Quantcast
FLASH
[22/04/2019] Qui en doutait ? Les attentats au Sri Lanka revendiqués par un mouvement local de la religion de paix d’amour et de tolérance, le National Thowheeth Jama’ath (NTJ)  |  Effet Trump : Le secrétaire d’État Mike Pompeo annoncera qu’à compter du 2 mai, le département d’État n’accordera plus de dispense de sanctions à aucun pays qui importe actuellement du pétrole iranien  |  [21/04/2019] L’acteur juif Zelinskiy vient de remporter haut la main les élections présidentielles en Ukraine  |  Des écoles de Barcelone retirent 200 livres jugés sexistes de leurs bibliothèques : dont le petit chaperon rouge et la belle au bois dormant.. Les ayatollahs de la bien-pensance nous étouffent  |  Attentats Sri Lanka mise à jour : 200 morts, 525 blessés, 8 bombes  |  Le bilan provisoire des attentats du Sri Lanka se monte à 130 morts, et plus de 460 blessés  |  [18/04/2019] #Sarthe : Prise d’otages au supermarché Super U de Bessé-sur-Braye, les gendarmes sur place  |  Effet Trump: Les demandes hebdomadaires de prestations d’assurance-chômage chutent pour la cinquième semaine consécutive, tombant au niveau le plus bas depuis septembre 1969  |  Effet Trump: Les ventes au détail aux États-Unis augmentent au rythme le plus rapide depuis septembre 2017  |  Le président israélien Rivlin vient de charger Netanyahou de former son 5e gouvernement  |  [16/04/2019] Omar Barghouti : « j’ai fondé BDS pour boycotter Israël, pourquoi suis-je boycotté et interdit d’aller aux Etats-Unis ? »  |  Elections israéliennes : après tous les recomptes, Naftali Bennet et Ayelet Shaked sont retoqués  |  Notre Dame : Si les entreprises de rénovation sont coupables alors leurs assurances payerons. Le fait qu on accepte les dons laisse craindre que c’est un attentat  |  Incendie de Notre-Dame : la mairie de Paris débloque 50 millions d’euros pour la reconstruction. N’est ce pas formidable que la mairie ait autant d’argent bloqué !  |  Ca a du bon d’avoir des riches. Un milliardaire français offre 100 millions pour réparer Notre Dame  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 15 décembre 2018

Un immeuble privé, menacé de vente à la découpe, est passé en logement social. Ses locataires les plus aisés, qui n’avaient rien demandé, sont priés de partir.

Les locataires du 52, boulevard Saint-Jacques (XIVe), au cœur de Denfert-Rochereau, ont-ils été trahis par la Ville ?

Ces locataires interpellent Ian Brossat, adjoint (PCF) d’Anne Hidalgo, chargé du logement et Serge Contat, patron de la RIVP (régie immobilière de la ville de Paris). Vendredi, l’association rencontrera l’Anil (Agence nationale pour l’information sur le logement).

Au printemps 2014, leurs trois beaux immeubles privés, brique et pierre de taille, propriété de la FDR (Foncière développement logement), menacés de vente à la découpe, avaient été sauvés in extremis par la Ville, afin d’éviter les expulsions.

Le montage financier était très compliqué : la Ville ne se portait acquéreur que de l’usufruit pendant quinze ans. La nue-propriété revenait à PERL (Pierre Epargne Retraite Logement). Ce pionnier de l’usufruit locatif social revendait les logements moins chers à des futurs propriétaires à une condition : ils devaient attendre quinze ans pour récupérer leur bien.

Dans cette opération, certains locataires en place, les plus aisés, ont eu la possibilité de racheter leur appartement avec une décote intéressante. « C’était certes moins cher que les prix du marché, notait Pierre-Yves Colombel, président de l’association des locataires. Mais la question est : Qui a les moyens de mettre sur la table 520 000 € pour un 70 m2 ? ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Une vingtaine de cadres concernés

La majorité est donc restée locataire mais avec, en 2014, des garanties… « Votre loyer ne change pas », écrivait la RIVP. Ce que confirmait Ian Brossat, l’adjoint au logement (PCF) d’Anne Hidalgo : « La RIVP garantit qu’il n’y aura pas d’augmentation de loyer ».

Seulement voilà, patatras… « On nous a demandé nos feuilles d’impôts, s’insurge Pierre-Yves Colombel. Puis on a appris qu’en janvier prochain, les plus aisés s’acquitteraient d’un SLS (supplément de loyer, appliqué aux locataires qui dépassent un certain niveau de revenus dans les HLM, NDLR). Sauf que ces nouveaux loyers avec suppléments dépassent le prix des loyers libres. Quelques-uns ont doublé voire triplé ! ».

Au final, une vingtaine de cadres moyens ou cadre sup, qui habitaient depuis des décennies dans le quartier, avaient des enfants scolarisés, cherchent désormais un autre logement. Certains sont déjà partis.

Une contrainte légale

« Le 58, boulevard Saint-jacques est un des sujets du moment, reconnaît Serge Contat. A un moment, on ne devait pas appliquer le SLS mais la loi Egalité citoyenneté est passée par là ».

Le patron de la RIVP qui rappelle cependant qu’il y a 260 000 demandeurs de logement sous les plafonds, évoque cette locataire du boulevard Saint-Jacques qui certes « se retrouve avec un loyer de 3 500€ mais qui gagne plus de 10 000 € par mois ».

Ian Brossat, l’adjoint au logement, reconnaît l’injustice de ce SLS « appliqué à ces locataires qui n’ont pas demandé à être dans un logement social. On devrait pouvoir les exonérer. Mais nous sommes contraints légalement ».

Ce lundi, au Conseil de Paris, Florence Berthout, présidente du groupe (LR) a déposé un vœu relatif au SLS qui a été adopté. L’élue interpelle le gouvernement pour qu’il légifère sur la question « afin que ces situations, qui ont comme effet pervers de chasser les classes moyennes de Paris, ne se reproduisent pas ».

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Caroline et cédric vont chercher un autre logement

« On n’est pas contre le SLS (suplément de loyer). On comprend la logique du logement social. Mais nous, on n’avait rien demandé et la manière dont ça a été fait, franchement… On a été prévenu fin octobre ! ».

Caroline et Cédric* habitent l’immeuble du boulevard Saint-Jacques (XIVe), dans un 67 m2, depuis huit ans. « Le quartier est sympa, l’appartement au calme. On avait un loyer de 1 550€ qui correspondait à notre situation ».

Pourtant, ce couple de cadres moyens a appris qu’il faisait partie des locataires visés par le supplément de loyer. « On va devoir chercher un autre logement. Le nouveau loyer (200€ de plus par mois NDLR) dépasse le prix des loyers libres. »

Si Caroline et Cédric saluent la ville qui s’est battue pour les sauver de l’expulsion, en revanche, « aujourd’hui, il n’y a plus personne. Ni la RIVP qui nous l’a fait à l’envers, ni la Ville qui fanfaronne sur la mixité sociale avec les classes moyennes, ne répondent. Au final, on aurait préféré être racheté par un privé et garder nos baux ».

* Leurs prénoms ont été modifiés.

Source : Leparisien

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz
%d blogueurs aiment cette page :