Quantcast
FLASH
[21/06/2019] Reuters: L’Iran a reçu un message de #Trump via Oman durant la nuit, l’avertissant d’une attaque imminente contre l’Iran, selon des responsables du gouvernement iranien  |  [20/06/2019] #Trump affirme que ceux qui ont détruit un drone américain au Moyen Orient ne l’ont pas fait intentionnellement et que l’Iran n’est pas impliqué  |  9 terroristes recherchés, arrêtés en Judée et Samarie  |  [19/06/2019] Les médias disent que les électeurs Républicains ont perdu leur enthousiasme, alors ils cachent que Trump a reçu 24,8 millions $ de dons en 24 h!  |  Les islamistes ne se reposent jamais : nouvelle tuerie dans des villages du centre du Mali, 38 morts et de nombreux blessés  |  [18/06/2019] Guerre de propagande. La Russie met en garde les Etats-Unis contre une tentative de « provoquer la guerre » avec l’Iran  |  Les partisans de Trump font la queue depuis 40 heures pour assister au lancement de sa campagne de réélection – contre 2000 personnes pour le meeting de Joe Biden  |  #Allemagne (Prenzlauer Berg), encore un incident antisémite : un homme non identifié par les médias a insulté et craché sur un #juif portant une kippa  |  Le Bureau de la sécurité diplomatique a cité 15 fonctionnaires pour avoir mal manipulé des informations classifiées concernant le scandale des emails d’Hillary Clinton. L’examen interne est en cours  |  [17/06/2019] Les partisans de #Trump commencent à faire la queue près de deux jours avant le coup d’envoi de la campagne de réélection massive d’Orlando, mardi soir  |  [16/06/2019] Dr Michael Evans (conférence Jerusalem Post – New-York): « Le président Trump est plus sioniste que beaucoup de juifs américains de gauche »  |  Dr Michael Evans : « la gauche tue l’âme, les terroristes tuent le corps »  |  [12/06/2019] Yemen : les rebelles attaquent un aéroport saoudien, 26 blessés  |  Hong Kong: la manifestation vire à l’affrontement avec la police  |  [11/06/2019] L’Alabama signe un projet de loi qui exige qu’une personne coupable d’infraction sexuelle avec une mineure de moins de 13 ans subisse une castration chimique avant d’être libérée de prison  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 29 novembre 2018

Chirokiné (Ukraine) – Dans l’est de l’Ukraine, des soldats ukrainiens creusaient des tranchées et remplissaient leurs sacs de munitions et rations de survie après la promulgation mercredi de la loi martiale dans un contexte de tension aiguë avec la Russie.

« Il vaut mieux creuser une tranchée de dix mètres de long que de deux mètres de profondeur », s’esclaffe Timokha, un soldat de 22 ans, en faisant référence à la profondeur des tombes.

Les soldats ont été positionnés dans les ruines du village de Chyrokyne, dans l’est de l’Ukraine, à environ un kilomètre de la ligne de front, à portée de tirs des séparatistes prorusses de la république autoproclamée de Donetsk.

A 800 mètres de là se trouve la mer d’Azov, partagée entre la Russie et l’Ukraine. C’est en tentant de rejoindre cette mer d’une importance stratégique que trois navires ukrainiens ont été arraisonnés dimanche par les gardes-côtes russes au large de la péninsule de Crimée, provoquant la colère de l’Ukraine qui dénonce la détention de 24 marins capturés.

« Nous creusons depuis tôt ce matin, dès que la loi martiale a été promulguée », ajoute Timokha.

En réponse à cette capture, le président ukrainien Petro Porochenko a promulgué mercredi la loi martiale dans dix régions frontalières et côtières de l’Ukraine, dont des régions proches des territoires contrôlés par les séparatistes et des rivages de la mer d’Azov.

Bien que la région ait été en guerre depuis 2014, pour Timokha et ses camarades, l’entrée en vigueur de la loi martiale implique un renforcement de leur préparation au combat.

« Conformément à la loi martiale, nous surveillons l’ennemi plus étroitement, nous avons mis en place plus de postes d’observation », explique le soldat.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les militaires remplissaient leurs sacs avec des munitions et des rations de survie. Ainsi, « s’il se passe quelque chose, nous pouvons riposter à une attaque de l’ennemi et bouger dans différentes directions, ne pas être immobilisés sur place », ajoute-t-il.

« Ils auraient dû recourir à la loi martiale » lors de l’annexion de la Crimée par la Russie en 2014, regrette le militaire.

– ‘Nous en sommes à notre cinquième année de guerre’ –

Depuis l’arraisonnement des trois navires ukrainiens, les militaires ukrainiens ont pris conscience d’une nouvelle menace pouvant venir de la mer d’Azov, et non seulement de la ligne de front, souligne un soldat mitrailleur de 21 ans, surnommé Trotsky.

« C’est comme si on était coincé, comme si on était cerné », ajoute Trotsky, qui se tient dans une tranchée renforcée avec des sacs de sable.

Aucun civil n’habite plus à Chyrokyne depuis que ce village a été dévasté par de violents combats, dont des batailles de chars, en 2015.

Les rues sont jonchées de carcasses de voiture brûlées et de jouets d’enfants. Les militaires ont installé une cuisine de fortune et un coin toilette dans la cour d’une maison. Des munitions de fusil-mitrailleur sont accrochées à la porte.

Dans la ville portuaire de Marioupol, contrôlée par Kiev, une centaine d’habitants se sont rassemblés pour manifester leur soutien aux marins ukrainiens capturés par les gares-côtes russes.

« Nous ne pouvons pas rester silencieux quand nos marins sont détenus prisonniers », a déclaré l’organisatrice du rassemblement Galyna Odnorog.

« Nous sommes venus à la manifestation pour dire à Poutine: laissez notre pays en paix », a-t-elle ajouté.

Les gardes-côtes de cette ville portuaire située sur la littoral de la mer d’Azov étaient tous en patrouille en mer, ne retournant à terre que pour se ravitailler en nourriture et carburant.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Mais les autorités régionales ont indiqué que depuis la promulgation de la loi martiale, elles n’ont procédé à aucun changement comme l’instauration d’un couvre-feu ou la fermeture de points de contrôle.

« Rien n’a changé pour nous depuis l’introduction de la loi martiale. Nous en sommes déjà à notre cinquième année de guerre », constate Sergiy, 26 ans, un soldat ukrainien stationné à Marioupol.

Source : Lexpress

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz