FLASH
[20/01/2019] Confirmation de frappe aérienne israélienne dans le sud de la Syrie. Peu de temps après, Iron Dome a intercepté un missile syrien sur les hauteurs du Golan  |  lemonde.fr – Le vice-chancelier allemand veut que l’UE remplace la France au Conseil de sécurité de l’ONU Le vice-chancelier allemand veut que l’UE remplace Paris au Conseil de sécurité de l’ONU  |  La Syrie annonce que ses systèmes de défense aérienne ont déjoué une attaque israélienne au sud syrien  |  [19/01/2019] Somalie : l’armée américaine indique avoir tué 52 islamistes d’al-Shabab lors d’un raid aérien, en réponse à une attaque contre les forces somaliennes  |  Laura Loomer, qui est juive, s’est précipitée sur la scène de la Marche des Femmes de NY et a pris le micro pour dénoncer l’antisémitisme des organisatrices : « La Marche des Femmes déteste les Juifs ! »  |  Saccage de l’Arc de Triomphe : le tagueur néo-nazi surnommé Sanglier, incarcéré  |  4 mois après les élections, le Parlement suédois réélit l’ancien Premier ministre – qui promet d’augmenter la migration  |  Les #Giletsjaunes « acte 10 » ce samedi 19 janvier – pour ou contre, on ne peut que saluer leur ténacité  |  [18/01/2019] Le président Trump et le dictateur communiste nord-coréen Kim tiendront un deuxième sommet fin février  |  Le soutien aux Gilets jaunes en net regain, selon un sondage BFM : +7points à 67% en 1 semaine  |  André Santini : « Emmanuel Macron est entouré de gens qui n’ont aucune expérience ». Parce que Macron il a de l’expérience lui ?  |  Tamika Mallory, cofondatrice de #WomensMarch et fan du nazi noir Farrakhan, refuse de reconnaître le droit d’israël à exister  |  Pendant le blocage du gouvernement sur le financement du mur avec le Mexique, la cote de popularité de Trump explose auprès des Latinos  |  [17/01/2019] Leçon n° 34 pour les #GiletsJaunes : la liberté ne nous est pas donnée par le gouvernement mais par le droit naturel. Le gouvernement n’est pas là pour nous offrir notre liberté mais pour la garantir  |  Le mois dernier, 934 personnes ont été tuées par des islamistes dans 29 pays, dont 15 par attentats suicides. Le nombre de morts par des extrémistes de droite le mois dernier s’élevait à 0  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 14 décembre 2018

Un sociologue qui dénonçait l’emprise des théories « racialistes » sur son unité de recherche s’est vu évincé. Un phénomène rarissime dans le monde universitaire.

Au lendemain de la publication, dans Le Point, de l’appel de 80 intellectuels sur « le décolonialisme, une stratégie hégémonique », Stéphane Dorin, sociologue cité dans cette tribune qui dénonce « la stratégie d’entrisme des militants décolonialistes dans l’enseignement supérieur », a été évincé de son laboratoire, le groupe de recherches sociologiques sur les sociétés contemporaines (Gresco). « Je viens d’être exclu aujourd’hui de mon labo à l’université de Limoges, le même jour où l’on apprend la nomination de l’amie de Houria Bouteldja, la députée Danièle Obono, au conseil d’UFR de science politique de Paris-I », a publié le chercheur sur Facebook, dans un message où il affirme avoir été remercié « pour non-compatibilité scientifique ». Ce départ, s’il n’est pas directement imputable à la publication de cette tribune, intervient sur fond de tensions, en particulier autour du virage décolonial pris par certains enseignants-chercheurs dans cette unité.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les premières crispations sont apparues publiquement l’année dernière, à l’occasion d’un « séminaire d’études décoloniales » organisé à l’université de Limoges. Les organisateurs de ce rassemblement de chercheurs y avaient invité la fondatrice du Parti des indigènes de la République (PIR), Houria Bouteldja, personnalité notoirement connue pour ses thèses racialistes et ses obsessions antisionistes. C’est à cette occasion que le sociologue Stéphane Dorin avait publié une lettre ouverte, citant quelques déclarations de la militante politique : « La blanchité est une forteresse, tout Blanc est bâtisseur de cette forteresse », « Si la femme noire est violée par un Noir, c’est compréhensible qu’elle ne porte pas plainte pour protéger la communauté noire », ou encore « L’homme arabe qui fait son coming out, c’est un acte de soumission à la domination blanche ». Ce courrier rendu public avait suscité de vives réactions, dont celle de la ministre de la Recherche Frédérique Vidal : « J’appelle les universités à la vigilance. Quand des thèses racistes et antisémites sont propagées en leur sein, c’est notre pacte républicain qui est menacé. » Le séminaire, d’abord défendu par la présidence de l’université, avait fini par être annulé.

Exclusion

Une ancienne prof de Limoges témoigne sous le couvert de l’anonymat : « J’ai constaté dans cette fac une radicalisation du militantisme bourdieusien chez certains profs. J’ai vu des gens proches du marxisme se transformer en partisans des réunions non mixtes, se mettre à défendre l’idée que l’antisémitisme des banlieues était une invention ou devenir obsédés par l’islamophobie. » L’enseignante évoque un « militantisme camouflé, cherchant à s’affranchir de l’esprit des Lumières, de la modernité, et cherchant à instaurer une relecture de l’histoire sur des critères de race ». Aujourd’hui rattachée à une autre université, elle déplore que la recherche soit « devenue un produit marketing comme un autre ». « Les études décoloniales offrant un peu de visibilité aux petites universités, cela pourrait expliquer leur succès. »

Stéphane Dorin – qui était en congé maladie lorsque l’assemblée générale s’est réunie et qui n’a donc pas pu présenter sa défense – affirme avoir subi des pressions croissantes depuis l’affaire Bouteldja de l’année dernière. Il avait demandé à changer de laboratoire, avant de se raviser. Alors même qu’il avait retiré sa demande et que ses collègues, comme l’autorité de tutelle, en étaient informés, son départ a malgré tout été soumis au vote… Ce qui revient à l’exclure, un phénomène rarissime dans le milieu universitaire. « L’assemblée générale n’a fait qu’acter cette situation pour éviter un enlisement », avance au Point Choukri Ben Ayed, codirecteur du centre de recherche, qui évoque « les mensonges figurant dans le message {Facebook} de M. Dorin ». Pourtant, un témoignage écrit relatant l’assemblée générale fait état d’une nette volonté de trouver un moyen légal d’exclure Stéphane Dorin : « M. Ben Ayed argue du fait que la rétractation de M. Dorin n’a aucune valeur juridique, car elle a été faite par mail et que le courrier prévaut sur le mail », précise le document.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Harcèlement moral

Dans un échange de mails, la présidence de l’université de Limoges qualifie le vote de l’assemblée générale du laboratoire de « prise de position ». Ce vote ne faisait que « répondre à la sollicitation de monsieur Dorin de quitter ce laboratoire par courrier le 24 avril 2018 », sollicitation qui a été néanmoins « retirée par la suite », consent le président de l’université de Limoges, Alain Célérier, qui précise : « La position de l’équipe est un élément qui permettra au conseil académique restreint d’éventuellement poursuivre la procédure de changement de laboratoire, dès que nous aurons pu nous entretenir avec M. Dorin à la fin de son congé. »

Les avocats de Stéphane Dorin dénoncent le harcèlement moral dont fait l’objet le sociologue. « L’assemblée générale qui a pris cette décision d’exclusion n’avait pas compétence pour le faire et il apparaît que le communiqué diffusé aujourd’hui par l’université semble démontrer qu’elle cautionne cette démarche », explique Grégoire Weigel, qui prévoit d’enclencher une procédure devant le tribunal administratif de Limoges pour faire suspendre la décision d’éviction de monsieur Dorin.

Source : Lepoint

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz