Publié par Gaia - Dreuz le 21 novembre 2018

Christophe Castaner hausse le ton. Le ministère de l’Intérieur a déploré la « radicalisation » des gilets jaunes, mais plusieurs approximations dans ses récentes déclarations ont été pointées du doigt ce mardi.

Le ministre de l’Intérieur joue la fermeté face aux gilets jaunes. Au quatrième jour de leur mobilisation contre la hausse des taxes sur le carburant, le ministre a dénoncé la « dérive totale » voire la « radicalisation » du mouvement débuté samedi.

« Le droit de manifester (…) ce n’est pas celui de bloquer, de ne pas déclarer, de blesser les forces de l’ordre », a souligné Christophe Castaner, affirmant qu’il y a eu depuis samedi « autant de blessés dans nos forces de l’ordre que pendant l’évacuation de Notre-Dame-des-Landes » en avril.

« Dans les faits, ça se passe de façon beaucoup plus souple que ce que présente M. Castaner » explique Alexandre Langlois, syndicat de police du ministère de l’Intérieur sur BFMTV.

« On le voit d’ailleurs sur les images, mes collègues CRS avancent souvent non casqués, on voit que ce n’est pas un maintien de l’ordre très ferme » soutient le syndicaliste. « Et puis contrairement à la ligne de fermeté affichée, il y a certaines tolérances, notamment pour les ralentissements de la circulation ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Des approximations

Mais ce n’est pas tout. Christophe Castaner a aussi mentionné la mort d’une octogénaire lundi « dans l’après-midi » en raison d’un véhicule du Samu empêché d’intervenir à Angoulême à cause des blocages des gilets jaunes. Des propos remis en cause par le quotidien local La Charente libre, pour qui la vieille dame serait morte dès le matin, à cause d’un retard de 20 minutes des secours du à des routiers bloqués en amont des blocages.

La vice-procureure d’Angoulême, Stéphanie Veyssière précise quant à elle « qu’aucune information judiciaire n’a été ouverte, seule une enquête en recherche des causes du décès a été ouverte par le parquet. Mais selon elle, sans aucun lien avec les gilets jaunes.

« Quant aux gilets jaunes, ils ont publié un communiqué dans lequel ils assurent qu’il y a eu « une interruption totale du dispositif de filtrage » lorsqu’ils ont été informé de l’arrivée du SAMU et que certains d’entre eux avaient été « à la rencontre du véhicule de secours pour lui faciliter l’accès la bande d’arrêt d’urgence en l’escortant (…) [mais qu]’elle était entravée par des véhicules à l’arrêt. »

Vers une dramatisation des violences?

Christophe Castaner a aussi évoqué le cas de « trois policiers blessés dans la nuit de lundi à mardi à coup de boules de pétanque » à Langueux dans les Côtes-d’Armor, et munis de « barres de fer et de cocktails molotov » délogés d’un centre commercial par les forces de l’ordre.

Or le parquet de Saint-Brieuc a fait savoir que 6 personnes avaient bien été interpellées pour jets de projectiles (notamment des canettes) sur les forces de l’ordre, mais a contesté avoir connaissance d’une quelconque saisie de cocktails Molotov.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Laurent Nuñez, secrétaire d’Etat au ministère de l’Intérieur, est lui-aussi allé dans ce sans ce mardi soir sur BFMTV en assurant qu’une deuxième personne était morte mardi sur les points de blocage et que des « violences graves et répétées » avaient été signalées sur les différents points de blocage. « Nous sommes face à des manifestants qui ont envie d’en découdre avec les forces de l’ordre et des automobilistes » a-t-il ajouté.

Christophe Castaner avait demandé mardi dernier « qu’il n’y ait aucun blocage total » le 17 novembre. « Partout où il y aura un blocage et donc un risque pour les interventions de sécurité et pour la libre-circulation, nous interviendrons », avait-il ajouté.

Source : Bfmtv

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

18
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz