman palestinien s’est infiltré par la clôture de protection de Gaza et a attaqué un soldat, qui a été légèrement blessé à la tête  |  [13/12/2018] Chérif Chekatt a été abattu par la police à Strasbourg  |  Pollution : le tribunal de l’Union européenne juge – trop élevées – les limites d’émissions des diesels  |  2 heures avant l’attentat de Strasbourg, la garde des sceaux annonçait qu’elle ne prendrait pas de sanction contre le juge ayant libéré par erreur un djihadiste dangereux  |  La fécondité baisse pour toutes les femmes en France, sauf les immigrées, selon l’INSEE  |  Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah, aurait déclaré dans un discours que la création d’Israël a épargné au groupe terroriste la peine de traquer les Juifs jusqu’au bout du monde  |  [12/12/2018] Saleh Omar Al-Barghouti, le terroriste de l’attentat d’Ofra et fils du fondateur de #BDS Omar Barghouti a été abattu lors d’une intervention de Tsahal à Ramallah  |  Le premier ministre britannique Theresa May joue son poste après un vote de défiance  |  La bénédiction d’Abraham se vérifie: « Je bénirai ceux qui te bénissent Je maudirai ceux qui te maudissent ». La #France s’est mise en travers d’#Israël. Elle en subit les conséquences. Ce n’est que le début  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 20 novembre 2018

Le 6 Novembre 2018, le Sénat a refusé une fois de plus d’adopter la loi anti fake news, après un premier rejet le 26 juillet dernier.

Comme la fois précédente, ce rejet a été massif – 289 voix pour le rejet, 31 contre (LREM et Indépendant). Considéré comme « inefficace voire dangereux » par le Sénat, le texte a été fortement brocardé par les sénateurs.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Arrogance diabolique

« Se tromper est humain, persister dans son erreur par arrogance est diabolique », a ainsi estimé sans douceur le rapporteur LR Christophe-André Frassa, qui a aussi parlé d’un « dispositif inefficace contre les vraies menaces ». Sénateur communiste des Hauts-de-Seine, Pierre Ouzoulias dénonce le gouvernement qui a décidé de « poursuivre l’examen de ce texte à la hussarde » alors qu’il s’agit d’un « rafistolage de fortune » après son passage à l’Assemblée où 23 amendements ont été adoptés.

Embouteillage judiciaire possible

Les sénateurs dénoncent entre autres la possibilité prévue par la loi de pouvoir saisir le juge des référés quand une fausse information « de nature à altérer la sincérité du scrutin est diffusée de manière délibérée, artificielle ou automatisée » et ce dans les trois mois avant le premier jour du mois où ont lieu les élections générales. Selon la centriste Catherine Morin Desailly, cette proposition est une « mesure totalement irréaliste, voire potentiellement dangereuse » car le juge n’aura jamais le temps de traiter toutes les requêtes en urgence – ce qui reviendrait à donner une légitimité aux fausses informations non sanctionnées.

Une législation européenne ?

Elle plaide au contraire pour une législation au niveau européen, notamment en réformant la directive e-commerce : il faut aller « au cœur du réacteur : le modèle économique de l’Internet » : « Il y a un lien inextricable entre l’objectif de manipulation et l’intérêt commercial. Les intérêts commerciaux et politiques sont liés ». Faisons remarquer qu’une telle législation européenne, plus loin des administrés, pourrait être encore plus répressive qu’une législation nationale.

La loi prévoit aussi que le CSA puisse suspendre la diffusion de services de télévision contrôlés «par un Etat étranger ou sous l’influence» de cet état s’ils diffusent «de façon délibérée de fausses informations de nature à altérer la sincérité du scrutin». En ligne de mire : la chaîne Russia Today France, déjà mal-aimée de la presse mainstream et surtout du CSA, instance en théorie indépendante.

Pour le sénateur des Alpes Maritimes Jean-Pierre Leleux (LR), « ce texte érige le juge et le Conseil supérieur de l’audiovisuel (qui pourra suspendre la diffusion de services de télévision contrôlés « par un état étranger ou sous l’influence ») en gardiens de la désinformation. Il place notre pays dans une logique de contrôle de l’information ». Il devrait cependant être adopté définitivement le 20 novembre prochain par l’Assemblée Nationale. À suivre.

Source : OJIM

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz