Quantcast
Publié par Piotr Stammers le 16 décembre 2018

Une attaque a été déjouée « dans des conditions orageuses » lors du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne qui s’est tenu vendredi à Bruxelles pour « donner plus d’argent et de droits aux migrants », a déclaré le Premier ministre Viktor Orban dans une vidéo publiée sur sa page Facebook.

Le sommet a démarré paisiblement et a « semblé jovial », mais plus tard, il a tourné plutôt orageux, a dit M. Orban.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Plusieurs pays ont « attaqué » la Hongrie au sujet des migrations et ont tenté de « forcer le conseil des premiers ministres à accepter des mesures qui permettraient d’attirer des migrants en Europe », a-t-il dit. « Je le décris comme une dernière tentative parce qu’il y aura bientôt des élections européennes et que tout sera fini ».

« Nous avons réussi à repousser une autre attaque », a déclaré M. Orban, en insistant sur le fait que certains participants cherchaient à « recueillir plus d’argent et de droits pour les migrants et à supprimer les pays qui ne veulent pas de migration ».

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker « mélange les genres, c’est-à-dire l’opinion et les fausses nouvelles », a déclaré le secrétaire d’État hongrois aux communications internationales dans un tweet publié samedi dernier.

« Ce doit être à cause de sa sciatique », a déclaré Zoltan Kovacs en réponse à une déclaration faite par Juncker lors d’une conférence de presse à Bruxelles après un sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’UE, vendredi.

Juncker a accusé le Premier ministre hongrois Viktor Orban de répandre la désinformation. « J’ai clairement fait savoir au Conseil européen que certains des premiers ministres qui y sont assis sont à l’origine de fausses nouvelles.»

« Quand Orban, par exemple, dit que je suis responsable, coupable pour le Brexit : c’est une fausse nouvelle. Quand il dit que les migrants sont responsables du Brexit : fausses nouvelles. Alors, ne mettons pas toute la responsabilité sur les autres, vérifions qui est le faussaire de l’information », a dit M. Juncker.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Piotr Stammers pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz