FLASH
[15/02/2019] Alsace: des #giletsjaunes ont tenté de bloquer le journal ‘DNA’  |  Sur les 10 dernières années, 65% des tests de missile de l’Iran ont échoué : où ils sont terriblement malchanceux, ou quelqu’un les aide à être malchanceux  |  [14/02/2019] Le Sénat approuve la nomination de William Barr au poste de ministre de la Justice (et j’espère que cette fois Trump a fait le bon choix et que des têtes vont tomber)  |  Dernier sondage élection israélienne : Likoud (centre droit, Netanyahu) : 32 points. Resilience (centriste) 20, Yesh Atid (centre gauche) 11, New Right 10  |  Historique et impressionnant : Netanyahou est assis aux côtés du ministre des Affaires étrangères du Yémen au sommet de Varsovie  |  [13/02/2019] Le taux d’approbation du travail de Trump a progressé de 7 points après le shutdown  |  [12/02/2019] Slovaquie : refus total de l’islam, refus de construire même une seule mosquée  |  On le savait mais mieux vaut le signaler : après 2 ans d’enquête, 200 témoins interrogés, 300 000 documents confidentiels analysés, le Sénat confirme : aucune preuve de collusion entre Trump et la Russie  |  Gaza : Israël offre la réhabilitation de la population contre la démilitarisation – le Hamas refuse  |  Un tribunal fédéral américain a jugé le narco trafiquant El Chapo coupable de 10 chefs d’accusation, qui peuvent lui valoir le reste de sa vie en prison  |  [11/02/2019] Londres : pour tenter de subjuguer l’épidémie, les condamnés pour agression au couteau seront tagués avec un GPS à leur sortie de prison  |  [08/02/2019] 3 terroristes musulmans abattus lors d’émeutes violentes le long de la frontière de Gaza  |  Aide humanitaire au Venezuela: Maduro assure qu’il ne laissera rien rentrer – ça c’est un humaniste comme Mélenchon les aime !  |  Pologne, 1982 : quelqu’un lit 1984 de George Orwell, lève les yeux et dit : « pourquoi ça s’appelle une fiction ? »  |  [07/02/2019] Floride : Le Cabinet reconnaît Jérusalem comme capitale israélienne, met en garde Airbnb au sujet de sa politique En Judée Samarie  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 20 novembre 2018

Le 12 décembre prochain, le chef de l’État va s’employer à remobiliser les troupes en donnant une feuille de route claire aux hauts fonctionnaires de l’administration publique.

C’est une première dans l’histoire de la Ve République. Emmanuel Macron va s’adresser à l’ensemble de la haute fonction publique, soit 4.000 agents de l’État, hauts fonctionnaires, patrons d’administration et de service. Cette réunion d’un genre inédit est programmée pour le 12 décembre.

Tout le gratin de la fonction publique sera rassemblé pour une sorte de grand séminaire de motivation. Au programme : des discours du Premier ministre et du président de la République. Jamais cela ne s’était produit. « C’est comme si un chef d’entreprise n’avait jamais réuni ses cadres », illustre une source gouvernementale.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Ce qu’Emmanuel Macron veut leur dire. Le discours du chef de l’État aura une intention essentielle, prioritaire : l’administration doit être totalement impliquée dans la transformation votée par la majorité. « On ne pourra pas changer le pays si la haute fonction publique ne suit pas », glisse-t-on au gouvernement. Or, selon nos informations, des « foyers de résistance », hostiles au changement, existent au sein de l’administration publique, où l’idée que « les élus passent et les fonctionnaires restent » est largement répandue.

Le discours du président de la République aura donc valeur d’avertissement.

Des hauts fonctionnaires à remettre dans le droit chemin ? Est-ce à dire que le fameux « spoil system », c’est-à-dire l’alignement de l’administration sur la politique, annoncé par Emmanuel Macron pendant sa campagne est en route ? On n’en est pas encore là, mais rien n’est exclu dit-on. « On nous dit toujours ‘tout va bien Monsieur le président, ne vous inquiétez pas’. Et lorsque l’on vérifie, rien n’est en place », avance un ministre. Un constat partagé par le chef de l’État, et plusieurs ex-présidents.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

La rencontre du 12 décembre avec les hauts fonctionnaires a été décidée il y a déjà quelques mois. Mais la conviction de s’adresser à l’administration s’est renforcée lors du déplacement d’Emmanuel Macron dans le Nord et dans l’Est, où le président a entendu les élus et les habitants se plaindre des dispositifs en retard d’application.

C’est une conviction à l’Élysée : la politique, c’est l’art de l’exécution. Une formule à double sens, qui sous-entend que des têtes pourraient tomber chez les hauts fonctionnaires si rien ne change.

Source : Europe1

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :