FLASH
[21/01/2019] Google a été condamnée à une amende de 57 millions de dollars par la France pour violation à la loi sur la vie privée  |  Le Premier ministre Netanyahu et le Président du Tchad, Idriss Déby, annoncent la reprise des relations diplomatiques entre les 2 pays. L’Iran, fou de rage, n’a pas réussi à faire dérailler les accords  |  Attaque à la voiture piégée contre un convoi des forces américano-kurdes en Syrie – bilan encore inconnu  |  Le gouvernement allemand annonce qu’il ferme l’accès à la compagnie aérienne iranienne Mahan Air (qui transporte des armes pour les terroristes soutenus par l’Iran)  |  4 terroristes musulmans interpellés après l’explosion d’une voiture devant un tribunal à Londonderry  |  [20/01/2019] Confirmation de frappe aérienne israélienne dans le sud de la Syrie. Peu de temps après, Iron Dome a intercepté un missile syrien sur les hauteurs du Golan  |  lemonde.fr – Le vice-chancelier allemand veut que l’UE remplace la France au Conseil de sécurité de l’ONU Le vice-chancelier allemand veut que l’UE remplace Paris au Conseil de sécurité de l’ONU  |  La Syrie annonce que ses systèmes de défense aérienne ont déjoué une attaque israélienne au sud syrien  |  [19/01/2019] Somalie : l’armée américaine indique avoir tué 52 islamistes d’al-Shabab lors d’un raid aérien, en réponse à une attaque contre les forces somaliennes  |  Laura Loomer, qui est juive, s’est précipitée sur la scène de la Marche des Femmes de NY et a pris le micro pour dénoncer l’antisémitisme des organisatrices : « La Marche des Femmes déteste les Juifs ! »  |  Saccage de l’Arc de Triomphe : le tagueur néo-nazi surnommé Sanglier, incarcéré  |  4 mois après les élections, le Parlement suédois réélit l’ancien Premier ministre – qui promet d’augmenter la migration  |  Les #Giletsjaunes « acte 10 » ce samedi 19 janvier – pour ou contre, on ne peut que saluer leur ténacité  |  [18/01/2019] Le président Trump et le dictateur communiste nord-coréen Kim tiendront un deuxième sommet fin février  |  Le soutien aux Gilets jaunes en net regain, selon un sondage BFM : +7points à 67% en 1 semaine  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 8 décembre 2018

Dans le contexte social tendu, de nombreux députés de la majorité doivent renoncer à des événements en public, d’autres font l’objet de protection policière.

Les menaces à l’égard des députés de la majorité vont crescendo depuis le début du mouvement des « gilets jaunes ». Aux habituels courriers de réclamations ou aux dégradations de leurs permanences, fréquents lors de crises politiques, se sont ajoutées ces dernières semaines des menaces physiques. Vendredi 7 décembre, Benoît Potterie, élu La République en marche (LRM) du Pas-de-Calais, a indiqué à l’AFP qu’il avait reçu à sa permanence un courrier contenant une balle et cet avertissement : « La prochaine fois tu la prends entre les deux yeux. »

Alors que je me rendais, ce matin, au Collège de Norrent-Fontes rencontrer des élèves de troisième pour expliquer la fonction de Député et l’engagement citoyen dans la politique, voici ce que je recevais par courrier: une balle, accompagnée de cette menace de mort: « la prochaine fois tu la prends entre les deux yeux ». Moi, citoyen, qui me suis engagé en politique il y a 1 an 1/2 pour être à l’écoute des Français, je suis scandalisé par l’extrême violence de certains propos ou actes. J’ai toujours eu la volonté de défendre l’intérêt général en écoutant et discutant avec tout le monde. J’ai rencontré à plusieurs reprises des « gilets jaunes ». Nous avons travaillé ensemble à faire remonter leurs propositions. J’ai toujours été à la disposition de chacun des habitants du territoire pour échanger dans un climat serein et respectueux. Sachez que je continuerai le travail de représentant de la Nation qui m’a été confié avec la même motivation, l’intérêt général, et la même méthode, l’échange et le dialogue.

De nombreux députés ont fait part au Monde des menaces à leur encontre. Une élue des Yvelines raconte avoir eu la surprise d’un coup de fil de la gendarmerie qui l’avertissait que des rondes étaient effectuées autour de son domicile au cas où elle serait la cible d’attaques. Les domiciles personnels de plusieurs députés ont été notamment visés, leurs adresses circulant sur les réseaux sociaux où échangent les « gilets jaunes ». Ainsi, le 24 novembre, Mireille Robert, députée LRM de l’Aude, avait dénoncé l’invasion de son jardin, en pleine nuit par « 40 hommes casqués et cagoulés ». Par ailleurs, plusieurs parlementaires font l’objet d’une protection rapprochée par les forces de l’ordre.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Dans Le Parisien, Florian Bachelier, élu d’Ille-et-Vilaine, explique avoir été interpellé lundi matin 3 décembre à la sortie de son domicile par « un homme cagoulé ». Ce jour-là, « il me prévient que si je continue à défendre la politique d’Emmanuel Macron, je prends des risques énormes », relate le député.

Eviter les endroits symboliques
Selon les élus interrogés par Le Monde, les menaces semblent très variables selon les départements et les régions. Certains n’en ont perçu aucune, d’autres ont dû chambouler leur agenda. La députée LRM de l’Hérault Coralie Dubost a renoncé à plusieurs déplacements en public depuis quelques jours. « Le préfet m’a demandé de ne pas y aller sinon il était obligé de dépêcher une brigade », raconte-t-elle. Elle sera sous protection policière pour une réunion publique dans sa circonscription la semaine prochaine.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Vendredi matin, la députée LRM de Moselle Hélène Zannier expliquait qu’il lui avait été recommandé d’éviter les endroits symboliques, comme sa permanence, où elle ne se rend plus. Elle a aussi renoncé à participer à plusieurs événements dans sa circonscription, comme la fête de la Saint-Nicolas ou celle de la Sainte-Barbe. « Des commerçants m’ont raconté que des personnes avaient menacé de s’en prendre à leurs boutiques si je venais », raconte-t-elle. « Ce qui est rageant, c’est que j’ai toujours eu à cœur d’être au contact », regrette l’élue, qui a rencontré à de multiples reprises des participants au mouvement. « J’éprouve un sentiment d’injustice, poursuit-elle. On reproche aux élus d’être trop loin des citoyens, mais on nous empêche d’être à leurs côtés. »

Source : Lemonde

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz