Quantcast
FLASH
[18/04/2019] #Sarthe : Prise d’otages au supermarché Super U de Bessé-sur-Braye, les gendarmes sur place  |  Effet Trump: Les demandes hebdomadaires de prestations d’assurance-chômage chutent pour la cinquième semaine consécutive, tombant au niveau le plus bas depuis septembre 1969  |  Effet Trump: Les ventes au détail aux États-Unis augmentent au rythme le plus rapide depuis septembre 2017  |  Le président israélien Rivlin vient de charger Netanyahou de former son 5e gouvernement  |  [16/04/2019] Omar Barghouti : « j’ai fondé BDS pour boycotter Israël, pourquoi suis-je boycotté et interdit d’aller aux Etats-Unis ? »  |  Elections israéliennes : après tous les recomptes, Naftali Bennet et Ayelet Shaked sont retoqués  |  Notre Dame : Si les entreprises de rénovation sont coupables alors leurs assurances payerons. Le fait qu on accepte les dons laisse craindre que c’est un attentat  |  Incendie de Notre-Dame : la mairie de Paris débloque 50 millions d’euros pour la reconstruction. N’est ce pas formidable que la mairie ait autant d’argent bloqué !  |  Ca a du bon d’avoir des riches. Un milliardaire français offre 100 millions pour réparer Notre Dame  |  [15/04/2019] L’antisémite Alain Soral condamné à 1 an de prison pour négationnisme – un peu dommage, les autres vont maintenant être plus discrets au lieu d’être repérés et rééduqués  |  [11/04/2019] Effet #Trump : 55% des Américains approuvent la politique de Trump. 58% approuvent l’économie sous Trump (sondage Georgetown)  |  Le président soudanais Ahmad Al Bashir, criminel de guerre du Jihad, évincé par un coup d’État  |  La Haute Cour israélienne approuve la démolition de la maison du tueur de l’adolescente juive israélienne Ori Ansbacher  |  Julian Assange (WikiLeaks) a été arrêté par la police britannique  |  [10/04/2019] Transparence : Les consultations entre le président Rivlin et les chefs des partis seront retransmises en direct pour la première fois dans l’histoire israélienne  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 5 décembre 2018

Il n’y aura pas de véritable coup de pouce pour le salaire minimum au 1er janvier 2019, juste une stricte application de la règle de calcul automatique.

Les espoirs des Gilets jaunes ont été vite douchés. La phrase du Premier ministre pouvait prêter à confusion et laisser entendre un coup de pouce au smic. « Nous constaterons une hausse de 3 % du smic net au 1er janvier », a déclaré ce mardi Edouard Philippe à la télévision, s’adressant « aux Français qui sont le dos au mur », à tous ceux qui demandent que le « travail paye ».

Fallait-il comprendre qu’Edouard Philippe, qui avait la semaine passée écarté l’idée d’un coup de pouce au salaire minimum, était revenu sur sa décision ? A peine lancée, la déclaration elliptique du Premier ministre s’est révélée être une « annonce » en trompe l’œil.

En effet, au 1er janvier 2019, le smic – actuellement 1498,47 euros brut mensuels et 1 184,93 € en net – sera revalorisé d’environ 1,8 %. Soit la stricte application de la règle de calcul automatique… se sont empressés de décrypter en coulisse plusieurs sources au sein du gouvernement.

Autrement dit, aucun coup de pouce. La hausse se fera selon la formule légale : en fonction de l’inflation et du salaire horaire moyen des ouvriers et des employés. L’annonce officielle doit intervenir le 14 décembre, jour qui coïncide avec l’appel à la mobilisation lancé par la CGT…

Un autre calcul

D’où viennent alors ces 3 % ? D’un autre calcul fait par le gouvernement. Aux 1,8 % environ prévu de hausse légale il convient, selon lui, d’ajouter « le gain de pouvoir d’achat » provenant de l’effet du basculement des cotisations sociales sur la CGS. Ou encore la hausse de la « prime d’activité » passée de 531,51 € à 551, 51 € par mois… Une manière impressionniste de recycler les gains des précédentes réformes. Les 1,65 million de smicards en France ne verront donc pas, concrètement, une hausse de 3 % au bas de leur fiche de paie.

Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, avait pourtant ouvert la porte à ce geste (à condition de baisses de charges pour les entreprises). Une main tendue dont s’est privée l’exécutif.

Source : Leparisien

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :