Quantcast
FLASH
[20/03/2019] #CNN n’a pas annoncé à ses téléspectateurs que l’étudiant catholique injustement accusé par la chaîne les poursuit en justice à hauteur de 275 millions  |  Attentat terroriste à Milan : 1 migrant a détourné un bus scolaire avec 51 enfants et a mis le feu au bus. La police a rapidement secouru tous les enfants  |  AFP : Mahan Air Iran annule les vols pour Paris à partir du 1er avril. Le Trésor américain a sanctionné la compagnie aérienne en 2011  |  Nice : 2 frères, suspectés d’avoir poignardé 1 homme puis d’avoir tenté de l’écraser alors qu’il était secouru par des sapeurs-pompiers, sont en garde à vue  |  #Acte19 vers la grosse castagne ? Militaires de Sentinelle mobilisés. Macron : « Nous ne pouvons pas laisser une infime minorité violente abîmer notre pays et détériorer l’image de la France à l’étranger. Les prochains jours seront donc décisifs»  |  La police néo-zélandaise a arrêté le tireur de Christchurch alors qu’il était en route pour une 3e attaque  |  « Vous savez que la fête juive de Pourim a commencé quand vous voyez des girafes dans les synagogues »  |  #Israël : 3 colons arabes #palestiniens coupables de crimes terroristes ont été éliminés durant la nuit dans la province juive de Judée, illégalement occupée par les Palestiniens  |  [19/03/2019] Le parlement de Nouvelle-Zélande a ouvert sa session d’hier avec un texte de la sourate al-Baqarah, en arabe et en anglais – pourquoi il n’y a jamais ça pour les chrétiens massacrés par les islamistes ?  |  Bisounours : à Bordeaux, un homme avec un brassard « jihad » a attaqué un policier dans un commissariat  |  [18/03/2019] Tsahal vient d’appréhender plusieurs Palestiniens qui se sont infiltrés en Israël depuis Gaza – ce qui n’est jamais bon signe pour la sécurité des innocents  |  Le terroriste islamique d’#Utrecht a été arrêté par la police  |  Attentat islamique #Utrecht : La police a identifié le suspect dans la fusillade du train: Gökman Tanis, 37 ans, turc  |  La menace terroriste a atteint son plus haut niveau à #Utrecht à la suite de la fusillade (1 mort, 9 blessés). Toutes les mosquées ont été évacuées et les écoles fermées  |  Dans un tweet, la police #Utrecht qui enquête sur la fusillade sur la place 24oktoberplein ce matin évoque maintenant un « motif terroriste possible »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 14 décembre 2018

Un sociologue qui dénonçait l’emprise des théories « racialistes » sur son unité de recherche s’est vu évincé. Un phénomène rarissime dans le monde universitaire.

Au lendemain de la publication, dans Le Point, de l’appel de 80 intellectuels sur « le décolonialisme, une stratégie hégémonique », Stéphane Dorin, sociologue cité dans cette tribune qui dénonce « la stratégie d’entrisme des militants décolonialistes dans l’enseignement supérieur », a été évincé de son laboratoire, le groupe de recherches sociologiques sur les sociétés contemporaines (Gresco). « Je viens d’être exclu aujourd’hui de mon labo à l’université de Limoges, le même jour où l’on apprend la nomination de l’amie de Houria Bouteldja, la députée Danièle Obono, au conseil d’UFR de science politique de Paris-I », a publié le chercheur sur Facebook, dans un message où il affirme avoir été remercié « pour non-compatibilité scientifique ». Ce départ, s’il n’est pas directement imputable à la publication de cette tribune, intervient sur fond de tensions, en particulier autour du virage décolonial pris par certains enseignants-chercheurs dans cette unité.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les premières crispations sont apparues publiquement l’année dernière, à l’occasion d’un « séminaire d’études décoloniales » organisé à l’université de Limoges. Les organisateurs de ce rassemblement de chercheurs y avaient invité la fondatrice du Parti des indigènes de la République (PIR), Houria Bouteldja, personnalité notoirement connue pour ses thèses racialistes et ses obsessions antisionistes. C’est à cette occasion que le sociologue Stéphane Dorin avait publié une lettre ouverte, citant quelques déclarations de la militante politique : « La blanchité est une forteresse, tout Blanc est bâtisseur de cette forteresse », « Si la femme noire est violée par un Noir, c’est compréhensible qu’elle ne porte pas plainte pour protéger la communauté noire », ou encore « L’homme arabe qui fait son coming out, c’est un acte de soumission à la domination blanche ». Ce courrier rendu public avait suscité de vives réactions, dont celle de la ministre de la Recherche Frédérique Vidal : « J’appelle les universités à la vigilance. Quand des thèses racistes et antisémites sont propagées en leur sein, c’est notre pacte républicain qui est menacé. » Le séminaire, d’abord défendu par la présidence de l’université, avait fini par être annulé.

Exclusion

Une ancienne prof de Limoges témoigne sous le couvert de l’anonymat : « J’ai constaté dans cette fac une radicalisation du militantisme bourdieusien chez certains profs. J’ai vu des gens proches du marxisme se transformer en partisans des réunions non mixtes, se mettre à défendre l’idée que l’antisémitisme des banlieues était une invention ou devenir obsédés par l’islamophobie. » L’enseignante évoque un « militantisme camouflé, cherchant à s’affranchir de l’esprit des Lumières, de la modernité, et cherchant à instaurer une relecture de l’histoire sur des critères de race ». Aujourd’hui rattachée à une autre université, elle déplore que la recherche soit « devenue un produit marketing comme un autre ». « Les études décoloniales offrant un peu de visibilité aux petites universités, cela pourrait expliquer leur succès. »

Stéphane Dorin – qui était en congé maladie lorsque l’assemblée générale s’est réunie et qui n’a donc pas pu présenter sa défense – affirme avoir subi des pressions croissantes depuis l’affaire Bouteldja de l’année dernière. Il avait demandé à changer de laboratoire, avant de se raviser. Alors même qu’il avait retiré sa demande et que ses collègues, comme l’autorité de tutelle, en étaient informés, son départ a malgré tout été soumis au vote… Ce qui revient à l’exclure, un phénomène rarissime dans le milieu universitaire. « L’assemblée générale n’a fait qu’acter cette situation pour éviter un enlisement », avance au Point Choukri Ben Ayed, codirecteur du centre de recherche, qui évoque « les mensonges figurant dans le message {Facebook} de M. Dorin ». Pourtant, un témoignage écrit relatant l’assemblée générale fait état d’une nette volonté de trouver un moyen légal d’exclure Stéphane Dorin : « M. Ben Ayed argue du fait que la rétractation de M. Dorin n’a aucune valeur juridique, car elle a été faite par mail et que le courrier prévaut sur le mail », précise le document.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Harcèlement moral

Dans un échange de mails, la présidence de l’université de Limoges qualifie le vote de l’assemblée générale du laboratoire de « prise de position ». Ce vote ne faisait que « répondre à la sollicitation de monsieur Dorin de quitter ce laboratoire par courrier le 24 avril 2018 », sollicitation qui a été néanmoins « retirée par la suite », consent le président de l’université de Limoges, Alain Célérier, qui précise : « La position de l’équipe est un élément qui permettra au conseil académique restreint d’éventuellement poursuivre la procédure de changement de laboratoire, dès que nous aurons pu nous entretenir avec M. Dorin à la fin de son congé. »

Les avocats de Stéphane Dorin dénoncent le harcèlement moral dont fait l’objet le sociologue. « L’assemblée générale qui a pris cette décision d’exclusion n’avait pas compétence pour le faire et il apparaît que le communiqué diffusé aujourd’hui par l’université semble démontrer qu’elle cautionne cette démarche », explique Grégoire Weigel, qui prévoit d’enclencher une procédure devant le tribunal administratif de Limoges pour faire suspendre la décision d’éviction de monsieur Dorin.

Source : Lepoint

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :