Quantcast
FLASH
[18/08/2019] Les intercepteurs du Dôme de Fer ont contré des roquettes lancées depuis #Gaza ce soir sur #Israël. En riposte 5 terroristes sont morts  |  Explosion dans la bande nord de Gaza alors que des hélicoptères de Tsahal attaquent des cibles terroristes  |  [16/08/2019] 3 roquettes viennent d’être tirées depuis #Gaza en direction d’#Israël. Heureusement interceptées par le système aérien de défense du Dôme de Fer  |  Les services secrets confirment qu’ils enquêtent activement sur les menaces de « personne et véhicule suspects près de l’ambassade d’Israël de washington »  |  Les députés arabes Démocrates Ilhan Omar et Rachida Tlaib luttent pour la destruction d’Israël, et elles ne comprennent pas pourquoi elles sont interdites d’entrer en #Israël !  |  [15/08/2019] 1 policier poignardé et grièvement blessé par un terroriste musulman près du Mont du Temple. 2 terroristes musulmans abattus. 1 garde islamique du Waqf a reçu une balle dans la jambe alors qu’il tentait d’aider les terroristes à fuir  |  L’autopsie a trouvé des os brisés dans le cou de Jeffrey #Epstein, approfondissant les questions autour de sa mort (Washington Post)  |  [14/08/2019] Dernière minute : 2 gardes auraient falsifié des registres pour dissimuler des erreurs de vérification des cellules dans les heures où Jeffrey #Epstein s’est apparemment suicidé  |  [13/08/2019] #Facebook a recueilli les données audio de conversations vocales de certains utilisateurs et les a envoyées à des entrepreneurs tiers pour qu’ils les transcrivent  |  [10/08/2019] L’ami des Clinton et pédophile Jeffrey Epstein s’est suicidé dans sa cellule où il attendait son procès. Il était sous surveillance anti-suicidée depuis le 23 juillet, après sa première tentative de suicide  |  [09/08/2019] Après un mois d’arrêt en juillet par peur d’exposition au plomb, les travaux de Notre-Dame ont repris  |  [04/08/2019] Dayton, Ohio, tuerie de masse : 9 morts, au moins 16 blessés devant un bar  |  [03/08/2019] Attentat à El Paso, Texas. 20 morts, nombreux blessés. Le suspect est un blanc, habillé de noir. Il a été arrêté  |  [01/08/2019] Facebook au plus bas niveau boursier car la FTC examine si Facebook a acheté des sociétés comme Instagram et WhatsApp pour neutraliser ses rivaux  |  [31/07/2019] Le fils de Ben Laden, Hamza retrouvé mort à New York  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 11 décembre 2018

Le candidat Macron méprisait le débat sur « l’identité figée, rabougrie ». Il l’a remis en selle lundi, prenant le risque de réveiller la xénophobie ambiante.

Ces deux courtes phrases sont passées presque inaperçues. Dans son allocution de 13 minutes, lundi 10 décembre, cachées au milieu de ses promesses pour requinquer le pouvoir d’achat et revivifier le dialogue démocratique, Emmanuel Macron les a lâchées, comme ça, l’air de rien :

« Je veux aussi que nous mettions d’accord la Nation avec elle-même sur ce qu’est son identité profonde. Que nous abordions la question de l’immigration. »

Au secours, elle revient ! L’identité. Cette bombe nationale à fragmentation. Cette notion qui rend fou. Pire : Macron l’a couplée avec le thème de l’immigration, histoire d’en renforcer la charge explosive. Il a balancé son cocktail Molotov sans crier gare, à travers la lucarne des télévisions de 23 millions de téléspectateurs.

Jusque-là, pourtant, le président avait eu la sagesse d’éviter de mettre un seul doigt de pied dans cette eau-là. Pour marquer son amour de la France, il se bornait à envoyer des « cartes postales », comme disent les communicants : il posait devant les grands monuments historiques – le Louvre, la Madeleine, le Panthéon… – , il vantait le « récit national » ou il s’essayait, certes maladroitement, à une itinérance mémorielle sur les territoires meurtris de 14-18. Sa marque de fabrique, c’était plutôt le message universaliste de la France, la construction de l’Europe, l’ouverture au monde.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Ni glorieux, ni malin

Pourquoi rouvrir le débat rance sur l’identité ? Peut-être parce que Macron, qui a étudié Machiavel, sait que le sujet divise les « gilets jaunes » : ceux de l’extrême droite dénoncent « l’immigrationnisme » du pouvoir et alimentent la machine conspirationniste à propos du Pacte de Marrakech sur les migrations, approuvé lundi sous l’égide de l’ONU ; ceux de l’extrême gauche rêvent d’un monde sans frontières et vomissent les valeurs conservatrices. Planter un coin, a-t-il pu se dire, ne peut pas faire de mal. Mais si c’est son calcul, il est ni très glorieux, ni très malin. Car, comme le souligne SOS Racisme, il prend le risque de pointer de nouveau le doigt vers les boucs émissaires habituels des crises que traverse la France depuis des décennies : les immigrés.

Identité, immigration, islamisme… Jusque-là, Emmanuel Macron s’efforçait d’éviter ces sujets inflammables. Il avait bien senti le danger lorsque la droite lui était tombée dessus, après ce discours d’Alger où il avait évoqué les « crimes contre l’humanité » commis à l’époque coloniale. Le candidat Macron rêvait de transcender, par un discours d’ouverture, en ligne avec les idéaux de la République, le désir de reconnaissance identitaire exprimé par tous ceux qui rêvent de repli. Il méprisait même le mot « identité », qu’il associait à des qualificatifs violents (« figée, rabougrie »). « Le fondement de la culture française, c’est une ouverture sans pareil », disait-il. « Notre culture est toujours parvenue à se dépasser elle-même, à voguer vers le neuf, l’imprévu, l’inconnu ». Et ajoutait :

« Le terme même d’identité ne peut être accolé à celui de ‘culture française’. »

C’était un discours nouveau et rafraîchissant. En retournant vers les eaux troubles de l’identité nationale, le président a effacé, lundi, ce candidat. A l’aube de la campagne des européennes, ce n’est pas de très bon augure.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Source : Nouvelobs

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz