FLASH
[18/02/2019] @MikeGapes: « Quand j’ai rejoint le parti travailliste en 1968, j’ai rejoint un parti politique et non une secte stalinienne »  |  Félicitations au Sénégal pour son élection à la présidence du « Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien »  |  Les antisémites de BDS vont manifester à Ménilmontant mardi contre l’antisémitisme pour tenter de faire croire qu’ils ne sont pas antisémites. Qui pensent-ils tromper ?  |  A l’instant : en Syrie, deux explosions dans la province d’Idlib détenue par les rebelles ont tué au moins 15 personnes  |  [15/02/2019] Alsace: des #giletsjaunes ont tenté de bloquer le journal ‘DNA’  |  Sur les 10 dernières années, 65% des tests de missile de l’Iran ont échoué : où ils sont terriblement malchanceux, ou quelqu’un les aide à être malchanceux  |  [14/02/2019] Le Sénat approuve la nomination de William Barr au poste de ministre de la Justice (et j’espère que cette fois Trump a fait le bon choix et que des têtes vont tomber)  |  Dernier sondage élection israélienne : Likoud (centre droit, Netanyahu) : 32 points. Resilience (centriste) 20, Yesh Atid (centre gauche) 11, New Right 10  |  Historique et impressionnant : Netanyahou est assis aux côtés du ministre des Affaires étrangères du Yémen au sommet de Varsovie  |  [13/02/2019] Le taux d’approbation du travail de Trump a progressé de 7 points après le shutdown  |  [12/02/2019] Slovaquie : refus total de l’islam, refus de construire même une seule mosquée  |  On le savait mais mieux vaut le signaler : après 2 ans d’enquête, 200 témoins interrogés, 300 000 documents confidentiels analysés, le Sénat confirme : aucune preuve de collusion entre Trump et la Russie  |  Gaza : Israël offre la réhabilitation de la population contre la démilitarisation – le Hamas refuse  |  Un tribunal fédéral américain a jugé le narco trafiquant El Chapo coupable de 10 chefs d’accusation, qui peuvent lui valoir le reste de sa vie en prison  |  [11/02/2019] Londres : pour tenter de subjuguer l’épidémie, les condamnés pour agression au couteau seront tagués avec un GPS à leur sortie de prison  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 5 décembre 2018

Il n’y aura pas de véritable coup de pouce pour le salaire minimum au 1er janvier 2019, juste une stricte application de la règle de calcul automatique.

Les espoirs des Gilets jaunes ont été vite douchés. La phrase du Premier ministre pouvait prêter à confusion et laisser entendre un coup de pouce au smic. « Nous constaterons une hausse de 3 % du smic net au 1er janvier », a déclaré ce mardi Edouard Philippe à la télévision, s’adressant « aux Français qui sont le dos au mur », à tous ceux qui demandent que le « travail paye ».

Fallait-il comprendre qu’Edouard Philippe, qui avait la semaine passée écarté l’idée d’un coup de pouce au salaire minimum, était revenu sur sa décision ? A peine lancée, la déclaration elliptique du Premier ministre s’est révélée être une « annonce » en trompe l’œil.

En effet, au 1er janvier 2019, le smic – actuellement 1498,47 euros brut mensuels et 1 184,93 € en net – sera revalorisé d’environ 1,8 %. Soit la stricte application de la règle de calcul automatique… se sont empressés de décrypter en coulisse plusieurs sources au sein du gouvernement.

Autrement dit, aucun coup de pouce. La hausse se fera selon la formule légale : en fonction de l’inflation et du salaire horaire moyen des ouvriers et des employés. L’annonce officielle doit intervenir le 14 décembre, jour qui coïncide avec l’appel à la mobilisation lancé par la CGT…

Un autre calcul

D’où viennent alors ces 3 % ? D’un autre calcul fait par le gouvernement. Aux 1,8 % environ prévu de hausse légale il convient, selon lui, d’ajouter « le gain de pouvoir d’achat » provenant de l’effet du basculement des cotisations sociales sur la CGS. Ou encore la hausse de la « prime d’activité » passée de 531,51 € à 551, 51 € par mois… Une manière impressionniste de recycler les gains des précédentes réformes. Les 1,65 million de smicards en France ne verront donc pas, concrètement, une hausse de 3 % au bas de leur fiche de paie.

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, avait pourtant ouvert la porte à ce geste (à condition de baisses de charges pour les entreprises). Une main tendue dont s’est privée l’exécutif.

Source : Leparisien

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :