Publié par Piotr Stammers le 23 novembre 2018


Le porte-parole du gouvernement, Zoltan Kovacs, dans une interview au quotidien conservateur italien Libero de jeudi, a déclaré que l’Union européenne avait « porté un jugement politique » en rejetant le projet de budget du gouvernement italien.

Le gouvernement hongrois commente rarement les décisions de l’UE concernant d’autres Etats membres, mais « il semble évident » que l’UE « a exprimé une opinion politique » sur le projet de budget de l’Italie alors qu’elle aurait dû entreprendre une évaluation strictement technique et procédurale, a déclaré Kovacs au journal.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Libero a mené l’entretien avec le porte-parole du gouvernement lors de sa visite à Rome au moment même où la Commission européenne annonçait qu’elle lançait une procédure de déficit excessif contre l’Italie au sujet du projet de budget du gouvernement. M. Kovacs a déclaré que les règles de l’UE devraient s’appliquer également à tous les États membres. Il a dit que chaque fois que l’Italie et la Hongrie enfreignent les règles, elles sont sanctionnées, mais que lorsque la France ou l’Allemagne le font, elles s’en tirent à bon compte. Le porte-parole du gouvernement a déclaré que les règles du bloc devraient être modifiées afin qu’elles puissent être respectées. Il a déclaré que l’Italie serait capable d’élaborer un budget sans dépasser la valeur de référence de l’UE pour le déficit.

Si la Hongrie avait rejoint la zone euro, elle n’aurait pas été capable d’accomplir les exploits économiques qu’elle a accomplis, a-t-il dit. La Hongrie adoptera la monnaie commune « quand nous serons prêts, quand il y aura de nouvelles règles et que nous aurons des garanties », a ajouté Kovacs. M. Kovacs a déclaré que Bruxelles envisageait également une procédure de sanctions à l’encontre de la Hongrie au sujet de sa politique migratoire. « Mais il s’agit là d’une autre forme d’intervention qui ne relève pas de la compétence de l’UE », a-t-il déclaré. M. Kovacs a déclaré que la Hongrie avait raison de mettre en œuvre les mesures qu’elle a prises et a exprimé l’espoir que l’UE décidera de ne pas imposer de sanctions à son pays.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Piotr Stammers pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz