Quantcast
FLASH
[08/12/2019] Les autorités saoudiennes enquêtent pour savoir si le terroriste de #Pensacola s’est radicalisé lors d’une visite dans le royaume l’année dernière, selon deux responsables saoudiens  |  #Pensacola. Le FBI détient 10 Saoudiens après l’attaque, et en recherche d’autres qui ont participé avec le terroriste à une fête pour regarder des vidéos de tueries de masse  |  Les avions à réaction de l’armée de l’air israélienne ont frappé un camp terroriste de #Hamas, des entrepôts d’armes, des bureaux et des postes de sécurité à #Gaza  |  [07/12/2019] A 20h54 heure locale, 3 roquettes ont été tirées depuis #Gaza sur #Israël, 2 interceptées. Ni @Reuters, @AFP n’en parlent  |  [06/12/2019] En raison d’une aggravation des menaces de l’#Iran, #Israël a testé avec succès des tirs de missile capable de porter une tête nucléaire  |  [04/12/2019] Fatigué des blabla, #Trump annule la dernière conférence de l’Otan et rentre à Washington  |  [30/11/2019] Le terroriste du #LondonBridge était un proche de l’infâme prédicateur islamiste Anjem Choudary  |  La Bolivie rétablit ses liens diplomatiques avec #Israël  |  Près de 3 000 faux permis de conduire américains envoyés par la Chine ont été interceptés par la douane américaine  |  Le terroriste islamiste du pont de Londres avait demandé de l’aide pour être déradicalisé, selon son avocat  |  [29/11/2019] Alerte rouge: tir de roquettes à l’instant dans le sud d’#Israël  |  Evacuation de la #garedunord de Paris après la découverte d’un engin explosif dans un sac  |  Les talibans disent qu’ils sont prêts à reprendre les pourparlers de paix après la visite impromptue de #Trump pour thanksgiving  |  Le Premier ministre irakien déclare qu’il remet sa démission au Parlement  |  [28/11/2019] La Bolivie rétablit ses relations diplomatiques avec #Israël, qu’elle avait rompues en 2009 sous la direction du président de gauche Evo Morales, qui estimait qu’Israël n’avait pas le droit de se défendre contre les tirs de roquettes depuis #Gaza  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 29 novembre 2018

L’industrie automobile nord-américaine a été secouée lundi matin à la suite de l’annonce de General Motors. Le géant américain a en effet confirmé qu’il allait fermer pas moins de cinq usines nord-américaines, dont celle d’Oshawa, en banlieue de Toronto d’ici la fin de 2019. Cette restructuration veut également dire que 15 % des employés de GM seront remerciés, une mesure qui lui permettra d’économiser environ 6 milliards de dollars d’ici 2020.

À l’usine d’Oshawa, en banlieue de Toronto, un peu plus de 2 500 employés sont directement touchés par cette mesure.

La décision de GM de cesser la production de l’Impala et de la Cadillac XTS à son usine d’Oshawa reflète une réalité : la berline est en déclin depuis 2009 aux États-Unis où sont exportés 80% des 2 millions de véhicules fabriqués au Canada. À la suite de la crise financière de 2008-2009, le gouvernement de l’Ontario avait octroyé 3,6 milliards de dollars à la compagnie GM. Le gouvernement fédéral lui avait pour sa part prêté 7,2 milliards de dollars.

General Motors prétend s’engager dans une transition qui devrait s’avérer longue et coûteuse, vers les véhicules électriques et autonomes. Le premier constructeur automobile aux États-Unis compte doubler les ressources allouées aux véhicules électriques et autonomes au cours des prochaines années dans l’intention de dominer les marchés américain et chinois.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit la chronique de Lorrie Goldstein, parue dans le Toronto Sun le 26 novembre.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

****************************

La taxe sur le carbone contribue à tuer l’industrie automobile et nuit aux emplois

Qu’ont en commun les grandes manifestations, qui ont eu lieu ce weekend en France contre les taxes élevées sur le carbone, avec l’annonce de lundi de la fermeture de l’emblématique usine d’assemblage automobile d’Oshawa par General Motors à la fin de 2019, qui coûtera 2 500 emplois ?

Les deux événements présagent de l’avenir car les gouvernements du monde entier – y compris ceux du Canada – poursuivent des politiques visant à abandonner l’utilisation des combustibles fossiles et à maintenir les ressources pétrolières de la planète dans le sol.

Ceci, ostensiblement, pour lutter contre le changement climatique causé par l’homme.

Trudeau a sorti ce chat du sac l’an dernier lorsqu’il a commis la gaffe que commet un politicien quand il dit accidentellement la vérité.

Trudeau a dit que le Canada devait « éliminer » les sables bitumineux.

Face à la fureur qu’il a provoqué, surtout en Alberta, Trudeau a rapidement fait volte-face disant qu’il s’était mal exprimé et ajoutant qu’il parlait du fait que les combustibles fossiles ne seraient plus nécessaires d’ici un siècle.

Pourtant, Gerald Butts, secrétaire principal et ami intime de M. Trudeau, également architecte de la soi-disant révolution verte de l’Ontario lorsqu’il était conseiller principal du premier ministre libéral de l’époque, Dalton McGuinty, avait demandé la décarbonisation de l’économie canadienne d’ici 2050.

« À vrai dire, nous ne pensons pas qu’il devrait y avoir une industrie de l’énergie à base de carbone d’ici le milieu du siècle », avait déclaré M. Butts en 2012, lorsqu’il était président et chef de la direction du World Wildlife Fund au Canada (le Fonds mondial pour la nature).

M. Butts avait accepté ce poste après avoir quitté le bureau de M. McGuinty en 2008 – un an avant que le premier ministre n’adopte sa fameuse Loi sur l’énergie verte qui a contribué à faire entrer les prix de l’électricité dans la stratosphère – et avant de travailler chez Trudeau plus tard en 2012.

Si votre objectif est de garder le pétrole dans le sol, l’une des façons de le faire est d’augmenter le coût de l’essence en augmentant le prix du carbone – soit par des taxes sur le carbone (le choix de Trudeau) ou par le plafonnement et l’échange (NdT : « cap and trade », une taxe carbone sous un autre nom).

Cette mesure vise à décourager l’utilisation de l’essence et, en fin de compte, l’achat de voitures utilisant l’essence comme carburant.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

L’une des raisons invoquées par GM pour fermer lundi son usine d’assemblage d’Oshawa d’ici décembre 2019, ainsi que quatre usines américaines au Michigan, en Ohio et au Maryland, est qu’elle veut économiser de l’argent et se rééquiper pour produire des voitures entièrement électriques et à conduite automatique, une stratégie dont Mary Barra, présidente et PDG de GM, a fait la promotion.

C’est une stratégie qui consiste à se défaire des berlines classiques à essence, de grande taille, comme la Chevrolet Impala, construite à Oshawa, qui ne se vendent pas très bien.

Ironiquement, GM met fin à la production de sa Chevrolet Volt semi-électrique rechargeable, une hybride qui fonctionne avec des batteries et de l’essence, présentée comme la voiture qui devait permettre à GM, lorsqu’elle a été lancée en 2010 et alors que la compagnie était en difficulté, de rebondir.

Certes le coût du carbone n’est pas la seule raison pour laquelle GM met à pied 2 500 travailleurs à Oshawa d’ici la fin de l’année prochaine.

GM a perdu des dizaines de milliers d’emplois pour de nombreuses raisons, pendant des décennies, par rapport à son sommet des années 1980 lorsqu’elle employait 40 000 travailleurs.

Et ce, en dépit des renflouements de plusieurs milliards de dollars consentis par les gouvernements fédéral et provinciaux, surtout à la suite de la récession mondiale de 2008.

Les actions ont des conséquences. La tarification du carbone a des conséquences.

Trudeau et la ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, n’arrêtent pas de nous dire qu’ils nous mènent vers un monde nouveau et révolutionnaire de technologies vertes de plusieurs milliards de dollars où nous allons tous devenir plus riches.

En réalité, les révolutions sont coûteuses, douloureuses, font des victimes et échouent souvent.

Bienvenue dans le futur.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Traduction de Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Sources:

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz